1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (12e partie)

********************************

Voir aussi:

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (1re partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (2e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (3e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (4e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (5e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (6e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (7e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (8e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (9e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (10e partie)

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (11e partie)

********************************

DoctrinesDemons« Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, 2 par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, 3 prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. » (1 Timothée 4:1-3)

Au lieu de ré-inventer la roue et afin de montrer que l’interprétation de cette prophétie que je crois être la bonne n’est pas nouvelle et dans le but de présenter une interprétation assez détaillée et intelligente de cette prophétie, je vais vous citer différents paragraphes écrits par le pasteur et écrivain huguenot Jean Daillé:

TOUT S’EST ACCOMPLI AUX DERNIERS TEMPS (!!!!!!), comme il l’avait dit, et précisément en la manière, qu’il l’avait dit. Car pour ne point parler des autres erreurs, qui ont altéré la foi des chrétiens avec le temps, le service religieux des créatures y est entré de bonne heure, la vénération des reliques, et l’invocation des anges, et des saints, et quelques siècles après le culte des images, et enfin l’adoration de l’hostie. Je laisse là les autres qualités de ceux, qui ont avancé ces services parmi les chrétiens; mais il est bien certain, et on ne le peut nier, qu’ils avaient celles, que l’Apôtre leur donne en ce lieu; qu’ils défendaient de se marier et ordonnaient de s’abstenir des viandes. Car l’histoire ecclésiastique nous apprend clairement, que les moines ont été les premiers et principaux ouvriers, qui ont introduit et avancé toutes ces branches du service religieux des créatures, chacune en son temps les unes après les autres; la vénération des reliques la première, l’invocation des saints presque conjointement; le culte des images deux cent ans après, et les commencements de la transsubstantiation au neuvième siècle, et aux suivants; d’où s’est enfin formée l’adoration de l’hostie, la plus étrange de toutes ces erreurs. À la naissance, au progrès, à l’accroissement et à l’établissement de chacun de ces abus, les moines paraissent toujours les premiers, les plus empressés et les plus échauffés … Saint Paul ne nous les pouvait marquer plus clairement, que par la discipline du célibat et de l’abstinence. Car ce sont là les deux caractères essentiels de leur profession; leur première et principale loi a été d’obliger tous ceux de leur ordre de ne point se marier, et de leur commander de s’abstenir des viandes; et de provigner* l’une et l’autre de ces deux institutions dans l’Église le plus qu’il leur serait possible, détournant les hommes et les femmes du mariage, et les formant à de certaines abstinences réglées, légitimes et solennelles par leurs exemples, par leurs exhortations, et par leurs livres, s’ils étaient capables d’en faire. Aujourd’hui** ils retiennent et observent tous le célibat exactement; mais excepté quelques ordres, la plupart se sont fort relâchés de l’abstinence des viandes; qui avec celle du vin était au commencement et fort rigoureuse et générale et perpétuelle à tous les moines, tant ermites, et anachorètes, que coenobites ou conventuels, c’est-à-dire à ceux qui vivent ou chacun à part, ou plusieurs ensemble.

* un synonyme de provigner (pro-vigne-er) est « greffer »

** M. Daillé avait écrit ces mots au 17e siècle

Et bien que l’érudition et l’éloquence de quelques-uns d’eux, qui a été excellente sans contredit, ait beaucoup contribué à l’avancement de ces faux services; néanmoins en parlant généralement, la grande et tout à fait exorbitante réputation de sainteté, que leur acquit dès le commencement leur célibat, et l’austérité de leurs abstinences, est très assurément le principal moyen, qui fit recevoir si favorablement, et en tant de lieux, et en si peu de temps ces doctrines, quoi que contraires à l’Évangile; chacun croyant que des hommes si extraordinaires que l’on prenait tous pour autant d’Élies et de Jean Baptistes, n’approuvaient et n’autorisaient rien, qui ne fût salutaire et vraiment divin. Ainsi vous voyez combien est admirable cette prédiction de l’Apôtre, qui a compris toute cette histoire mystique en trois mots, en disant que la révolte de la vraie et sincère foi, et la créance de la mauvaise et pernicieuse doctrine se ferait et se procurerait par le déguisement et les fausses apparences de certaines gens, qui disant et débitant des fables, cacheraient les taches de leurs consciences sous le manteau d’une sainteté apparente, qui consiste en l’observation du célibat et en l’austérité du vivre, défendant de se marier, et commandant de s’abstenir des viandes, que Dieu a créées.

… [que Dieu] nous face à tous la grâce de demeurer fermes dans Sa salutaire vérité, sans que ni l’éclat du célibat des moines, ni les austérités de leurs abstinences, ni les autres apparences, quelques agréables ou merveilleuses qu’elles soient, nous puissent donner de l’amour ou de l’admiration pour l’erreur. Contentons nous du vrai culte évangélique, en esprit et en vérité, que Jésus nous a enseigné, nous abstenant, non des institutions, ou des créatures de Dieu, mais des convoitises de la chair, qui bataillent contre l’âme; afin qu’après avoir heureusement achevé notre pèlerinage terrestre en la foi de la vérité, et en la pureté du service divin, en bonne conscience et avec l’édification de nos prochains, nous ayons part quelque jour au glorieux salut, que le Seigneur promet à ceux, qui auront persévéré jusqu’à la fin. Amen.

source:

Jean Daillé, « Exposition de la première Epître de l’apôtre saint Paul à Timothée en 48 sermons – volume 2 (chapitres 4 à 6) » (Livre numérique Google)

********************************

Voir aussi:

1 Timothée chapitre 4 : Les doctrines de démons (13e partie)

Accomplissements des prophéties bibliques : mes convictions personnelles

 

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s