Comment j’avais été mené providentiellement à rejeter le dispensationalisme sioniste

« Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ » (Galates 1:10)

Après deux rencontres surprises de deux frères-en-Christ en l’espace de 3 jours*, j’ai pensé ce matin que ça serait une bonne idée de fournir quelques détails concernant comment je suis passé du dispensationalisme sioniste (ex. enlèvement secret, prémillénarisme, sionisme, un temple qui sera reconstruit à Jérusalem, la ré-institution des sacrifices d’animaux, un antichrist militaire qui ne règnera que quelques années à la fin des temps et qui signera une alliance politique avec la nation moderne qui porte le nom « Israël », un Millénium pendant lequel les Juifs selon la chair seraient dominants et les Gentils selon la chair seraient des citoyens de second rang peut-être assez dignes pour nettoyer les toilettes) à sincèrement adopter par amour de la vérité** une meilleure façon d’interpréter les passages prophétiques de la Bible… une façon d’interpréter les passages prophétiques qui s’aligne mieux avec ce qui avait été enseigné ouvertement et fermement pendant des siècles par des baptistes et protestants et martyrs du passé.

* une de ces rencontres surprises était arrivée en raison de questions sur l’eschatologie et l’autre rencontre m’avait mené à parler un peu de mon cheminement ecclésiastique (catholicisme romain –> pentecôtisme –> église baptiste dispensationaliste –> église réformée baptiste) qui a été lié au sujet de l’eschatologie de façon très importante; malgré ce que certaines personnes peuvent penser faussement à mon égard, l’eschatologie n’est pas pour moi de la simple (pardonnez mon expression) « masturbation intellectuelle »; l’étude de l’eschatologie avait été utilisée par Dieu pour me mener vers le véritable Évangile (pas une petite chose!); c’est alors compréhensible que je mette une emphase assez importante sur le sujet surtout qu’une des raisons pourquoi le mouvement écuménique fonctionne si bien est en raison de l’ignorance d’un grand nombre de personnes des prophéties bibliques qui condamnent la papauté et le catholicisme romain; si je m’oppose ouvertement au prétérisme et au futurisme dispensationaliste, c’est parce que ces deux systèmes, issus tous deux de l’Ordre des Jésuites, ont mélangé un grand nombre de baptistes et protestants et ont rendu ces mêmes personnes plus potentiellement propices à la fornication écuménique et à la collaboration avec Rome; en proclamant ouvertement l’identité véritable de l’AntiChrist et de la Grande Prostituée comme mes prédecesseurs dans la foi, j’honore le Dieu de vérité qui avait inspiré des hommes à nous donner ces prophéties pour le bien de Ses enfants et je rends un service à la chrétienté malgré ce que peuvent penser certains; dans une guerre spirituelle, ne faut-il pas bien identifier les agents humains du Malin (2 Corinthiens chapitre 11) et avertir le peuple de Dieu? ; j’encouragerais n’importe qui de regarder ce que j’ai partagé sur ce blogue jusqu’à présent concernant l’eschatologie et et de me montrer par l’Histoire que j’enseigne des nouveautés étranges et de me montrer par les Écritures que j’ai négligé le contexte des passages bibliques traités et que j’ai enseigné des choses impies qui vont égarer des âmes

** mon rejet du dispensationalisme n’a pas été sans conséquences douloureuses; j’ai été rejeté par des frères et soeurs en Christ qui ont été aveuglé(e)s par un dogmatisme dispensationaliste qui est très récent dans l’Histoire de l’Église; ces mêmes frères et soeurs en Christ démontrent une grande incohérence en lisant et appréciant et recommandant des auteurs chrétiens pieux du passé qui n’étaient pas des dispensationalistes (ex. John Bunyan, Charles Spurgeon, J. C. Ryle, Jonathan Edwards, Matthew Henry) tout en rejetant des chrétiens modernes qui partagent les mêmes convictions eschatologiques que ces mêmes auteurs pieux du passé appréciés par les dispensationalistes; pourquoi cette acception de personnes et ce manque de charité? pourquoi cette incohérence?

Je ne crois pas que la bonne façon d’interpréter l’Apocalypse avait seulement été révélée au milieu de 19e siècle. Dois-je croire qu’un livre qui promet explicitement une bénédiction à ceux et celles qui le lisent a été complètement mal compris*** par les véritables enfants de Dieu pendant près de 18 siècles? Dois-je croire que le Saint-Esprit qui avait inspiré le livre de l’Apocalypse n’avait pas pris la peine d’illuminer les véritables croyant(e)s – incluant un grand nombre de martyrs – concernant la bonne façon d’interpréter ce livre pendant près de 18 siècles et qu’on doit remercier John Nelson Darby et C. I. Scofield de nous « avoir ouvert les yeux »?

*** je fais référence aux portions prophétiques du livre, c’est-à-dire à partir du début du chapitre 6

***********************************************

AVANT 2001

J’étais un catholique romain jusqu’au 3 février 2001. Dans les années précédant ma conversion à la foi chrétienne véritable, j’étais très intéressé par le sujet des prophéties bibliques en raison de l’avènement de l’an 2000 et des craintes populaires concernant la « Bogue de l’an 2000 » (Y2K). J’aimais regarder l’émission de Jack Van Impe, un dispensationaliste américain populaire, car il était à époque très écuménique et n’avait rien de mal à dire du pape ou du catholicisme romain. Les enseignements de M. Van Impe avaient grandement façonné mes convictions eschatologiques.

État des choses : j’étais un dispensationaliste pré-tribulationniste

***********************************************

2001-2002

Le 3 février 2001, le Seigneur m’avait grandement ouvert les yeux concernant l’identité véritable de la Grande Prostituée présentée dans la vision d’Apocalypse chapitre 17. Comprenant clairement cette vision pour la première fois de ma vie, comment pouvais-je rester dans l’église catholique romaine qui est destinée à être jugée sévèrement à la fin des temps? Après m’avoir gracieusement révélé la vérité concernant le catholicisme romain et la papauté, le Seigneur me mena à croire au véritable Évangile et à me repentir de mes péchés et de mes fausses croyances. Loué soit l’Éternel pour Sa grâce!

Malgré avoir compris par l’illumination du Saint-Esprit, qui m’avait souverainement régénéré, que l’église catholique romaine est la Grande Prostituée d’Apocalypse chapitres 17 et 18, j’étais toujours accroché à des idées dispensationalistes (ex. reconstruction d’un temple à Jérusalem, un antichrist militaire qui serait un génie financier et un maître négociateur à la tête de l’Union Européenne). Après avoir été sauvé, j’avais fréquenté pour un temps une assemblée pentecôtiste. Je me suis fait bien des ami(e)s dans ce milieu et je les avais envoyé des courriels présentant assez souvent l’enseignement d’un enlèvement secret. Un des récipiendaires de ces courriels m’avait exhorté quelques mois après ma conversion à ne pas enseigner l’enlèvement secret et il chercha à me convaincre que cette doctrine était fausse. Ne pouvant pas bien répondre à ses arguments et manquant de patience, je me suis irrité contre lui. À ma honte. Pas un bel épisode dans ma vie chrétienne. Après ce temps, j’hésitais de parler de l’enlèvement secret à d’autres. Du moins à l’enseigner de façon dogmatique.

Après avoir quitté l’église pentecôtiste que j’avais fréquenté pendant un certain temps après ma conversion, je suis devenu membre d’une assemblée baptiste calviniste dispensationaliste (2002). J’avais quitté le mouvement pentecôtiste après avoir été providentiellement exposé aux doctrines de grâce dans un premier temps à travers quelques auteurs chrétiens**** du passé (ex. César Malan) et ensuite à travers les enseignements formels d’un pasteur baptiste. Malheureusement, les doctrines de la grâce sont rejetées par les pentecôtistes qui ont majoritairement reçu les erreurs sérieuses de l’arminianisme (ex. la perte du salut, l’élection conditionnelle, la régénération décisionnelle). Malgré une réticence initiale d’étudier le sujet de la rédemption particulière et malgré des préjugés basés sur l’ignorance, je suis venu à rejeter l’arminianisme et je remercie le Seigneur qu’IL m’avait ouvert les yeux à cette époque concernant mes erreurs doctrinales (ex. rédemption universelle, régénération décisionnelle, élection conditionnelle, perte du salut, libre arbitre).

**** puisque Dieu avait utilisé au début de ma vie chrétienne des livres pour me convaincre de mes erreurs arminiennes, c’est pour ça aujourd’hui que j’utilise ce blogue principalement pour promouvoir des livres chrétiens disponibles gratuitement en français; je connais et j’apprécie la valeur de bons livres chrétiens

Après avoir rejeté l’arminianisme, comment pouvais-je rester au sein d’une église pentecôtiste qui prêchait la fausse doctrine de la perte du salut? Même s’il y avait un esprit communautaire fort et un bon nombre de frères et soeurs réellement nés-de-nouveau et zélés pour le Seigneur au sein de cette assemblée. J’avais prié au Seigneur afin de trouver une assemblée où je pouvais croître en piété et en connaissance et Dieu m’avait mené vers un pasteur qui était et qui demeure toujours zélé pour la vérité biblique. Merci Seigneur! Certaines personnes seront insultées par ce que je vais sincèrement dire ici mais je vais le dire quand même car il faut que ça soit dit ouvertement: je remercie le Seigneur de m’avoir sorti du mouvement pentecôtiste où il y a, malgré les grandes affirmations par certain(e)s adhérent(e)s concernant l’activité (supposée) du Saint-Esprit dans ce milieu, un très grand manque de discernement spirituel, la fornication écuménique sans honte, l’enseignement de la fausse doctrine de l’arminianisme, les faux enseignements du dispensationalisme sioniste, l’élévation de certains pasteurs vedettes comme étant des « Super Oints »*****, un manque de profondeur dans les enseignements et connaissances théologiques, une trop grande emphase sur l’argent et le miraculeux, une tendance orgueilleuse chez un certain nombre de voir les baptistes et protestants non-apostats comme étant moins « spirituels » et moins « remplis du Saint-Esprit » et comme étant des « adorateurs constipés », le faux enseignement véhiculé par un grand nombre que le parler en langues (absent pendant au moins 18 siècles dans l’Histoire de l’Église) est un signe normatif et infaillible qu’une personne est véritablement sauvée, des cultes d’adoration qui ressemblent plus à des concerts rock et à des spectacles qu’à un culte approuvé de Dieu (Ecclésiaste 5:1), le terrain glissant et dangereux du mysticisme, des comportements bizarres similaires à ce qui se trouve dans le voudou et l’hindouisme, l’émotionalisme et le rejet du principe chrétien du Sola Scriptura. Aurais-je connu la même croissance dans ma vie spirituelle (piété, connaissances théologiques, prière) si j’avais demeuré dans le mouvement pentecôtiste? Non. (Note : je reconnais qu’il y a des frères et soeurs dans le milieu pentecôtiste qui sont minoritaires dans leur opposition à l’Évangile de prospérité et à la fornication écuménique avec la Grande Prostituée catholique romaine – loué soit Dieu pour cette minorité de frères et soeurs sentinelles qui ont un certain niveau de discernement! – car Dieu a utilisé par exemple un frère pentecôtiste pour m’avertir dans le passé concernant certains dangers et fausses doctrines – ex. l’enlèvement secret – mais je les recommanderais fortement de recevoir les doctrines bibliques de l’élection divine, la dépravité totale de l’homme, la rédemption particulière, la grâce invincible et la persévérance des saints au lieu d’ahérer en commun avec des sectes pernicieuses – ex. catholicisme romain, mormonisme, Témoins de Jéhovah, campbellisme, adventistes du septième jour – à la fausse doctrine de la perte du salut; n’est-ce pas un terrain très glissant et dangereux que de partager avec des hérétiques et apostats une ou des doctrines sotériologiques fausses?)

***** assez similaire à l’élévation des prêtres et des « saints » par les catholiques romains

En raison de mon appréciation des connaissances et du zèle du pasteur baptiste dispensationaliste qui m’avait aidé à approfondir ma compréhension de l’Évangile et des différents aspects du salut après mon temps parmi les pentecôtistes, je m’étais contenté de croire que l’enlèvement secret c’était biblique simplement en raison du fait que ce pasteur, qui m’avait aidé à mieux comprendre les Écritures, le croyait sincèrement. Disons que ce n’était pas une attitude très béréenne (Actes 17:11) de ma part à cette époque de simplement recevoir une doctrine parce qu’un pasteur, quel que soit son niveau de piété ou son niveau de connaissance des Écritures, le croit. Il faut qu’une doctrine soit bien enseignée par les Écritures.

État des choses : j’étais un dispensationaliste pré-tribulationniste mais pas pleinement convaincu de la doctrine de l’enlèvement secret et incohérent concernant l’interprétation des prophéties sur l’Antichrist

***********************************************

2004

Quelle ironie que pendant une conférence organisée par des baptistes calvinistes dispensationalistes américains, j’allais être exposé à deux documents qui allaient me mener à questionner de plus en plus le dispensationalisme sioniste! J’avais rencontré lors de cette conférence un calviniste non-dispensationaliste ayant des tendances anabaptistes. Un mélange étrange car malheureusement les anabaptistes ont été dans leur histoire majoritairement si pas exclusivement des arminiens. J’avais parlé avec lui à quelques reprises pendant cette conférence et lors d’une des conversations, il avait critiqué le dispensationalisme. (Si ma mémoire est bonne, cette conversation avait eu lieu après un sermon qui présentait une défense du dispensationalisme.) En faisant référence aux Juifs selon la chair, il me disait que personne ne peut être sauvé en raison d’une appartenance raciale et il avait cité Jean chapitre 1, versets 12 et 13 : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir ENFANTS DE DIEU, lesquels sont NÉS, NON DU SANG, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Note rapide : ce verset, quand il est bien compris, réfute aussi l’arminianisme et sa doctrine du « libre arbitre ».) Ces paroles me dérangeaient et j’avais été voir par la suite le théologien invité qui avait présenté une défense du dispensationalisme pour savoir comment il traitait un tel passage. Ma question innocente lui gênait un peu et il avait de la difficulté à me donner une réponse satisfaisante. Les mots de « l’anabaptiste calviniste » qui avaient présenté des difficultés pour le théologien dispensationaliste m’avaient poussé à réfléchir sur la validité du système dispensationaliste. (Note : ce théologien, qui avait écrit un bon livre sur le Saint-Esprit que j’ai bien bien apprécié, devait défendre un système erroné alors je comprends qu’il avait eu de la difficulté à répondre à la question à cette époque; ce n’était pas parce que cet homme n’était pas compétent et connaissant des Écritures mais plutôt parce qu’il portait le fardeau d’un système eschatologique non-biblique)

Cet homme « anabaptiste calviniste » avait sa propre presse à imprimer et il vendait des vieux livres chrétiens ré-imprimés à bon marché. Le pasteur de l’église où avait lieu cette conférence était un dispensationaliste (du moins ouvertement) mais avait quand même permis que ce frère non-dispensationaliste vende ses livres là-bas. Certains de ces livres réfutaient le dispensationalisme. Ma curiosité me mena à acheter deux de ces livres. J’avais déjà prié au Seigneur dans le passé concernant le choix des livres à lire et je crois qu’IL avait exaucé mes prières à cette époque car ces deux petits livres allaient m’ouvrir les yeux concernant certaines erreurs eschatologiques dans ma pensée.

Le premier livre s’appelait « The Rapture of the Saints » de Duncan MacDougall. Dans ce livre, l’auteur montre avec documentation que les systèmes futuristes dispensationalistes et prétéristes viennent ultimement de l’Ordre des Jésuites, ces grands ennemis du vrai Évangile. C’était à travers ce livre très utile que j’avais appris comment le système futuriste dispensationaliste, enseignant que la papauté n’est pas l’AntiChrist mais que l’AntiChrist c’est plutôt un seul homme qui paraîtra un jour dans le futur, avait été propagé graduellement par certaines personnes se trouvant au sein du protestantisme visible au 19e siècle (ex. l’hérétique Edward Irving, le sectaire hautain% John Nelson Darby, le « docteur » auto-proclamé et non-accrédité C. I. Scofield). Si l’auteur dans sa critique du mouvement Darbyste était peut-être trop sévère, ses arguments étaient quand mêmes bons et valides. Ce livre me dérangea beaucoup et mes convictions dispensationalistes étaient en train de subir des coups. C’était dérangeant d’apprendre qu’une doctrine que je croyais être biblique était en fait une nouveauté relativement récente (19e siècle) qui n’avait pas été enseignée par les Pères de l’Église, les Vaudois et autres chrétiens pré-Réformateurs, les baptistes, les Réformateurs, les Puritains ou d’autres croyants éminents du passé. Un dispensationaliste, à qui j’avais prêté& ce livre, m’avait dit après la lecture du livre: « Ce n’est pas parce que les Jésuites ont inventé quelque chose que c’était nécessairement faux. » Il avait donc concédé que les preuves liant l’Ordre des Jésuites, ces ennemis du Christ vêtus d’une « apparence de piété », à l’invention de la doctrine de l’enlèvement secret et à l’invention de la doctrine d’un AntiChrist futur étaient solides.

% quand quelqu’un arrive sur la scène et dit que toute l’Église est apostate et que lui seul connaît la vraie façon d’interpréter la Bible, je n’ai aucune hésitation à le qualifier de sectaire hautain

& j’oublie exactement si je lui avais prêté ce livre ou s’il avait acheté sa propre copie

Le deuxième livre s’appelait « The Covenants » de R. B. C. Howell. Dans ce livre, l’auteur, un baptiste calviniste du 19e siècle et pour un temps le président de la Convention des Baptistes du Sud (« Southern Baptist Convention ») quand celle-ci était ouvertement et officiellement calviniste, avait présenté la relation existant entre les différentes alliances sous une perspective de la théologie de l’alliance (version crédo-baptiste) au lieu d’une perspective dispensationaliste. En lisant ce livre qui présentait une autre façon d’interpréter les « promesses faites aux pères », c’est-à-dire qui présentait des principes herméneutiques différents de ceux du dispensationalisme, je commençais de plus en plus à voir des problèmes avec les idées dispensationalistes mais je n’étais pas encore prêt à complètement abandonner le système. N’étant pas assez connaissant des Écritures, je ne pouvais pas pleinement apprécier à cette époque la force et validité des arguments apportés par M. Howell. C’était en 2008, alors que j’étais en train d’étudier le sujet des alliances et la théologie de l’alliance des baptistes du passé, que je suis venu à mieux apprécier les contenus de ce livre.

Un autre document que j’avais lu en 2004 était « Romanism and the Reformation » de Henry Grattan Guinness, un livre que j’allais relire et mieux apprécier une année plus tard. (Pour ceux et celles qui ne connaissent pas l’évangéliste irlandais Henry Grattan Guinness, il avait fondé une école pour former des missionnaires; un des étudiants de cette école était l’évangéliste français Ruben Saillens.) Ce livre, que j’avais trouvé gratuitement sur l’Internet, présente la doctrine de l’AntiChrist papal qui avait été enseigné dans les siècles passés par des baptistes, protestants, martyrs et même par certains catholiques romains. J’appréciais ce livre mais je n’étais pas encore prêt à cette époque à recevoir la doctrine que la dynastie des papes, au lieu d’un seul homme dans le futur, était l’AntiChrist prophétisé.

État des choses : j’étais ouvertement un dispensationaliste pré-tribulationniste mais intérieurement, je questionnais de plus en plus les doctrines dispensationalistes concernant l’AntiChrist et l’enlèvement

***********************************************

2005

J’oublie exactement comment (en hiver 2005) j’avais trouvé un sermon de 2 heures qui allait complètement détruire ce qui restait de mon attachement au dispensationalisme. Peut-être j’avais cherché pour un document électronique sur le calvinisme? En tous cas, j’avais trouvé le site web d’un auteur calviniste américain qui avait prêché un sermon d’environ 2 heures en 2003 sur le sujet de l’identité de l’AntiChrist. Le sermon s’appellait « The Doctrine of the Papal AntiChrist » et ce titre de sermon avait naturellement attiré ma curiosité. Je l’avais téléchargé et je l’avais écouté et ré-écouté à quelques reprises car ce message de 2 heures contenait beaucoup d’information et d’arguments. C’est après quelques écoutes de ce message, après prières et après méditations sur ce qui avait été enseigné que je suis venu à complètement abandonner l’enseignement d’un enlèvement secret de l’Église et l’enseignement d’un AntiChrist futur qui apparaîtra sur la scène politique mondiale après la « disparition de l’Église ». Je remercie le Seigneur que j’avais été exposé à ce sermon. (Note : je ne serais pas nécessairement d’accord avec toutes les autres positions doctrinales du même auteur – 1 Thessaloniciens 5:21)

Ayant rejeté des aspects eschatologiques du dispensationalisme et voulant apprendre à mieux interpréter le livre de l’Apocalypse et me débarasser de toutes mes idées dispensationalistes, j’avais été poussé à lire différents livres et documents en 2005. Un site web baptiste&& américain, que j’avais trouvé il y a quelques années afin de réfuter une des fausses doctrines du campbellisme, avait placé des notes de sermons pour chaque chapitre du livre de Daniel.  J’avais lu toutes ces notes de sermons et pour moi, le livre était devenu bien plus clair. J’étais content de voir comment ils avaient montré avec l’aide de différentes sources l’accomplissement de presque toutes les prophéties de Daniel. En lisant ces notes qui mentionnaient à différentes reprises l’auteur chrétien Philip Mauro, j’avais été mené à lire le très bon livre « THE SEVENTY WEEKS AND THE GREAT TRIBULATION ». Ce livre présente l’accomplissement parfait de la prophétie des soixante-dix semaines de Daniel chapitre 9 qui n’a rien à voir avec un AntiChrist futur. M. Mauro est un auteur que j’apprécie beaucoup. Il avait aussi écrit un commentaire sur Galates, un commentaire sur l’Apocalypse, un traité défendant le crédo-baptisme, un livre réfutant l’évolutionnisme et au moins un livre réfutant le dispensationalisme (cliquez ici).

&& ces baptistes, que Dieu allait utiliser en 2007 de façon instrumentale pour m’aider à approfondir ma connaissance de la nature véritable du Millénium, ne sont pas tout à fait calvinistes; ils enseignent la doctrine de la rédemption particulière mais ils n’enseignent pas la préservation et persévérance des saints car ils croient que la grâce invincible, « quatrième point du calvinisme », se limite à la régénération uniquement et n’a rien à voir avec la conversion et la préservation de l’élu; ils se distinguent aussi de la plupart des baptistes en enseignant que Jésus-Christ est seulement Fils de Dieu par Son incarnation au lieu d’être le Fils Éternel de Dieu

Deux autres livres qui m’avaient aidé en 2005 à mieux comprendre les prophéties de Daniel et de l’Apocalypse étaient « Romanism and the Reformation » de Henry Grattan Guinness, un livre que j’avais lu pour la première fois en 2004, et un commentaire de 2500 pages (4 volumes, près de 10000 notes de page, au moins 5 éditions) sur l’Apocalypse qui avait été recommandé par Charles Spurgeon et qui s’appellait « Horae Apocalypticae ». (Un résumé en français des contenus de ce grand livre est disponible ici.) Ces deux auteurs étaient des prémillénaristes non-dispensationalistes ou des prémillénaristes historiques. J’avais rejeté en 2005 différents aspects du dispensationalisme mais j’adhérais toujours au prémillénarisme. Un prémillénarisme plus biblique qui a eu des grands défenseurs au cours des siècles.

Encouragé par la lecture du livre de Henry Grattan Guinness qui me donna la conviction qu’il était important de présenter ces vérités prophétiques à d’autres personnes, j’avais demandé à mon pasteur dispensationaliste de pouvoir prêcher un enseignement lors du culte du dimanche après-midi (juillet 2005) et il m’avait permis de le faire. Quand je lui avais demandé de prêcher, je ne lui avais pas révélé le sujet du message. J’avais préparé et prêché un sermon d’introduction pour ce que j’espérais allait devenir Dieu voulant une série de sermons développant le sujet de l’identité véritable et historique de l’AntiChrist. J’avais aussi à cette époque préparé et envoyé à différents croyants un document PowerPoint contenant différentes citations de différents grands hommes de Dieu de différentes dénominations et de différents siècles déclarant unanimement que la papauté est l’AntiChrist prophétisé. Personne n’avait cherché à me réfuter à cette époque et ça m’encourageait de préparer d’autres sermons mais avant de pouvoir prêcher un deuxième message sur le sujet de l’AntiChrist, un frère-en-Christ qui était membre d’une église baptiste au sein de l’association d’églises dans lequel notre assemblée locale faisait partie était devenu amillénariste et avait ultimement quitté cette église locale. Son départ lié au sujet de l’eschatologie m’avait découragé de vouloir prêcher d’autres messages sur l’eschatologie car je ne désirais pas créer des divisions au sein de l’assemblée ou l’association.

Préférant la discrétion et attendant patiemment pour un temps plus propice pour enseigner ces choses ouvertement, je me suis contenté de prier en secret pour d’autres croyant(e)s afin que Dieu les éclaire et les corrige de leurs erreurs dispensationalistes. À cette époque, il y avait seulement ce frère baptiste amillénariste et un frère pentecôtiste&&& qui étaient au courant que je n’étais plus un dispensationaliste.  Le frère amillénariste avait cherché en 2005 à me convaincre que le prémillénarisme était faux mais en raison de mes préjugés face à l’amillénarisme, je ne voulais pas le suivre dans son abandon du prémillénarisme.

&&& le même frère qui m’avait exhorté en 2001 de ne pas enseigner la doctrine d’un enlèvement secret

État des choses : j’étais secrètement un prémillénariste historique (ex. Charles Spurgeon, Louis Gaussen, Isaac Newton, Joseph Mede, E. B. Elliott)

***********************************************

2007

Tout en gardant secret mon rejet du dispensationalisme des autres membres de l’assemblée que je fréquentais, j’avais envoyé en parallèle des courriels à un frère Darbyste d’une autre province montrant que le « temple de Dieu » de 2 Thessaloniciens n’avait rien à voir avec l’idée dispensationaliste d’un temple reconstruit à Jérusalem.  Si les gens ne le savent pas, la dénomination qui nous a donné le dispensationalisme et qui devrait démontrer le plus de zèle pour défendre le dispensationalisme est la dénomination des frères Plymouth (Darbystes). (Et oui, j’utilise le mot « dénomination » même si ça pourrait fâcher des Darbystes qui par orgueil ne se considèrent pas comme formant une dénomination.) Pourtant, ce frère, soit par l’incapacité de répondre aux arguments bibliques ou par lâcheté ou par orgueil dénominationnel, n’a jamais réfuté ces arguments. En tous cas, sa non-réponse ne faisait que confirmer que mon rejet du dispensationalisme était une bonne chose pour lequel je devais remercier Dieu.

En 2005, voulant approfondir ma connaissance du livre de l’Apocalypse après avoir rejeté les erreurs du dispensationalisme, j’avais acheté un CD-ROM contenant des livres électroniques de différents auteurs protestants du passé (ex. Henry Grattan Guinness, E. B. Elliott). Dans ce CD-ROM, il y avait un livre qui enseignait le sujet des principes herméneutiques à adopter pour bien interpréter les prophéties bibliques. L’auteur, un presbytérien, s’appellait Patrick Fairbairn. Certains de ses livres avaient été recommandés par Charles Spurgeon alors j’avais été encouragé de lire ce livre enseignant des principes herméneutiques en 2007 (été).

À la fin de ce livre très utile et intéressant, il y avait un chapitre sur le Millénium. Je n’avais pas beaucoup étudié le sujet du Millénium avant 2007. Je ne peux pas dire que j’étais fermement convaincu du prémillénarisme. J’étais prémillénariste plus en raison d’un rejet de l’amillénarisme et d’un rejet du postmillénarisme. Je lisais Apocalypse chapitre 20 sans bien le comprendre. Ça parle d’un ange, d’un abîme, de Satan et des âmes alors le contexte au début du chapitre c’est le monde spirituel invisible et non pas le monde physique. Si le chapitre 20 enseignait un Millénium terrestre, ce n’était pas très clair pour moi. Aucune mention explicite d’un temple physique. Aucune mention de sacrifices d’animaux. Aucune mention d’agneaux et de lions vivant en parfaite harmonie (Ésaïe chapitre 11). Aucune mention de prospérité matérielle ou de récoltes abondantes ou de personnes assises sous des figuiers. Aucune mention de Juifs ou de Gentils. Très peu de détails. M. Fairbairn, un postmillénariste, avait donné des bons arguments contre le prémillénarisme qui me faisaient questionner ce que je croyais concernant le Millénium. Assez bons pour me faire questionner le prémillénarisme mais pas assez bons pour me faire recevoir le postmillénarisme de l’auteur. La lecture de ce livre m’avait motivé à vouloir au moins regarder une présentation de l’amillénarisme faite par un défenseur de ce système et non pas par un adversaire.

J’oublie si j’avais prié ouvertement au Seigneur pour me mener vers un document chrétien présentant l’amillénarisme. En tous cas, quelques semaines après avoir terminé la lecture du livre de M. Fairbairn, j’avais reçu par la poste un livre. Ce livre avait été envoyé par un frère pentecôtiste. Le même frère qui m’avait exhorté en 2001 de ne pas enseigner la doctrine de l’enlèvement secret. Le livre s’appelait « Le grand dénouement » (auteur : W. J. Grier). Dans ce livre, l’auteur présentait une défense biblique de l’amillénarisme de façon concise. Surmontant ce qui restait de mes préjugés anti-amillénaristes, j’avais commencé à lire ce livre. Persuadé par les arguments de cet auteur, j’abandonna le prémillénarisme. Depuis ce temps (automne 2007), je suis amillénariste quant à ma compréhension du Millénium. À part de recevoir les enseignements de la théologie de l’alliance (version crédo-baptiste) en 2008, il n’y a pas eu de grands changements quant à mes convictions personnelles touchant le sujet de l’eschatologie depuis 2007. Je n’ai rien vu jusqu’à présent dans les arguments des prétéristes ou des post-millénaristes pour me convaincre que je suis dans l’erreur et que mes convictions eschatologiques ont besoin d’une « mise à jour ».

Pour ceux et celles qui comprennent l’anglais, j’avais compilé il y a quelque temps une liste de ressources existantes (texte, audio, vidéo) enseignant ce que je crois être la bonne doctrine concernant la période de « 1000 ans » mentionnée dans Apocalypse chapitre 20:

« The Millennium : Some Helpful Resources »

******************************

Voir aussi:

Eschatologie

Arminianisme

Mon témoignage de conversion

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s