Proverbes 2:1-5 : Sermon sur les dispositions qu’il faut apporter à l’étude de la religion (1re partie)

CharlesChais« Mon fils, si tu reçois mes paroles, Et si tu gardes avec toi mes préceptes, 2 Si tu rends ton oreille attentive à la sagesse, Et si tu inclines ton coeur à l’intelligence; 3 Oui, si tu appelles la sagesse, Et si tu élèves ta voix vers l’intelligence, 4 Si tu la cherches comme l’argent, Si tu la poursuis comme un trésor, 5 Alors tu comprendras la crainte de l’Éternel, Et tu trouveras la connaissance de Dieu. » (Proverbes 2:1-5)

***************************

Ayant déjà publié des articles concernant l’étude de la Parole, j’ai pensé sage de complémenter ces articles avec un sermon sur Proverbes 2:1-5 qui traite de l’attitude qu’il faut avoir comme chrétien(ne) pour bien étudier la Parole. Le pasteur qui avait prêché ce message, Charles Chais, avait aussi produit une série de commentaires pour les livres bibliques suivants : Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, Ruth, 1 Samuel, 2 Samuel, 1 Rois, 2 Rois, 1 Chroniques, 2 Chroniques, Esdras, Néhémie et Esther. Ayant fait un survol de son traité sur les démoniaques et de son introduction à son série de commentaires, c’est très clair pour moi que l’homme n’était pas un libéral. Un pasteur très conservateur.

En fouillant pour d’autres de ses ouvrages, j’avais trouvé un sermon sur un des textes préférés d’un pasteur que je connais : Proverbes 2:1-5. Le titre du sermon avait capté mon attention : « Les dispositions qu’il faut apporter à l’étude de la religion ». Ayant lu ce sermon en entier, je peux vous dire que ce message avait parlé à ma conscience.

Je vous cite ici les contenus de ce message pour votre édification personnelle:

« Mes Frères, à des gens bien persuadés de l’excellence de la Révélation et de son origine céleste, rien ne doit paraître plus surprenant que les progrès du Déisme, et que la fière obstination de l’Incrédulité. Lorsqu’une fois l’esprit a bien saisi les preuves, qui démontrent la divinité du Christianisme, et que le cœur en a vivement senti la beauté, on ne conçoit pas, comment il se peut, qu’un sìècle, aussi éclairé qu’est le nôtre, voit tant de libertins et de prétendus esprits forts rejetter l’Évangile avec hauteur et se permettre même assez souvent de l’attaquer avec audace. L’étonnement redouble, quand on considère, que, dans la foule des ennemis de la Religion, il se trouve nombre de personnes, qui, loin de manquer de lumières ou de génie, brillent au contraire dans le monde par leurs connaissances ou par leur pénétration. Plus on est convaincu, moins on comprend qu’ils soient si incrédules; et il faut avouer, qu’au premier coup d’oeil, le phénomène semble inexplicable. »

« Nous osons, néanmoins, entreprendre de l’expliquer; et nous nous flattons de pouvoir le faire heureusement, à la faveur des directions que Salomon donnait aux hommes de son temps, dans les paroles que nous venons de vous lire. Le but n’en est pas équivoque. Ce sage Prince l’expose lui-même sans ambiguité dans le verset cinquième de notre texte, où il promet à celui qui recevra par devers lui ses paroles et qui mettra en réserve ses commandements, qu’il connaîtra la crainte de l’Éternel et qu’il trouvera la connaissance de Dieu. C’est cette crainte, cette connaissance religieuse qu’il appelle ici, par excellence, (comme dans tout le reste de ce Livre des Proverbes) la sagesse, l’intelligence, la prudence, parce que, comme il le dit ailleurs, craindre Dieu et garder ses commandements, c’est le tout de l’homme. Et ce qu’il veut qu’on fasse pour acquérir cette précieuse sagesse, c’est de rendre son oreille attentive à ses leçons, d’incliner son cœur vers elle, de l’appeller, de lui adresser sa voix, de la chercher comme de l’argent, de la rechercher soigneusement comme des trésors. »

« Voilà donc, Mes Frères, la vraie source de l’incrédulité et de l’irréligion découverte. Pour se former à la connaissance et à la crainte de l’Éternel; pour reconnaître dans la Révélation, cette prudence, cette intelligence céleste, qui unit les hommes à Dieu; ce n’est pas assez d’avoir des lumières et de l’esprit: il faut en faire un bon usage; il faut apporter à l’étude de la Religion des dispositions préalables, sans lesquelles, en l’étudiant sans goût, on l’étudie, par cela même, sans fruit. C’est le manque de ces dispositions qui, à parler en général, donne au Christianisme tant de sectateurs indifférents, et ce sont les dispositions opposées, qui soulèvent contre lui tant d’ennemis opiniâtres. »

« Pour vous en convaincre, il suffira presque de les indiquer, ces dispositions; et sous l’écorce des termes figurés dont Salomon s’est servi pour les décrire, j’en découvre au moins six principales: 1) Il faut incliner son cœur à l’intelligence, avoir un amour sincère pour la vérité. – 2) Rendre son oreille attentive à la sagesse, être tout prêt à reconnaître cette divine vérité et à y souscrire sur des preuves suffisantes. – 3) Appeller à foi la prudence, adresser sa voix à l’intelligence, c’est-à-dire, étudier, rechercher, cultiver la vérité pour elle-même, à cause de l’excellence qui lui est propre. – 4) La chercher comme de l’argent, comme un bien précieux, qu’on souhaite ardemment de découvrir. – 5) La rechercher soigneusement comme des trésors, en y employant avec industrie, avec zèle, avec persévérance, tous les moyens convenables, – 6) Enfin, ce qui résulte des cinq disposìtions précédentes, il faut être fermement résolu à se laisser conduire par elle, sans y mettre aucun obstacle, quand une fois on l’aura trouvée et reconnue. »

« Telle est, selon Salomon, la route, qu’il faut suivre, pour parvenir à une connaissance salutaire de Dieu et de la Religion. Recevez, Mes Frères, avec docilité les paroles de ce pieux Monarque: mettez en réserve par devers vous ses commandemens; et veuille le Seigneur, qu’à mesure que vous verrez les égarements funestes de ceux qui se prescrivent d’autres maximes que les siennes, vous vous confirmiez, de plus en plus, dans le dessein d’étendre et de perfectionner votre foi, en profitant de ses sages directions! Ainsi soit-il! »

**********************

Voir aussi:

Proverbes 2:1-5 : Sermon sur les dispositions qu’il faut apporter à l’étude de la religion (2e partie)

Question : Comment étudier la Bible profitablement? (1re partie)

Question : Comment étudier la Bible profitablement? (2e partie)

Question : Comment étudier la Bible profitablement? (3e partie)

Question : Comment étudier la Bible profitablement? (4e partie)

Question : Comment étudier la Bible profitablement? (5e partie)

« Directions pour lecture de la Bible » de César Malan (1823)

Livre électronique gratuit: « Le déisme réfuté d’une manière courte et facile » de Charles Leslie (1650-1722)

Livre électronique gratuit : « L’incrédulité moderne, considérée par rapport à ses effets et à son influence sur la société » de Robert Hall (1764–1831)

Livre électronique gratuit : « Dissertation sur les miracles, dans laquelle on réfute les principes de David Hume » de George Campbell (1719-1796)

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s