2 Rois 2:23-25

 elisha-and-bears« [Élisée] monta de là à Béthel; et comme il cheminait à la montée, des petits garçons sortirent de la ville, et se moquèrent de lui. Ils lui disaient: Monte, chauve! monte, chauve! 24 Il se retourna pour les regarder, et il les maudit au nom de l’Éternel. Alors deux ours sortirent de la forêt, et déchirèrent quarante-deux de ces enfants. 25 De là il alla sur la montagne du Carmel, d’où il retourna à Samarie. » (2 Rois 2:23-25)

Ayant déjà présenté d’autres enseignements sur 2 Rois, je veux partager ici des commentaires instructifs sur ce passage controversé dans 2 Rois qui avaient été écrits par un pasteur suisse du 19e siècle et auteur que j’apprécie beaucoup, Louis Gaussen :

Mais hâtons-nous d’en venir à la dernière des trois scènes de notre texte; nous venons de voir un miracle de miséricorde en Jérico; en voici un de jugement à Béthel. Elisée alla visiter, l’une après l’autre, les écoles des prophètes à Jérico, à Béthel, au Carmel, et il se rendit ensuite à Samarie, où Dieu voulait l’aire de lui un instrument de sa puissance pour accomplir ses grands desseins et délivrer miraculeusement trois armées et trois rois, Israël, Juda et Edom. Quand on apprit à Béthel que le prophète successeur d’Élie allait arriver, beaucoup de gens, et en particulier beaucoup d’enfants, sortirent au-devant de lui; mais il paraît que, malgré l’école de prophètes qui était dans ses murs, le peuple de cette ville vivait dans l’incrédulité; c’était un des lieux où l’impie Jéroboam avait établi un veau d’or. On y haïssait, paraît-il, les gens religieux; on méprisait Elie et Elisée , et on élevait mal les enfants; ils apprenaient dans leurs familles, et peut-être dans leurs écoles, à donner des sobriquets ou des noms injurieux aux gens pieux et à les insulter. Il paraît que, par haine de la religion, les gens de la ville avaient excité les gamins à aller au-devant du prophète, qui montait la colline environné probablement des pauvres étudiants et des pauvres fidèles de la contrée; ils savaient qu’on disait Elie monté au ciel, mais très probablement ils ne le croyaient pas; et quand ils virent Élisée pauvre, humblement vêtu, et, de plus, chauve malgré sa jeunesse, ils se mirent à se moquer et à lui crier: Monte, chauve! Monte, chauve! On a pensé que ce mot monte faisait allusion à l’histoire de l’ascension d’Elie : Où sont tes chariots de feu! Monte donc, toi aussi au ciel!

Être chauve, mes enfants, c’est-à-dire n’avoir pas de cheveux sur la tête, n’est point une infirmité choquante; il n’y a rien là de bien fâcheux. Les fatigues du service d’Elisée auprès d’Élie l’avaient peut-être fait devenir tel plus jeune que cela n’arrive d’ordinaire; le mépris, le ridicule dont on voulait le couvrir venait donc, sans doute, plutôt de ce qu’il était le représentant de la religion en Israël. Ce n’était probablement point la première fois que ces enfants se raillaient des gens pieux, et leur conduite envers Elisée n’était qu’un des nombreux traits de l’impiété et de l’irréligion qui régnaient dans cette malheureuse cité; elle était, en tout cas, une preuve de celle de leurs parents et de la mauvaise éducation qu’ils avaient reçue. Leur péché était très odieux: 1) Il est très coupable, chez des enfants, de se moquer des infirmités de leurs semblables, fût-ce même d’un enfant de leur âge. Tel enfant est bossu ou il a perdu un œil, ou il boite en marchant. Ah! il faut un cœur bien dur et bien cruel pour ne pas le plaindre, pour ne pas désirer le consoler, et chacun ne devrait-il pas se dire : Ah! si c’était moi! Ah! si le même malheur m’arrivait!

2) C’est aussi une faute très-grave, chez des enfants, de manquer de respect envers les personnes âgées : « Lève-toi devant les cheveux blancs et honore la personne du vieillard, » dit l’Eternel. (Lévitique chapitre 19, verset 32)

3) C’est un grand crime surtout de se railler des gens à cause de leur piété; c’est insulter Dieu dans leur personne. Ah! mes enfants, s’il vous arrivait de voir quelque chose de pareil dans vos écoles, dans vos ateliers, soyez courageux pour témoigner votre indignation. Confessez Jésus-Christ, et si l’on se moque de vous pour cela, « vous serez bienheureux, car le Seigneur vous confessera au dernier jour devant son Père » alors que les moqueurs et les impies crieront aux rochers et aux montagnes : « Tombez sur nous et cachez-nous de devant la colère de Dieu et de l’Agneau. »

4) Enfin, quel crime que d’insulter un ministre de Dieu, un prophète de Dieu!

Nous voyons ce qu’il en faut penser d’après la conduite d’Elisée, ou plutôt d’après celle de Dieu, car Elisée ne fit rien ici que par la direction de l’Eternel. Il continuait à monter tandis que ces malheureux enfants continuaient à l’insulter; mais, à la fin, le zèle de Dieu l’anima d’une sainte indignation; il se retourna et les regarda en face, peut-être pour que le regard sérieux d’un homme grave et pieux les fît rentrer en eux-mêmes; mais voyant que rien ne les arrêtait, il reçut l’ordre de les maudire de la part de l’Eternel, c’est-à-dire de dénoncer le châtiment de Dieu contre eux.

Ce n’est pas lui qui les mettait à mort, pas plus qu’Elie les cinquante hommes envoyés par Achazia; mais c’est lui qui prononçait sur eux, par une inspiration divine, le jugement de l’Eternel, comme lorsque Pierre dit à Ananias: « Tu as menti, » et à Saphira : « Voici, les jeunes gens qui ont emporté ton mari t’emporteront. » Ce n’était pas une vengeance personnelle, mais une déclaration de la bouche de Dieu contre les méchants.

C’était: 1) un châtiment sur ces enfants coupables; Dieu prend garde aux actes des petits; 2) un châtiment sur leurs parents coupables; 3) un châtiment sur toute la ville coupable, qui reçut par là une de ces leçons telles que Dieu en envoie quelquefois, par des guerres, des fléaux, le choléra, la petite vérole, etc. Jugez des émotions de toute cette foule, de cette bande criarde de jeunes garçons, et de toutes les maisons de leurs parents!

Si ce n’avait pas été l’Eternel qui avait conduit son serviteur, il n’aurait pas ratifié sa malédiction par le terrible jugement qui suivit : tout d’un coup, deux ourses, qui, allaitant sans doute leurs petits dans le voisinage, étaient plus furieuses et plus terribles que les autres, sortent de la forêt, se précipitent au milieu de cette bande; de leurs pieds terribles elles abattent – ces enfants, de leurs ongles elles les déchirent, et de leurs dents puissantes elles les brisent! Jugez de l’horreur de cette scène! S’il n’y avait qu’un enfant tué, on en frissonnerait; et quarante-deux! — Jugez de la douleur des habitants de Béthel à la vue de ces cadavres mutilés. Jugez de leurs regrets et de leurs remords! — C’est nous qui avons appris à nos enfants à ne pas respecter les choses saintes! Nous sommes la cause de leur mort, durent se dire les malheureux parents. — Jugez par là de l’angoisse du dernier jour, quand des parents verront leurs enfants repoussés loin de Dieu, et pourront se dire: C’est ma faute; je ne les ai pas élevés dans la crainte de Dieu, dans le respect de sa Parole et de ses prophètes!

À la vue de ce terrible jugement, reconnaissons, 1) combien Dieu hait le péché; 2) combien les enfants doivent trembler de prononcer des paroles légères sur la religion, moqueuses sur les gens pieux et sur les choses saintes. Dieu voyant que les enfants de Béthel deviendraient des impies les retira de ce monde; il aurait pu le faire par le choléra, par un mal dans la tête, dans la poitrine, afin d’éprouver et de châtier aussi leurs parents. Mais, sans doute, pour donner une grande leçon dans la ville, dans la contrée et dans toutes les générations, il fit descendre de la montagne ces bêtes furieuses.

source: Louis Gaussen, « Leçons sur les prophètes Elie et Elisée »

***************************************

Voir aussi:

2 Rois 5:1-19

2 Rois 5:20-27

2 Rois 13:1-25

2 Rois 4:1-7

2 Rois 4:1-7 (2e partie)

2 Rois 4:1-7 (3e partie)

Livre électronique gratuit : un commentaire sur 1 Rois et 2 Rois (en français)

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s