Ecclésiaste 2:1-26

Ecclesiastes

Ecclésiaste 2:1-26 : “Le Prédicateur nous appelle à considérer la vanité des plaisirs, du travail et des richesses sous le soleil”

      1. Considérez les expériences personnelles du Prédicateur (2:1a,3-10)
      2. Considérez les observations personnelles du Prédicateur (2:1b-2,11-23)
      3. Considérez le conseil du Prédicateur (2:24-26)

****************************

– Les 11 premiers versets du livre servaient d’introduction générale pour le livre qui est à la fois un sermon et un traité philosophique cherchant à répondre aux questions suivantes «Quel est le sens de la vie?» et «Quel est le grand bien pour les hommes dans cette vie?»

– Maintenant, dans cette présente section du livre (1:12 à 2:26), Salomon va démontrer la vanité de la vie en utilisant ses propres expériences

– En commençant à décrire ses expériences passées dans le chapitre 1, la première chose que Salomon va mentionner qui ne peut pas donner une satisfaction parfaite « sous le soleil » est la combinaison d’une grande connaissance et d’une grande sagesse

– Après avoir traité la sagesse et la connaissance, Salomon traite ici des plaisirs sensuels, du travail et des possessions matérielles; il passe des choses les plus nobles et élevées – les choses de l’esprit – aux choses matérielles

****************************

PARTIE 1 : CONSIDÉREZ LES EXPÉRIENCES PERSONNELLES DU PRÉDICATEUR (2:1a,3-10)

« J’ai dit en mon coeur: Allons! je t’éprouverai par la joie, et tu goûteras le bonheur… Je résolus en mon coeur de livrer ma chair au vin, tandis que mon coeur me conduirait avec sagesse, et de m’attacher à la folie jusqu’à ce que je visse ce qu’il est bon pour les fils de l’homme de faire sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie. J’exécutai de grands ouvrages: je me bâtis des maisons; je me plantai des vignes; je me fis des jardins et des vergers, et j’y plantai des arbres à fruit de toute espèce; je me créai des étangs, pour arroser la forêt où croissaient les arbres. J’achetai des serviteurs et des servantes, et j’eus leurs enfants nés dans la maison; je possédai des troupeaux de boeufs et de brebis, plus que tous ceux qui étaient avant moi dans Jérusalem. Je m’amassai de l’argent et de l’or, et les richesses des rois et des provinces. Je me procurai des chanteurs et des chanteuses, et les délices des fils de l’homme, des femmes en grand nombre. Je devins grand, plus grand que tous ceux qui étaient avant moi dans Jérusalem. Et même ma sagesse demeura avec moi. Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés; je n’ai refusé à mon coeur aucune joie; car mon coeur prenait plaisir à tout mon travail, et c’est la part qui m’en est revenue. » (Ecclésiaste 2:1a,3-10, Version Louis Segond 1910)

VERSET 1a :

– Salomon, n’ayant pas trouvé le bonheur dans la poursuite de la sagesse et d’une grande connaissance (1:13-18), s’oriente maintenant vers les plaisirs légitimes pour trouver si possible le bonheur « sous le soleil »

– Étant donné que Salomon mentionne que sa sagesse demeura avec lui (2 :9), on ne doit pas penser qu’il s’était adonné à des plaisirs illégitimes et à des perversions

VERSET 3 :

– Salomon nous décrit ici sa quête philosophique : découvrir « ce qu’il est bon pour les fils de l’homme de faire sous les cieux pendant le nombre des jours de leur vie »

« Je résolus en mon coeur » nous parle de volonté et de zèle

– L’expression « sous les cieux », équivalent à l’expression « sous le soleil », apparaît 3 fois dans la version Louis Segond (1:13,2:3,3:1); l’expression « sous le soleil » apparaît déjà 29 fois alors 32 fois la perspective « sous le soleil » (ou « sous les cieux ») est mentionnée dans ce livre

« livrer ma chair au vin » : Salomon ne s’était pas adonné à l’ivrognerie, qu’il condamne dans le livre de Proverbes (chapitre 23, versets 29 à 35), mais à une consommation modérée du vin

« vin » ne fait pas référence uniquement au vin mais à la bonne nourriture aussi

– Dieu avait créé le vin pour réjouir le cœur de l’homme (Psaume 104:15)

VERSETS 4-6 :

– Salomon nous mentionne des grands travaux entrepris pour augmenter son propre confort personnel (« JE ME bâtis », « JE ME créai », « JE ME plantai », « JE ME fis »):

  • Maisons
  • Vignes
  • Jardins
  • Vergers
  • Étangs

« grands travaux » : Salomon ne fait pas de référence au temple de Dieu à Jérusalem car ici, dans le contexte, il parle de travaux réalisés pour son propre bonheur personnel

– la maison de Salomon avait pris 13 années à construire (1 Rois 7:1); en comparaison, le temple de Dieu avait pris 7 années; il avait probablement à cette époque la plus grande et la plus luxueuse habitation personnelle sur terre

VERSETS 7-8 :

– Salomon nous mentionne certaines acquisitions personnelles pour augmenter son propre confort personnel (« JE possédai », « JE M’amassai », « JE ME procurai »):

  • Serviteurs et servantes
  • Troupeaux de bœufs et de brebis
  • Argent et or
  • Richesses des rois et des provinces (présents, taxes, tribut)
  • Chanteurs et chanteuses
  • Femmes en grand nombre

– Ailleurs, dans les Écritures (1 Rois chapitre 10), c’est mentionné que Salomon avait aussi de l’ivoire en abondance et il s’était procuré des animaux exotiques tels des singes et des paons ainsi qu’un grand nombre de chevaux

VERSETS 9-10 :

– Salomon avait les ressources matérielles pour satisfaire ses désirs charnels car il était le roi le plus riche à cette époque; « Le roi Salomon fut plus grand que tous les rois de la terre par les richesses et par la sagesse. » (1 Rois 10 :23)

– Salomon s’était fait ou s’était acquis des choses que les hommes pensent peuvent les satisfaire pleinement pendant cette vie terrestre « sous le soleil »

– Pour un temps, Salomon était heureux mais les versets qui suivent vont montrer que les choses de ce monde ne peuvent pas donner au cœur de l’homme une joie durable ou un sens à l’existence

– Dieu n’est pas mentionné du tout dans ces 10 premiers versets du chapitre

****************************

PARTIE 2 : CONSIDÉREZ LES OBSERVATIONS PERSONNELLES DU PRÉDICATEUR (2:1b-2,11-23)

« J’ai dit en mon coeur: Allons! je t’éprouverai par la joie, et tu goûteras le bonheur. Et voici, c’est encore là une vanité. J’ai dit du rire: Insensé! et de la joie: A quoi sert-elle? … Puis, j’ai considéré tous les ouvrages que mes mains avaient faits, et la peine que j’avais prise à les exécuter; et voici, tout est vanité et poursuite du vent, et il n’y a aucun avantage à tirer de ce qu’on fait sous le soleil. Alors j’ai tourné mes regards vers la sagesse, et vers la sottise et la folie. Car que fera l’homme qui succédera au roi? Ce qu’on a déjà fait. Et j’ai vu que la sagesse a de l’avantage sur la folie, comme la lumière a de l’avantage sur les ténèbres. Le sage a ses yeux à la tête, et l’insensé marche dans les ténèbres. Mais j’ai reconnu aussi qu’ils ont l’un et l’autre un même sort. Et j’ai dit en mon coeur: J’aurai le même sort que l’insensé; pourquoi donc ai-je été plus sage? Et j’ai dit en mon coeur que c’est encore là une vanité. Car la mémoire du sage n’est pas plus éternelle que celle de l’insensé, puisque déjà les jours qui suivent, tout est oublié. Eh quoi! le sage meurt aussi bien que l’insensé! Et j’ai haï la vie, car ce qui se fait sous le soleil m’a déplu, car tout est vanité et poursuite du vent. J’ai haï tout le travail que j’ai fait sous le soleil, et dont je dois laisser la jouissance à l’homme qui me succédera. Et qui sait s’il sera sage ou insensé? Cependant il sera maître de tout mon travail, de tout le fruit de ma sagesse sous le soleil. C’est encore là une vanité. Et j’en suis venu à livrer mon coeur au désespoir, à cause de tout le travail que j’ai fait sous le soleil. Car tel homme a travaillé avec sagesse et science et avec succès, et il laisse le produit de son travail à un homme qui ne s’en est point occupé. C’est encore là une vanité et un grand mal.  Que revient-il, en effet, à l’homme de tout son travail et de la préoccupation de son coeur, objet de ses fatigues sous le soleil? Tous ses jours ne sont que douleur, et son partage n’est que chagrin; même la nuit son coeur ne repose pas. C’est encore là une vanité. » (Ecclésiaste 1:1b-2,11-23, version Louis Segond 1910)

VERSETS 1b-2 :

– Salomon donne son verdict concernant les plaisirs sensuels : vanité!

VERSET 11 :

– Salomon donne son verdict concernant tous ses travaux : vanité!

– Salomon répond à la question posée au verset 3 du chapitre 1 : «Quel avantage revient-il à l’homme de toute la peine qu’il se donne SOUS LE SOLEIL?» Réponse : aucune!

– Il est à noter que Salomon ne fait aucunement référence à la vie après la mort ni aux récompenses des justes pour les œuvres faites ici-bas sur terre

VERSET 12 :

– Après avoir vu la vanité du plaisir et du travail, Salomon retourne à l’étude de la sagesse peut-être avec l’espoir de trouver en la sagesse un sens à l’existence « sous le soleil »

« Car que fera l’homme qui succédera au roi? Ce qu’on a déjà fait.» : Salomon, jouissant de circonstances favorables et de ressources considérables, avait tout essayé qui semble promettre aux yeux des hommes le bonheur sur cette terre; personne ne pourra faire autant que Salomon pour découvrir le sens de l’existence ou la valeur de la sagesse; tout homme qui poursuivra la même quête philosophique que Salomon aboutira à la même conclusion que tout est vanité sous le soleil

– Pour comprendre en profondeur la sagesse elle-même, Salomon avait même étudié l’opposé de la sagesse, la folie

VERSETS 13-14a :

– Salomon reconnaît que la sagesse a des avantages sur la folie; le sage évite des dangers et des mauvaises décisions par exemple

VERSETS 14b-16 :

– Malgré ses avantages temporels, la sagesse ne peut pas prévenir la mort, « un même sort » (v. 14b) pour tous, les sages comme les insensés, les riches comme les pauvres, les puissants comme les faibles

– La mort physique met tout en perspective

– Salomon répète dans le verset 16 ce qu’il a déjà déclaré au verset 11 du chapitre 1 : «On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard.»

VERSET 17 :

– Malgré toutes ses richesses, toute sa sagesse, toute sa renommée, tous ses conforts personnels et tous ses accomplissements, Salomon est arrivé à un moment de désespoir car il était à ce temps centré sur lui-même et centré sur les choses de ce monde

VERSETS 18-21 :

– Est-ce que le fait de laisser un héritage à ses enfants peut donner une certaine satisfaction et un sens à l’existence sous le soleil? Non.

– Il existe toujours la possibilité que les enfants héritiers après la mort du testateur vont mal gérer l’héritage et dissiper les richesses accumulées

– Après la mort de Salomon, son fils Roboam avait agi de façon insensée et avait perdu une grosse partie du royaume de Salomon

VERSET 22 :

– Salomon répète essentiellement la même question qu’il a déjà posée au lecteur au verset 3 du chapitre 1

– Avec sa question, Salomon lance le défi à tous les philosophes de ce monde de trouver un sens à l’existence « sous le soleil »

VERSET 23 :

– Ultimement, une vie qui n’est pas centrée sur Dieu ne donne aucun repos et aucune paix durable.

– Alors que l’homme centré sur les choses de ce monde ne trouve pas de repos, le croyant peut trouver le repos de son âme dans ce monde déchu à travers Jésus-Christ; Christ a dit : «Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.» (Matthieu 11 :28)

– Note : dans les 23 premiers versets de ce chapitre, il n’y a pas eu de mention de Dieu jusqu’à présent

****************************

PARTIE 3 : CONSIDÉREZ LE CONSEIL DU PRÉDICATEUR (2:24-26)

«Il n’y a de bonheur pour l’homme qu’à manger et à boire, et à faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail; mais [« et » au lieu de « mais » dans la version Darby] j’ai vu que cela aussi vient de la main de Dieu. Qui, en effet, peut manger et jouir, si ce n’est moi? Car il donne à l’homme qui lui est agréable la sagesse, la science et la joie; mais il donne au pécheur le soin de recueillir et d’amasser, afin de donner à celui qui est agréable à Dieu. C’est encore là une vanité et la poursuite du vent.» (Ecclésiaste 2:24-26, version Louis Segond 1910)

VERSET 24 :

– Ce conseil donné par Salomon est répété à différentes reprises dans le livre (ex. : 3:12-13, 22; 5 :18-19)

– Il ne faut pas voir ici un encouragement à l’hédonisme : « Mangeons et buvons car demain nous mourrons. » (1 Corinthiens 15 :32)

– Salomon ne prône pas non plus l’excès et l’ivrognerie qui sont condamnés ailleurs dans les Écritures

– Salomon n’est pas ici en train d’encourager les hommes de ne vivre que pour les plaisirs terrestres et de ne pas se soucier de Dieu

– Il est invraisemblable que Salomon est en train d’encourager le lecteur de répéter son échec personnel menant au désespoir

– Ici, pour la première fois dans ce chapitre, Salomon va mentionner Dieu; en fait, Dieu est seulement mentionné explicitement 1 seule fois dans les 31 premiers versets du livre; la perspective adoptée ici dans ce verset est celle d’une vie plutôt centrée sur le Dieu Créateur, une vie de foi caractérisée par la recherche de la gloire de Dieu, la piété et le contentement

– Comparez v. 10 avec v. 24 :

  • v. 10 : « … mon coeur prenait plaisir à tout mon travail, et c’est la part qui m’en est revenue… »
  • v. 24 : « … faire jouir son âme du bien-être, au milieu de son travail… »

– Y a-t-il une différence entre ce que Salomon avait fait au v. 10 et ce qu’il recommande au lecteur au v. 24? Oui! Le Salomon du v. 10 était centré sur lui-même et ne mentionne pas Dieu tandis que le Salomon du v. 24 a une perspective plus théocentrique

– Salomon n’est pas ici en train de parler du bien suprême pour un pécheur qui est d’abord d’être réconcilié avec le Dieu saint et juste; dans le contexte immédiat du chapitre, il parle des biens et plaisirs de ce monde; ici, il donne son conseil à des hommes justes (voir verset 26) concernant la relation qu’ils doivent avoir avec les biens de ce monde; une bonne relation avec les biens de ce monde commence d’abord par une bonne relation avec le Dieu Créateur

– Il faut se rappeler que ce livre doit être interprété à la lumière de la conclusion finale : «Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme.» (Ecclésiaste 12 :13b); le conseil de Salomon au verset 24 quand il est bien compris s’aligne avec cette conclusion finale

– Après avoir parlé de la vanité des choses terrestres, Salomon ne veut pourtant pas décourager un usage légitime des choses terrestres par les justes pendant leur vie terrestre car n’est-il pas vrai que les aliments ont été « créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, » (1 Timothée 4 :3b-4); il est aussi écrit que Dieu « fait germer l’herbe pour le bétail, Et les plantes pour les besoins de l’homme, Afin que la terre produise de la nourriture, Le vin qui réjouit le coeur de l’homme, Et fait plus que l’huile resplendir son visage, Et le pain qui soutient le coeur de l’homme. » (Psaume 104 :14-15)

« la main de Dieu » : La providence de Dieu fournit la nourriture que nous mangeons ainsi que nos emplois actuels; c’est en sachant que les aliments que nous mangeons et que les joies terrestres légitimes que nous expérimentons viennent gracieusement de la main d’un Dieu d’amour qui est Saint, Gracieux, Parfait, Juste, Sage, Infini et Miséricordieux que nous pouvons jouir des choses terrestres avec une réelle satisfaction

« au milieu de son travail » : Salomon ne veut pas non plus que le juste ait une mauvaise vision du travail sur cette terre; Dieu avait institué le travail pour l’homme AVANT la Chute d’Adam; une bonne relation vis-à-vis du travail sur terre commence d’abord avec une bonne relation avec Dieu; c’est la volonté de Dieu qu’on gagne notre « pain » : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. » (2 Thessaloniciens 3:10b)

– Manger et boire, faites de façon légitime et en modération, peuvent servir à glorifier Dieu : « Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. » (1 Corinthiens 10:31)

« cela aussi vient de la main de Dieu » : Salomon nous présente ici un Dieu gracieux qui donne des moments de jouissance sur cette terre aux hommes; ce verset n’est pas écrit d’un point de vue sceptique ou pessimiste (2 :17,20) ; c’est une déclaration positive

VERSET 25 :

– S’il y avait un homme qui pouvait nous instruire concernant la recherche du plaisir, c’était Salomon; il faut donc l’écouter attentivement quand il nous parle de la jouissance appropriée des choses de ce monde

VERSET 26 :

Quand Salomon parle de juste (c’est-à-dire à l’homme qui lui est agréable), il ne prétend pas qu’il y avait à son époque des hommes qui n’avaient jamais commis de péché; Salomon, plus loin dans le livre, déclare ceci : « Non, il n’y a sur la terre point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais. » (7:20)

– Les Écritures déclarent clairement que « tous on péché » (Romains 3:23) et qu’il n’y a point de juste sur cette terre (Romains 3 :10)

– Le juste est celui qui a été justifié gratuitement par Dieu par le moyen de la foi en Christ (Romains 3:26); les croyants de l’Ancien Testament étaient justifiés par grâce par le moyen de la foi en la promesse de Dieu d’un Sauveur qui avait donnée en premier à Adam, le premier homme (Genèse 3:15)

– La justice du juste lui a été imputée par Dieu; « Car que dit l’Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice. » (Romains 4:3; Galates 3:6)

– Le juste reconnaissait que le pardon des péchés ne pouvait pas se faire sans le sacrifice sanglant d’une victime innocente (Hébreux 9:22; Lévitique 17:11)

– Salomon dans ce livre va plus tard mentionner le temple qui est un lieu de sacrifices sanglants, des sacrifices qui pointaient vers l’Agneau de Dieu, Jésus-Christ, qui est venu pour effacer les péchés du peuple de Dieu par Son sang versé; le temple c’était le lieu de ministère du souverain sacrificateur, un type de Jésus-Christ qui est le Seul Médiateur entre Dieu et les hommes (1 Timothée 2 :5)

– Salomon était lui-même un objet de la grâce divine (2 Samuel 7 :15); il n’était pas juste devant Dieu en raison de ses propres oeuvres

– Dieu est la source de la véritable sagesse et IL le donne à qui IL veut (Jacques 1:5; Matthieu 11:27); Dieu non seulement donne aux justes des bonnes choses mais IL les donne la sagesse pour bien jouir de ces bonnes choses; certaines personnes dans ce monde ont des grandes richesses mais les utilisent de façon insensée (ex. consommation de drogues, ivrognerie)

« afin de donner à celui qui est agréable à Dieu » : à certaines reprises dans les Écritures, il est mentionné que Dieu a fait en sorte que les richesses d’un homme méchant soient données à un croyant; par exemple, Dieu avait fait en sorte que la maison d’Haman devienne la propriété de la reine Esther (Esther 8:7); Salomon a écrit dans le livre des Proverbes que « les richesses du pécheur sont réservées pour le juste. » (Proverbes 13:22)

– Le pécheur qui s’amasse des biens pour lui-même et n’est pas riche pour Dieu (Luc 12:21) non seulement n’apportera aucune de ses richesses avec lui après sa mort (Écclésiaste 5:14) mais il subira le châtiment éternel pour ses péchés (Matthieu 25:46)

« c’est encore là une vanité » : le méchant, sans le savoir, amasse des richesses pour une personne, le juste, à qui il n’aurait pas donné ses richesses volontairement

« IL donne » : Salomon nous rappelle ici que Dieu qui est souverain sur les richesses de ce monde et c’est une bonne raison d’utiliser sagement les biens qu’IL nous donne pour l’avancement de Son royaume

****************************

En conclusion, voici un verset qui nous parle de la jouissance présente des biens de ce monde et d’une vision appropriée du monde à venir :

« Recommande aux riches du présent siècle de ne pas être orgueilleux, et de ne pas mettre leur espérance dans des richesses incertaines, mais de la mettre en Dieu, qui nous donne avec abondance toutes choses pour que nous en jouissions. Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes oeuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité, et de s’amasser ainsi pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable. » (1 Timothée 6 :17-19)

****************************

Voir aussi:

La quête philosophique de Salomon

Livre d’Ecclésiaste : une intro rapide

Ecclésiaste 1:1-11

Ecclésiaste 1:12-18

Ecclésiaste 3:1-17

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s