2 Rois 13:1-25

Elisha_w_Joash_w_arrow_19-412*************************************

Voir aussi : 2 Rois 5:1-19

Voir aussi : 2 Rois 5:20-27

*************************************

2 Rois 13:1-25 : “Ne nous contentons pas de victoires partielles”

        • CONSTERNATION dans le Royaume du Nord (versets 1-14)
        • CONFIANCE en Dieu encouragée par le prophète (versets 15-17)
        • CONDAMNATION de l’incrédulité du roi (versets 18-19)
        • CONFIRMATION miraculeuse du message du prophète (versets 20-21)
        • CONQUÊTES données gracieusement par Dieu (versets 22-25)

*************************************

PARTIE 1 : CONSTERNATION dans le Royaume du Nord (13:1-14)

« La vingt-troisième année de Joas, fils d’Achazia, roi de Juda, Joachaz, fils de Jéhu, régna sur Israël à Samarie. Il régna dix-sept ans. 2 Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel; il commit les mêmes péchés que Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël, et il ne s’en détourna point. 3 La colère de l’Éternel s’enflamma contre Israël, et il les livra entre les mains de Hazaël, roi de Syrie, et entre les mains de Ben-Hadad, fils de Hazaël, tout le temps (que ces rois vécurent). 4 Joachaz implora l’Éternel. L’Éternel l’exauça, car il vit l’oppression sous laquelle le roi de Syrie tenait Israël, 5 et l’Éternel donna un libérateur à Israël. Les enfants d’Israël échappèrent aux mains des Syriens, et ils habitèrent dans leurs tentes comme auparavant. 6 Mais ils ne se détournèrent point des péchés de la maison de Jéroboam, qui avait fait pécher Israël; ils s’y livrèrent aussi, et même l’idole d’Astarté [« l’emblème d’Ashéra » dans la version Ostervald et « l’ashère » dans la version Darby] était debout à Samarie. 7 De tout le peuple de Joachaz l’Éternel ne lui avait laissé que cinquante cavaliers, dix chars, et dix mille hommes de pied; car le roi de Syrie les avait fait périr et les avait rendus semblables à la poussière qu’on foule aux pieds. 8 Le reste des actions de Joachaz, tout ce qu’il a fait, et ses exploits, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d’Israël? 9 Joachaz se coucha avec ses pères, et on l’enterra à Samarie. Et Joas, son fils, régna à sa place. 10 La trente-septième année de Joas, roi de Juda, Joas, fils de Joachaz, régna sur Israël à Samarie. Il régna seize ans. 11 Il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel; il ne se détourna d’aucun des péchés de Jéroboam, fils de Nebath, qui avait fait pécher Israël, et il s’y livra comme lui. 12 Le reste des actions de Joas, tout ce qu’il a fait, ses exploits, et la guerre qu’il eut avec Amatsia, roi de Juda, cela n’est-il pas écrit dans le livre des Chroniques des rois d’Israël? 13 Joas se coucha avec ses pères. Et Jéroboam s’assit sur son trône. Joas fut enterré à Samarie avec les rois d’Israël. 14 Élisée était atteint de la maladie dont il mourut; et Joas, roi d’Israël, descendit vers lui, pleura sur son visage, et dit: Mon père! mon père! Char d’Israël et sa cavalerie! » (5:1-14, version Louis Segond)

VERSET 1:

– Contexte historique :

  • Roi Joachaz du Royaume du Nord (règne : 814 à 797 avant Jésus-Christ)
  • Roi Joas du Royaume du Nord (règne : 797 à 781 avant Jésus-Christ)
  • le grand ennemi du Royaume du Nord (capitale : Samarie) à cette époque était la Syrie (Aram) qui se trouvait au Nord (à ne pas confondre avec l’Assyrie)
  • le prophète Élisée aurait déjà oeuvré près de 50 ans comme prophète de Dieu
  • Le prochain grand prophète qui apparaîtra en Israël sera Jonas (2 Rois 14:25) qui exercera son ministère pendant le règne de Jéroboam II, le fils du roi Joas

Israel_850_aC.svgVERSETS 2 – 5 :

– On voit ici une répétition de ce qui se passa dans le livre des Juges :

  • Le peuple pèche contre Dieu
  • Dieu envoie une nation païenne pour les châtier
  • Une prière est faite à Dieu pour une délivrance
  • Dieu leur envoie un sauveur temporel pour les délivrer
  • Il y a de la paix pour un temps suivie d’une rechute dans le péché

VERSET 2:

– Tous les rois du Royaume du Nord avaient suivi le mauvais exemple de Jéroboam

– Les péchés de Jéroboam sont mentionnés au chapitre 12 du premier livre des Rois, versets 26 à 33

– Jéroboam avait institué une nouvelle religion dont le but principal était la préservation de son pouvoir politique (1 Rois 12:26-28)

– Caractéristiques de cette fausse religion : une fausse prêtrise, une fausse adoration (l’institution d’une fête et d’un lieu de culte non-bibliques) et l’utilisation d’images (veaux d’or); nous voyons 3 éléments du catholicisme romain

– le roi Jéroboam créa des sacrificateurs qui n’étaient pas des fils de Lévi; nous voyons un contrôle de l’État sur l’Église (élément de l’anglicanisme)

VERSET 3:

– « tout le temps » ferait référence plutôt au règne de Joachaz, un règne de 17 ans (voir verset 22)

– les mots « que ces rois vécurent » (version Louis Segond) n’apparaissent pas dans le texte original

– Nous ne savons pas quand le Seigneur avait accordé des victoires contre la Syrie pendant le règne de son fils Joas : l’oppression du Royaume du Nord par la Syrie avait duré quelques décennies (20-30 ans environ) mais la Bible ici ne donne pas la durée exacte de cette oppression

 VERSET 4:

– La décadence nationale peut être freinée par la prière à Dieu

VERSET 5:

– Le verset 5 devrait être lu après le verset 7 qui décrit l’état militaire lamentable du Royaume du Nord

– En réponse aux prières, Dieu avait accordé un sauveur militaire

– Dieu avait répondu à la prière mais pas immédiatement; Joachaz n’avait pas vu l’accomplissement de la prière; ce n’est pas parce que nous ne voyons pas une réponse immédiate visible que ça veut dire nécessairement que Dieu n’a pas entendu la prière

– « un libérateur » peut faire référence au roi Joas, le fils de Joachaz, et à Jéroboam II (2 Rois 14 :25-28), le petit-fils de Joachaz, qui avaient obtenu des victoires militaires contre la Syrie

VERSET 6:

– 2 Rois 10:26 : il n’est pas mentionné que Jéhu avait détruit les statues d’Ashéra, mais seulement de Baal; un manqué d’obéissance complète; il avait rempli le mandat de mettre à mort Jézabel et la maison d’Achab mais il n’avait pas complètement enlever tous les idoles du royaume

– Une prière pour l’aide divine devrait être accompagnée de la repentance

– Malgré avoir reçu une délivrance divine (temporelle), le Royaume du Nord avait continué son idolâtrie

VERSETS 7 – 8 :

– Dieu peut réduire n’importe quelle nation à l’impuissance

– La décadence nationale est le résultat inévitable de l’apostasie religieuse

– Le verset 8 nous dit que Joachaz était vaillant sur le plan militaire malgré un manque de succès visible; c’est son péché qui a rendu le Royaume faible et non un manque de courage personnel ou de zèle de sa part

VERSETS 9 – 13 :

– Comme père, comme fils :

  • Joas était un vaillant guerrier comme son père
  • Joas avait commis les péchés de Jéroboam comme son père

VERSET 14 :

– « Mon père! mon père! Char d’Israël et sa cavalerie! » : le roi Joas reconnaissait que le prophète de Dieu était le plus grand protecteur humain du Royaume du Nord

– Aux yeux de ce roi qui n’avait pas ses yeux fixés sur le Dieu d’Israël, la mort imminente d’Élisée annonçait un avenir sombre pour la nation

– les prières des saints sont la plus grande protection d’une nation :

  • « Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Éternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. » (Jérémie 29:7)

  • « La prière fervente du juste a une grande efficace. » (Jacques 5:16b)

  • « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. » (1 Timothée 2:1-2)

– La nation avait bénéficié des prières d’Élisée mais n’avait pas eu la sagesse d’écouter son message et ses conseils

– Même un homme très saint comme Élisée qui avait opéré des miracles avait souffert dans son corps (voir 2 Corinthiens chapitre 12)

– Le roi est centré sur l’Élisée de Dieu au lieu du Dieu d’Élisée; Élisée était un serviteur inutile (Luc 17:10); c’était la grâce de Dieu qui avait rendu Élisée puissant en œuvres et en paroles

 *************************************

PARTIE 2 : CONFIANCE en Dieu encouragée par le prophète (13:15-17)

« Élisée lui dit: Prends un arc et des flèches. Et il prit un arc et des flèches. 16 Puis Élisée dit au roi d’Israël: Bande l’arc avec ta main. Et quand il l’eut bandé de sa main, Élisée mit ses mains sur les mains du roi, 17 et il dit: Ouvre la fenêtre à l’orient. Et il l’ouvrit. Élisée dit: Tire. Et il tira. Élisée dit: C’est une flèche de délivrance de la part de l’Éternel, une flèche de délivrance contre les Syriens; tu battras les Syriens à Aphek jusqu’à leur extermination. » (13:15-17)

VERSET 15 :

– L’instruction par des actions symboliques s’était fait à différentes reprises par des prophètes de Dieu (ex. le prophète Jérémie avait brisé un vase – voir Jérémie chapitre 19, versets 10 à 13)

VERSET 16 :

– Les mains du prophète symbolisaient la Main de Dieu reposant sur le roi Joas pour lui bénir dans ses campagnes militaires contre la Syrie

– La délivrance serait de nature militaire

VERSET 17 :

– Pourquoi la flèche envoyée vers l’Est? Les conquêtes récentes de la Syrie contre le Royaume du Nord se trouvaient à l’est du Jourdain (voir 2 Rois chapitre 10. versets 32 et 33); la Syrie (Aram) se trouve au nord

– Ici, le prophète explique le symbolisme des flèches

– « une flèche de salut DE LA PART DE L’ÉTERNEL » : Dieu est la première cause du succès militaire et IL est mentionné en premier

– « TU battras les Syriens » : Joas allait être utilisé de façon instrumentale par Dieu pour apporter la délivrance

– Certains commentateurs mentionnent une coutume ancienne de tirer une flèche dans un pays ennemi dans le but d’annoncer une invasion prochaine

– Aphek, un nom voulant dire « forteresse », était le lieu d’une défaite des Syriens accordée par Dieu à un roi du Royaume du Nord (1 Rois chapitre 20); peut-être Dieu voulait rappeler à Joas la victoire accordée dans le passé contre le même ennemi; pour nous encourager, Dieu nous rappelle des victoires et grâces du passé (2 Corinthiens 4:1)

– Une fenêtre ouverte est associée symboliquement à l’opportunité (circonstances favorables)

– Malgré la méchanceté de son peuple, le prophète Élisée a cherché son bien jusqu’à la fin

– Le dernier message du prophète Élisée est un message de délivrance gracieuse

 *************************************

PARTIE 3 : CONDAMNATION de l’incrédulité du roi (13:18-19)

« Élisée dit encore: Prends les flèches. Et il les prit. Élisée dit au roi d’Israël: Frappe contre terre. Et il frappa trois fois, et s’arrêta. 19 L’homme de Dieu s’irrita contre lui, et dit: Il fallait frapper cinq ou six fois; alors tu aurais battu les Syriens jusqu’à leur extermination; maintenant tu les battras trois fois. » (13:18-19)

VERSET 18 :

– Le roi Joas aurait dû louer et remercier Dieu pour cette promesse d’une délivrance mais il n’y a pas la moindre trace de gratitude

– Le prophète le commande à nouveau de tirer avec l’arc des flèches dans le sol qui se trouvait dehors comme si il tirait contre un ennemi

VERSET 19 :

– Étant donné que le roi avait déjà été instruit que la flèche représentait la délivrance donnée par Dieu, il aurait dû utiliser toutes les flèches dans son carquois pour obtenir autant de victoires que possibles sur les Syriens; en tirant seulement 3 des flèches, le roi avait démontré un manque de zèle et de foi méritant la colère du prophète

– Flèches peuvent symboliser dans le domaine spirituel les moyens de grâce (prière, étude de la Parole, prédication de la Parole, communion fraternelle, assister aux cultes d’adoration, jeûne, louange, etc…)

– Nous nous privons de bénédictions en raison de :

  • l’ignorance
  • péchés
  • paresse
  • peur
  • l’incrédulité

– Nos désirs sont souvent minimes, nos attentes sont basses, nos efforts sont faibles et par conséquent nos victoires sont peu en nombre

– Une conquête incomplète de l’ennemi dans le présent mènera à une ruine future

– le Seigneur Jésus-Christ : « Qu’il vous soit fait selon votre foi. » (Matthieu 9:29)

– Arthur Pink : « Beaucoup de chrétiens s’attendent à peu de Dieu, demandent peu, et par conséquent reçoivent peu et sont contents avec peu. »

– Nous ne sommes pas des fatalistes : oui, c’était dans le décret secret de Dieu que le Royaume du Nord obtienne 3 victoires sur les Syriens mais le roi d’Israel était totalement responsable de ne pas chercher plus de victoires

– « Prends les flèches!” voulait dire prendre TOUTES les flèches

– Dieu nous encourage à s’engager dans la guerre spirituelle, de lutter, de persévérer, de chercher des victories, de ne pas se contenter de peu mais de toujours courir vers le but

– Ne soyons pas lâches car Dieu a fait des promesses; nous avons accès au trône; allons-y avec courage (Hébreux 4:16)

 *************************************

PARTIE 4 : CONFIRMATION miraculeuse du message du prophète (13:20-21)

« Élisée mourut, et on l’enterra. L’année suivante, des troupes de Moabites pénétrèrent dans le pays. 21 Et comme on enterrait un homme, voici, on aperçut une de ces troupes, et l’on jeta l’homme dans le sépulcre d’Élisée. L’homme alla toucher les os d’Élisée, et il reprit vie et se leva sur ses pieds. » (13:20-21)

VERSETS 20 – 21 :

– Les tombeaux des Israélites n’étaient pas creusés dans le sol comme nous mais étaient plutôt des grottes creusées dans les côtés d’un roc avec l’ouverture fermée par une grosse pierre

– En entendant parler du miracle de résurrection associé au corps d’Élisée, le roi d’Israel aurait dû voir là une confirmation divine de la promesse de délivrance faite par le prophète.

– La résurrection de Jésus-Christ est une confirmation miraculeuse de Son message concernant la délivrance de la puissance de la mort et du péché

– La mémoire d’un grand homme de Dieu ne s’effacera pas

– C’est la puissance de Dieu et non le corps mort d’Élisée qui avait opéré ce miracle

– Même après la mort du prophète, la puissance de Dieu allait opérer encore pour délivrer Israel de ses ennemis

– Dieu utilise des signes et miracles puissants pour encourager Son peuple; quel miracle plus grand y-a-t-il eu pour encourager le peuple de Dieu dans leur misère que la résurrection de Dieu, la fondation de l’Évangile et du christianisme? La résurrection confirme les paroles de Christ

– Élisée, malgré sa piété, comme nous était fils d’Adam et né pécheur et sujet à la malédiction de la mort

– Il ne faut pas voir ici un appui pour l’utilisation superstitieuse faite par des catholiques de reliques de « saints » d’autrefois; c’est la seule fois à ma connaissance dans les Écritures que le corps d’un mort était associé à un miracle (un cas extraordinaire qui n’a jamais été répété)

*************************************

PARTIE 5 : CONQUÊTES données gracieusement par Dieu (13:22-25)

« Hazaël, roi de Syrie, avait opprimé Israël pendant toute la vie de Joachaz. 23 Mais l’Éternel leur fit miséricorde et eut compassion d’eux, il tourna sa face vers eux à cause de son alliance avec Abraham, Isaac et Jacob, il ne voulut pas les détruire, et jusqu’à présent il ne les a pas rejetés de sa face. 24 Hazaël, roi de Syrie, mourut, et Ben-Hadad, son fils, régna à sa place. 25 Joas, fils de Joachaz, reprit des mains de Ben-Hadad, fils de Hazaël, les villes enlevées par Hazaël à Joachaz, son père, pendant la guerre. Joas le battit trois fois, et il recouvra les villes d’Israël. » (13:22-25)

VERSET 22 :

– Répétition de ce qui est exprimé au versets 3 et 7

VERSET 23 :

– Dieu est fidèle à Ses alliances malgré nos infidélités

– Dieu est miséricordieux et lent à la colère

– Voir aussi verset 4

 VERSET 24 :

– Dieu prépare les circonstances pour la délivrance militaire qui devait être accordée à Israël par Sa main

VERSET 25 :

– Ici, on voit la réponse divine à la prière faite il y a quelques années par le père de Joas

– Dieu répond aux prières en Son temps

– Une ville capturée pour chaque flèche tirée par Joas; si Joas avait tiré plus de flèches, il aurait eu de la part de Dieu plus de succès militaire

 *************************************

OUVRAGES CONSULTÉS

Arthur W. Pink, « Gleanings in Elisha – His Life and Miracles »

John Gill, « Exposition of the Bible »

Matthew Henry, « Complete Commentary on the Whole Bible »

George Barlow, « A Homiletical Commentary on the Book of Kings »

Notes de John MacArthur

Albert Barnes, « Notes on the Bible »

John Wesley, « Explanatory Notes on the Whole Bible »

Adam Clarke, « Commentary on the Bible »

Carl Friedrich Keil et Franz Delitzsch, « Commentary on the Old Testament »

Thomas Coke, « Commentary on the Holy Bible »

« Arno Gaebelein’s Annotated Bible »

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s