Que penserait John Wesley de ces méthodistes modernes?

Récemment, des représentant(e)s du World Methodist Council ont rencontré le pape pour discuter d’une collaboration entre l’église catholique romaine et les églises méthodistes faisant partie de ce groupe méthodiste mondial.

« Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » (2 Corinthiens 6:15-16)

La dénomination méthodiste avait été fondée par John Wesley et cet homme malgré ses erreurs doctrinales (ex. arminianisme, perfectionnisme), avait au moins la sagesse (comme ses contemporains baptistes, presbytériens, anglicans, luthériens, congrégationalistes et vaudois) de croire et d’affirmer clairement que la papauté (la lignée des papes) est l’accomplissement des prophéties bibliques décrivant la venue de l’AntiChrist. Par conséquent, John Wesley condamnerait ces « fornicateurs écuméniques » qui veulent « forniquer » avec la Grande Prostituée.

Voici ma traduction rapide et imparfaite de quelques mots tirés de ses notes sur 2 Thessaloniciens chapitre 2:

« … le pape est emphatiquement l’homme de péché, puisqu’il fait augmenter et croître toutes sortes de péché de façon importante. Et il est aussi désigné de façon approprié par le titre « fils de perdition » puisqu’il a causé la mort de multitudes innombrables, parmi ses ennemis et ses supporteurs, a détruit un nombre innombrable d’âmes et qui sera détruit lui-même pendant l’éternité. »

(anglais original : « He is, in an emphatical sense, the man of sin, as he increases all manner of sin above measure. And he is, too, properly styled, the son of perdition, as he has caused the death of numberless multitudes, both of his opposers and followers, destroyed innumerable souls, and will himself perish everlastingly. »)

source :

https://www.studylight.org/commentaries/wen/2-thessalonians-2.html

Les baptistes, presbytériens et congrégationalistes dans leurs confessions de foi avaient déclaré officiellement et clairement et doctrinalement la même chose.  Dans, par exemple, la confession de foi baptiste de Londres de 1689, on lit au 4e paragraphe du 26e chapitre (« L’Église ») les mots suivants:

Le Seigneur Jésus-Christ est le Chef de l’Église; en lui est investi, par le décret du Père, tout pouvoir pour l’appel, l’institution, l’ordre et le gouvernement de l’Église d’une manière suprême et souveraine (Colossiens 1:18; Matthieu 28:18-20; Éphésiens 4:11-12). Le pape de Rome ne peut être chef de l’Église en aucun sens, mais est cet antichrist, cet homme de péché et fils de perdition qui se dresse lui-même dans l’Église contre Christ et contre tout ce qui est nommé Dieu; le Seigneur le détruira par l’éclat de son avènement (2 Thessaloniciens 2:2-9).

source:

http://www.metropolitantabernacle.org/NewMT/media/Other-language-pages/Confession-de-foi-1689.pdf

******************************

Voir aussi:

Accomplissements des prophéties bibliques : mes convictions personnelles

Écuménisme

Catholicisme romain

Vidéos et enregistrements audio

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s