Livres chrétiens gratuits – sujet : catholicisme romain

Voici une liste de liens permettant d’accéder à des documents électroniques que j’ai trouvés qui peuvent être lus ou téléchargés gratuitement. Ces vieux documents chrétiens qui avaient été écrits en français sont des livres qui traitent différents aspects du catholicisme romain:

1) Ami Bost, « Doctrine de l’Écriture sainte sur le culte de Marie » (Livre numérique Google)

2) Ami Bost, « Sur le prétendu droit des papes á la succession de St. Pierre, ou dissertation sur ce passage: Tu es Pierre, etc » (Livre numérique Google)

3) Jean-Augustin Bost, « Petit abrégé de l’histoire des Papes au point de vue de leur infaillibilité et de leur unité » (Livre numérique Google)

4) Jean Calvin, « Son apologie contre les accusations de Jésuites » (Livre numérique Google)

5) Jean Calvin, « Les actes du concile de Trente, avec le remède contre le poison » (Livre numérique Google)

6) Jean Calvin, « Traité des reliques contre le décret du Concile de Trente » (Livre numérique Google)

7) Jean Calvin, « Correspondance française de Calvin avec Louis du Tellet, chanoine d’Angoulème et curé de Claix sur les questions de l’église et du ministére évangélique » (Livre numérique Google)

8) Jean Calvin, « Petit traité de la Sainte Cène de notre seigneur Jésus-Christ: auquel est démontré la vraie institution » (Livre numérique Google)

9) « Épître de Jacques Sadolet cardinal, envoyée au Sénat et au peuple de Genève: par laquelle il tâche les réduire sous la puissance de l’Évêque de Rome: Avec la réponse de Jean Calvin » (Livre numérique Google)

10) Jean Calvin, « Deux sermons de M. Jean Calvin pris de la première épître à Timothée au second chapitre sur ces paroles, « Car il y a un seul moyenneur de Dieu et des hommes à savoir Jésus-Christ » » (Livre numérique Google)

11) Jean Calvin, « L’intérim. C’est-à-dire, provision faite sur les différends de la religion, en quelques villes et pays d’Allemagne » (Livre numérique Google)

12) Jean Calvin, « Petit traité montrant que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Évangile » (Livre numérique Google)

13) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 1 » (Livre numérique Google)

14) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 2 » (Livre numérique Google)

15) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 3 » (Livre numérique Google)

16) Charles Chiniquy, « L’ennemi de la Sainte-Vierge et de Jésus-Christ est l’Église de Rome » (Livre numérique Google)

17) Charles Chiniquy, « Lettre de Dr Chiniquy à l’archevêque Fabre  » (archive.org)

18) Charles Chiniquy, « L’église de Rome : réponse du Révérend Charles Chiniquy au Rév. J.M. Bruyère, Grand-vicaire de London, Ontario » (Livre numérique Google)

19) Charles Chiniquy, « Discours du père Chiniquy prononcé à l’Église évangélique de la rue Craig, Montréal, le 31 juillet 1870 » (Livre numérique Google)

20) Charles Chiniquy, « Le père Chiniquy, le réformateur canadien: récit de la conversion de près de 4,000 catholiques français, passés au protestantisme » (Livre numérique Google)

21) « Le vrai contre-poison pour faire disparaître la confession auriculaire : avec les deux lettres de Pierre Boisvert : respectueusement présenté à Monseigneur l’évêque Bourget, par son ancien prêtre et ami Chiniquy » (Livre numérique Google)

22) Charles Chiniquy, « Cinquante ans dans l’Église romaine  » (Livre numérique Google)

23) Charles Chiniquy, « Le prêtre, la femme, et le confessional  » (Livre numérique Google)

24) Charles Chiniquy, « Le Bon Dieu de Rome mangé par les rats » (Livre numérique Google)

25) Charles Chiniquy, »Le sacerdoce de Rome » (Livre numérique Google)

26) Jean Daillé, « Traité de l’emploi des saints Pères pour le jugement des différends qui sont aujourd’hui en la religion » (Livre numérique Google)

27) Jean Daillé, « Apologie des églises réformées où est montrée la nécessité de leur séparation d’avec l’église romaine » (Livre numérique Google)

28) « Jean Daillé, « De la croyance des Pères sur le fait des images » (Livre numérique Google)

29) Jean Daillé, « La foi fondée sur les Saintes Écritures, contre les nouveaux méthodistes – Romains 10:17 » (Livre numérique Google)

30) Merle D’Aubigné, « Genève et Oxford, discours » (Livre numérique Google)

31) Merle D’Aubigné, « Le concile et l’infaillibilité: Conférence » (Livre numérique Google)

32) Merle D’Aubigné, « Le sacerdoce universel : contrepoids du ministère » (Livre numérique Google)

33) Charles Daubus, « L’ébionisme des moines, ou traité de la mendicité volontaire, vouée et pratiquée par les moines contre l’Écriture Sainte » (Livre numérique Google)

34) Théodore de Bèze, « Comédie du pape malade, et tirant à la fin: où ses regrets, & complaintes sont au vif exprimées, & les entreprises & machinations qu’il fait avec Satan & ses supports pour maintenir son siège apostatique, & empêcher le cours de l’Évangile, sont catégoriquement découvertes » (Livre numérique Google)

35) Théodore de Bèze, « Discours merveilleux de la vie, actions et déportements de Catherine de Médicis, Reine mère: déclarant tous les moyens qu’elle a tenus pour usurper le gouvernement du royaume de France et ruiner l’état de celui-ci » (Livre numérique Google)

36) Théodore de Bèze, « Sommaire recueil des signes sacrés, sacrifices et sacrements institués de Dieu depuis la création du monde: et de la vraie origine du sacrifice de la messe » (Livre numérique Google)

37) Luigi Desanctis, « La tradition : traité en réponse au moine Belli » (livre numérique Google)

38) Luigi Desanctis, « La confession [auriculaire] : essai dogmatico-historique » (livre numérique Google)

39) Luigi Desanctis, « Papisme et jésuitisme : lettres de Rome » (livre numérique Google)

40) « Histoire du Concile de Trente traduite de l’italien par Jean Diodati » (Livre numérique Google)

41) Philip Doddridge, « Nouveaux sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Sermon sur Luc 9:55-56* (page 90)

* condamnation de la persécution faite contre des non-catholiques par l’église catholique romaine

42) Charles Drelincourt, « Abrégé des controverses ou sommaire des erreurs de l’Église romaine, avec leur réfutation par des textes exprès de la Bible de Louvain » (Livre numérique Google)

43) Charles Drelincourt, « Avertissement sur les disputes et le procédé des missionnaires » (Livre numérique Google)

44) Charles Drelincourt, « Du Jubilé des églises réformées, avec l’examen du jubilé de l’église romaine » (Livre numérique Google)

45) Charles Drelincourt, « Neufs dialogues contre les missionnaires sur le service des églises réformées » (Livre numérique Google)

46) Charles Drelincourt, « Sermon sur ces paroles de N. S. J.-C.: tu es Pierre, et sur cette pierre, etc. : prononcé dans l’Église de Barbesieux, le juin 1651 » (Livre numérique Google)

47) Charles Drelincourt, « La défense de Calvin contre l’outrage fait à sa mémoire, dans un livre qui a pour titre « Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l’Église, par le cardinal de Richelieu » (Livre numérique Google)

48) Charles Drelincourt, « Dialogue sur la descente de Jésus-Christ aux enfers, contre les missionnaires » (Livre numérique Google)

49) Charles Drelincourt, « De l’honneur qui doit être rendu à la sainte et bienheureuse Vierge Marie » (Livre numérique Google)

50) Charles Drelincourt, « Le combat romain, ou examen des disputes de ce temps » (Livre numérique Google)

51) Charles Drelincourt, « Du faux visage de l’antiquité et des nullités prétendues de la réformation de l’Église » (Livre numérique Google)

52) Charles Drelincourt, « Traité des justes causes de la séparation des protestants d’avec l’église romaine et particulièrement de l’adoration de la croix, de l’adoration du sacrement et de la transsubstantion » (Livre numérique Google)

53) « Les enseignements de l’Église romaine comparés avec les saintes Écritures » (Livre numérique Google)

54) Pierre Dumoulin, « Anatomie de la Messe » (Livre numérique Google)

55) Pierre Dumoulin, « Nouveauté du papisme, opposée à l’antiquité du vrai christianisme, contre le livre de Cardinal Du Perron, intitulé « Réplique à la réponse du roi Jacques Ier » » (Livre numérique Google)

56) Pierre Dumoulin, « 3 sermons [sur Romains 12:1 et Matthieu 18:15-17] faits en présence des pères capucins » (Livre numérique Google)

57) Pierre Dumoulin, « Apologie pour la sainte Cène du Seigneur, contre la présence corporelle et transsubstantiation: item, contre les messes sans communiants et contre la communion sous une espèce » (Livre numérique Google)

58) Pierre Dumoulin, « Accomplissement des prophéties* » (Livre numérique Google)

* auteur montre que l’église catholique romaine et la papauté représentent accomplissements de prophéties bibliques

59) Pierre Dumoulin, « L’Anti-barbare, ou du langage inconnu; tant des prières des particuliers qu’au service public » (Livre numérique Google)

60) Pierre Dumoulin, « Du juge des controverses: traité auquel est défendue l’autorité et la perfection de la Sainte Écriture, contre les usurpations et accusations de l’Église romaine » (Livre numérique Google)

61) Pierre Dumoulin, « Examen du livre du Père Joseph de Moralis capucin, intitulé Lettre du sieur Crescentian de Mont-ouvert, promettant la réfutation des trois sermons de Du Moulin » (Livre numérique Google)

62) Pierre Dumoulin, « Accroissement des eaux de Siloé, pour éteindre le feu de purgatoire et noyer les satisfactions humaines et les indulgences papales, contre les raisons et allégations d’un Cordelier portugais, défendues par trois écrits » (Livre numérique Google)

63) Pierre Dumoulin, « La vie et la religion de deux bons papes, Léon I et Grégoire I » (Livre numérique Google)

64) Pierre Dumoulin, « Le saint réveil spirituel: ensemble un traité de la juste providence de Dieu ; et une lettre écrite à un ami en Hollande » (Livre numérique Google)

65) Pierre Dumoulin, « Des traditions et de la perfection et suffisance de l’Écriture sainte » (Livre numérique Google)

66) Pierre Dumoulin, « Le Capucin: Traité auquel est décrite & examinée l’origine des Capucins, leurs voeux, règles et disciplines » (Livre numérique Google)

67) Pierre Dumoulin, « Oppositions de la parole de Dieu avec la doctrine de l’église romaine » (Livre numérique Google)

68) Pierre Dumoulin, « Nouvelles briques pour le bâtiment de Babel, c’est-à-dire erreurs de l’église romaine, nouvellement forgées, pour établir la grandeur de l’évêque de Rome » (Livre numérique Google)

69) Pierre Dumoulin, « Saintes prières, plus divers traités » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Traité 7* : De la toute puissance de Dieu et de Sa volonté

* traité qui critique la messe et la transsubtantiation

70) Pierre Dumoulin, « Sermons, divisés en dix décades: avec un traité de Melchisédec, Volumes 1 à 5 » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Volume 2 (à partir de p. 287) :

        – Sermon sur Matthieu chapitre 5, versets 11 et 12 (p. 129 du volume 2)

– Volume 3 (à partir de p. 551) :

        – Sermon sur Psaume 16, versets 2 et 3 (p. 55 du volume 3)

– Sermon sur Luc chapitre 5, versets 30 et 31 (p. 104)

– Sermon sur Romains chapitre 2, verset 15 (p. 176)

– Sermon sur Luc chapitre 23, versets 42 et 43 (p. 200)

71) George Stanley Faber, « Les Difficultés du Romanisme relativement à l’évidence, ou preuves que les particularités de l’Église latine ne sont pas point basées sur les principes du légitime témoignage historique » (Livre numérique Google)

72) Guillaume Farel, « De la Sainte Cène de Notre Seigneur Jésus et de son Testament confirmé par sa mort et passion » (Livre numérique Google)

73) Guillaume Farel, « Du vrai usage* de la croix de Jésus-Christ » (Livre numérique Google)

* un document condamnant l’utilisation idolâtre de la croix faite par le catholicisme romain

74) Guillaume Farel, « Épître envoyée aux reliques de la dissipation horrible de l’Antéchrist » (Livre numérique Google)

75) Guillaume Farel, « Forme d’oraison pour demander à Dieu la sainte prédication de l’Évangile » (Livre numérique Google)

76) Robert Fleming, « L’origine et la chute de Rome papale » (Livre numérique Google)

77) Louis Gaussen, « Le Souverain pontife et l’Église de Rome, soutiens de la vérité par l’accomplissement des Écritures: ou, considérations sur l’article XXXIe de la Confession de foi des églises réformées de France : discours prononcé dans l’École de théologie de Genève, à sa rentrée du 3 octobre 1843 » (Livre numérique Google)

78) Louis Gaussen, « Réponse de M. le pasteur et professeur Gaussen à M. l’abbé de Baudry au sujet des conférences publiques récemment proposées par un ministre de l’Évangile à un prêtre de Rome » (Livre numérique Google)

79) Émile Guers, « Histoire abrégée de l’Église de Jésus-Christ, principalement pendant les siècles du moyen-age rattachée aux grands traits de la prophétie (1850) » (Livre numérique Google)

80) John Hartley, « Les bulles, ou la religion des papes » (Livre numérique Google)

81) John Hartley, « Les Conciles, ou Ce qu’il faut penser de l’infaillibilité de l’Église » (Livre numérique Google)

82) John Hartley, « L’apostasie romaine: discours en réponse au mandement de Mgr. l’archevêque de Tours pour le carême de 1837 » (Livre numérique Google)

83) « Variations de la foi romaine, avec quelques remarques sur les livres apocryphes » (Livre numérique Google)

84) Pierre Jurieu, « Abrégé de l’histoire du Concile de Trente: avec un discours contenant les réflexions historiques sur les conciles, volume 1 » (Livre numérique Google)

85) Pierre Jurieu, « Abrégé de l’histoire du Concile de Trente: avec un discours contenant les réflexions historiques sur les conciles, volume 2 » (Livre numérique Google)

86) Pierre Jurieu, « Examen de l’Eucharistie de l’église romaine par Petrus Jurius » (Livre numérique Google)

87) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 1 » (Livre numérique Google)

88) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 2 » (Livre numérique Google)

89) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du Papisme mises en parallèle, Volume 3 » (Livre numérique Google)

90) Pierre Jurieu, « Histoire du calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 4 » (Livre numérique Google)

91) Pierre Jurieu, « Justification de la morale des réformés contre les accusations de Mr. Arnaud, répandues dans tous ses ouvrages – volume 1 » (Livre numérique Google)

92) Pierre Jurieu, « Justification de la morale des réformés contre les accusations de Mr. Arnaud, répandues dans tous ses ouvrages – volume 2 » (Livre numérique Google)

93) Pierre Jurieu, « La religion des Jésuites ou réflexions sur les inscriptions du P. Menestrier et sur les écrits du P. Le Tellier pour les nouveaux chrétiens de la Chine » (Livre numérique Google)

94) Pierre Jurieu, « La voix du ciel au peuple de Dieu captif en Babylone ou deux sermons sur l’Apocalypse de St Jean apôtre, chapitre 18, verset 4 » (Livre numérique Google)

95) Pierre Jurieu, « Le janséniste convaincu de vaine sophistiquerie: ou examen des réflexions de Monsieur Arnaud sur le Préservatif contre le changement de religion » (Livre numérique Google)

96) Pierre Jurieu, « Moyens sûrs et honnêtes pour la conversion de tous les hérétiques, en deux parties » (Livre numérique Google)

97) Pierre Jurieu, « Préjugés légitimes contre le papisme, volume 1 » (Livre numérique Google)

98) Pierre Jurieu, « Préjugés légitimes contre le papisme, volume 2 » (Livre numérique Google)

99) Pierre Jurieu, « Préservatif contre le changement de religion ou idée juste et véritable de la religion catholique romaine » (Livre numérique Google)

100) Pierre Jurieu, « Suite du préservatif contre le changement de religion » (Livre numérique Google)

101) Pierre Jurieu, « Suite de l’accomplissement des prophéties » (Livre numérique Google)

102) Pierre Jurieu, « Traité historique contenant le jugement d’un protestant sur la théologie mystique » (Livre numérique Google)

103) Henry Charles Lea, « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge – volume 1 » (archive.org)

104) Henry Charles Lea, « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge – volume 2 » (archive.org)

105) Martin Luther, « Les 95 thèses de Luther contre les indulgences » (Livre numérique Google)

106) César Malan, « Ce qu’on nomme nos préjugés contre le papisme, c’est notre foi de coeur à la Bible » (Livre numérique Google)

107) César Malan, « J’ai quitté Rome et ses autels, ou récit de la conversion d’une dame catholique romaine à la foi chrétienne » (Livre numérique Google)

108) César Malan, « Le vrai jubilé: Dialogue entre deux Genevois, l’un, de la vieille roche; l’autre, du goût moderne » (Livre numérique Google)

109) César Malan, « On ne doit pas changer de religion » (Livre numérique Google)

110) César Malan, « Pourquoi la messe est-elle rejetée par les protestants? » (Livre numérique Google)

111) César Malan, « Pourquoi le culte de Marie est-il rejeté par les protestants? » (Livre numérique Google)

112) César Malan, « Pourrai-je entrer jamais dans l’église romaine aussi longtemps que je croirai toute la Bible? » (Livre numérique Google)

113) César Malan, « Réclamations nécessaires présentées à M. l’abbé de Baudry, contre ses premières observations » (Livre numérique Google)

114) César Malan, « Toujours le guet et la sentinelle: troisième dialogue entre un Protestant du pays et un Romaniste étranger : janv. 1847 » (Livre numérique Google)

115) César Malan, « Traités religieux divers, volume 2 » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Le prêtre et le ministre, ou la réformation telle qu’elle est, scène historique (p. 358)

116) César Malan, « Vendelin: ou le catholique-romain devenu catholique » (Livre numérique Google)

117) Adolphe Monod, « Lucile: ou, la lecture de la Bible (1857) » (www.archive.org)

118) Adolphe Monod, « Récit des Conférences qui ont en lieu entre quelques catholiques romains et l’auteur » (Livre numérique Google)

Contenus:

Première conférence : primauté de Saint Pierre (p. 9)

Deuxième conférence : quelques mots sur les apocryphes et sur la trinité (p. 20)

Troisième conférence : s’il y a des caractères manifestes auxquels on peut reconnaître la vraie église, et quels sont ces caractères (p. 22)

Quatrième conférence (p. 46)

Cinquième conférence : si l’Église romaine est d’accord avec l’Écriture dans sa doctrine en général, et dans la doctrine de la messe en particulier (p. 47)

Sixième conférence (p. 72)

119) Blaise Pascal, « Les provinciales de Pascal, Volume 1 » (Livre numérique Google)

120) Blaise Pascal, « Les provinciales de Pascal, Volume 2 » (Livre numérique Google)

121) César Pégorier, « Système de la religion protestante » (livre numérique Google)

122) César Pégorier, « Théologie chrétienne qu’on explique en forme d’entretiens, pour la rendre plus claire et plus sensible » (livre numérique Google)

123) Bénédict Pictet, « Huit sermons sur l’examen des religions » (Livre numérique Google)

Contenus :

– L’examen de la religion romaine – quatrième sermon sur 1 Thessaloniciens chapitre 5, verset 21 (p. 187 du document PDF)

124) Bénédict Pictet, « La théologie chrétienne, et la science du salut, ou l’exposition des vérités que Dieu a révélées aux hommes dans la Sainte Écriture: avec la réfutation des erreurs contraires à ces vérités, Volume 1 » (Livre numérique Google)

125) Bénédict Pictet, « La théologie chrétienne, et la science du salut ou l’exposition des vérités que Dieu a révelées aux hommes dans la Sainte Écriture: avec la réfutation des erreurs contraires à ces vérités, l’histoire de la plupart de ces erreurs, les sentiments des anciens pères, et un abrégé de ce qu’il y a de plus considérable dans l’histoire sainte et profane, Volume 2 » (Livre numérique Google)

126) Bénédict Pictet, « La religion des protestants justifiée d’hérésie et sa vérité démontrée, Volume 1«  (Livre numérique Google)

127) Bénédict Pictet, « La religion des protestants justifiée d’hérésie et sa vérité démontrée, Volume 2″ (Livre numérique Google)

128) Bénédict Pictet, « Lettres écrites à une personne distinguée de la communion romaine: où l’on prouve que l’Église romaine doit se contenter de croire ce que nous croyons » (Livre numérique Google)

129) Bénédict Pictet, « Réponse à Monsieur l’Abbé de Nogaret » (Livre numérique Google)

130) Henri Pyt, « Quelques mots à M. l’abbé Guyon » (Livre numérique Google)

131) Henri Pyt, « Réponse à la seconde lettre de M. l’Évêque de Bayonne, aux protestants d’Orthez  » (Livre numérique Google)

132) André Rivet, « Le catholique orthodoxe opposé au catholique papiste en quatre traités » (Livre numérique Google)

133) André Rivet, « Remarques et considérations sur la réponse de Nicolas Coeffeteau moine, volume 1 » (Livre numérique Google)

134) André Rivet, « Remarques et considérations sur la réponse de Nicolas Coeffeteau moine, volume 2 » (Livre numérique Google)

135) André Rivet, « Sommaire et abrégé des controverses de notre temps touchant la religion » (Livre numérique Google)

136) Napoléon Roussel, « Catéchisme catholique et commentaire protestant » (Livre numérique Google)

137) Napoléon Roussel, « Encore la religion d’argent » (Livre numérique Google)

138) Napoléon Roussel, « Religion d’argent » (Livre numérique Google)

139) Napoléon Roussel, « Questions indiscrètes adressées aux curés, aux évêques, aux cardinaux et au pape » (Livre numérique Google)

140) Napoléon Roussel, « Les nations Catholiques et les nations Protestantes: comparées sous le triple rapport du bien-être, des lumières et de la moralité, Volume 1 » (Livre numérique Google)

141) Napoléon Roussel, « Les nations catholiques et les nations protestantes: comparées sous le triple rapport du bien-être, des lumières et de la moralité, Volume 2 » (Livre numérique Google)

142) Napoléon Roussel, « Premier fruit de l’appel aux prêtres, ou Correspondance entre un pasteur protestant et un curé catholique » (Livre numérique Google)

143) Napoléon Roussel, « Les catholiques sont protestants » (Livre numérique Google)

144) Napoléon Roussel, « Sept flèches dans le coeur du romanisme » (Livre numérique Google)

Contenus:

Mauvaises bonnes oeuvres (p. 1)

La messe mendiée (p. 21)

La boutique romaine (p. 45)

Le Pape et Cie (p. 63)

La Bible interprétée par Satan (p. 77)

Le paysan remontrant son curé (p. 87)

Dans l’église romaine point de salut (p. 97)

145) Napoléon Roussel, « Traités, controverse » (livre numérique Google)

Contenus :

– Le portrait de Marie (p. 1)

– La Vierge et les Saints (p. 17)

– Notre-Dame-de-Lorette à Paris (p. 36)

– L’Histoire d’un morceau de bois (p. 47)

– La religion d’argent (p. 56)

– Encore la religion d’argent (p. 67)

– Le catholique chrétien (p. 85)

– Le bréviaire (p. 102)

– Pourquoi votre curé vous défend-il de lire la Bible? (p. 115)

– L’Antéchrist (p. 123)

– La Bible falsifiée (p. 132)

– Rome païenne (p. 147)

– Les papes peints par eux-mêmes (p. 174)

– Le catholicisme aux abois (p. 188)

– Le commentaire indispensable (p. 216)

– Les saints de saintes (p. 278)

– Les mystères de la Salette (p. 287)

– Appel  aux prêtres (p. 296)

– Que croient les protestants? (p. 308)

– Différence entre catholicisme et protestantisme (p. 324)

– Questions indiscrètes (p. 336)

– Les catholiques sont protestants (p. 348)

– Le catholique automate (p. 360)

– Le purgatoire (p. 373)

– Les soldats du pape (p. 382)

– Les reliques juives et païennes (p. 394)

– Jésus et jésuite (p. 403)

– La Grande prostituée (p. 418)

– L’Église du pape (p. 428)

146) Napoléon Roussel, « Rome païenne » (Livre numérique Google)

146) Napoléon Roussel, « Le portrait de Marie dans les cieux dessiné d’après des renseignements puisés dans la Sainte-Écriture » (Livre numérique Google)

147) Louis Roussy, « Appel à la raison et à la conscience des habitants des paroisses de Ste. Marie et de St. Gregoire, ou, Réponse aux attaques dirigées par M. Chiniquy contre les protestants évangéliques » (archive.org)

148) Pierre Martyr Vermigli, « Traité du Sacrement de l’Eucharistie* » (Livre numérique Google)

149) Pierre Viret, « Admonition et consolation aux fidèles qui délibèrent de sortir d’entre les papistes » (Livre numérique Google)

150) Pierre Viret, « De l’état, de la conférence, de l’autorité, puissance, prescription et succession tant de la vraie que de la fausse église » (Livre numérique Google)

151) Pierre Viret, « Des actes des vrais successeurs de Jésus-Christ et de ses apôtres » (Livre numérique Google)

152) Pierre Viret, « Dialogues du désordre qui est à présent au monde » (Livre numérique Google)

153) Pierre Viret, « Du devoir et du besoin qu’ont les hommes à s’enquérir de la volonté de Dieu par Sa Parole » (Livre numérique Google)

154) Pierre Viret, « Exposition de la doctrine de la foi chrétienne, touchant la vraie connaissance et le vrai service de Dieu » (Livre numérique Google)

155) Pierre Viret, « L’office des morts » (Livre numérique Google)

156) Pierre Viret, « La nécromance papale faite par dialogues » (Livre numérique Google)

157) Pierre Viret, « La physique papale, faite par dialogues » (Livre numérique Google)

158) Pierre Viret, « Le Requiescant in pace* de purgatoire: fait par dialogues … » (Livre numérique Google)

* en français, on traduit Requiescat in pace par « Repose en paix » (REP) (source: fr.wikipedia.org)

159) Pierre Viret, « Les cautèles canons et cérémonies de la messe » (Livre numérique Google)

160) Pierre Viret, « Satire Chrétienne de la cuisine papale » (Livre numérique Google)

161) Pierre Viret, « Petit traité de l’usage de la salutation angélique et de l’origine des chapelets » (Livre numérique Google)

162) Pierre Viret, « Instruction chrétienne et somme générale de la doctrine des Saintes Écritures » (Livre numérique Google)

163) Campeius Vitringa, « Essai de théologie pratique, ou traité de la vie spirituelle et de ses caractères » (Livre numérique Google)

164) Jacques Lenfant, « L’innocence du catéchisme de Heidelberg démontrée contre deux libelles d’un jésuite du Palatinat: où l’on a joint des discours sur les catéchismes, sur les formulaires, et sur les confessions de foi » (Livre numérique Google)

165) Gustave Masson, « Le pape Mahomet et Luther, ou trois lettres à M. de Ravignan de la Compagnie de Jésus* » (Livre numérique Google)

* Compagnie de Jésus = jésuite

166) Jean-Baptiste Cretin, « Recherches sur le baptême, le pédobaptisme catholique et le pédobaptisme protestant »

167) Stephen Remington, « Exposé de mes raisons pour devenir baptiste (1848) »

168) Félix Boissière, « Le pédobaptisme ou baptême des enfants est il évangélique? : thèse »

169) « Catéchisme du baptême d’après les Saintes Écritures et un grand nombre d’auteurs pédobaptistes »

170) Richard Pengilly, « Enseignement de l’écriture sur le baptême : accompagné d’un court examen de l’origine et des fondements du baptême des enfants (1848) »

171) « L’Antéchrist » (Livre numérique Google)

172) Gustave Steinheil, « Étude prophétique: comprenant une critique du système prophétique darbyste, suivie d’un discours du professeur Auberlen » (Livre numérique Google)

173) Émile de Bonnechose, « Jean Hus, Gerson et le Concile de Constance – Volume 1 » (Livre numérique Google)

174) Émile de Bonnechose, « Jean Hus, Gerson et le Concile de Constance – Volume 2 » (Livre numérique Google)

175) Joseph Hall, « Apologie pour l’honneur du mariage des personnes ecclésiastiques » (Livre numérique Google)

176) John Foxe, « Le livre des martyrs » (Livre numérique archive.org)

177) Jacques Abbadie, « Quatre lettres sur la transsubstantiation » (Livre numérique Google)

178) Jean-Antoine Cadiot, « Lettre d’un curé à ses paroissiens » (Livre numérique Google)

179) Jean-André Duran, « Examen de l’Écriture Sainte relativement au dogme de la Transsubstantiation » (Livre numérique Google)

180) Pierre Mussard et Conyers Middleton, « Conformités des cérémonies modernes avec les anciennes, où l’on prouve par des autorités incontestables que les cérémonies de l’Eglise Romaine sont empruntées des païens (1744) » (Livre numérique Google)

181) « Quatre prêtres sortis du papisme pour suivre la Parole de Dieu et leur conscience (1845) » (Livre numérique Google)

182) Lorenzo Valla, « La donation de Constantin : premier titre du pouvoir temporel des papes – où il est prouvé que cette donation n’a jamais existé, et que l’acte attribué à Constantin est l’œuvre d’un faussaire » (Livre numérique Google)

***************************************

Avertissement : je ne serais pas nécessairement d’accord avec toutes les opinions théologiques des auteurs des documents… svp utilisez du discernement (1 Thess. 5:21)… mes croyances bibliques sont résumées dans la Confession de foi baptiste de Londres 1689 (pour la lire: cliquez ici)

***************************************

Voir aussi:

Livres chrétiens gratuits

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Jean Calvin (1509-1564)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages de Jean Calvin

Livres électroniques gratuits : ouvrages du pasteur suisse Charles Chais

Livres électroniques gratuits : ouvrages du pasteur huguenot Jean Daillé (1594-1670)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Jean-Henri Merle d’Aubigné (1794-1872)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Théodore de Bèze (1519-1605)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur suisse Armand de Mestral

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Philip Doddridge (1702-1751)

Livres électroniques gratuits : oeuvres du pasteur huguenot Pierre Dumoulin (1568-1658)

Livres électroniques gratuits : « Le sommaire » et d’autres ouvrages du Réformateur Guillaume Farel

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages d’Émile Guers

Livres électroniques gratuits : ouvrages de (François Samuel Robert) Louis Gaussen (1790-1863)

Livres électroniques gratuits: oeuvres de Pierre Jurieu (1637-1713)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de César Malan (1787-1864)

Livres électroniques gratuits : des ouvrages de Martin Luther disponibles en français

Livres électroniques gratuits : oeuvres d’Adolphe Monod (1802-1856)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du théologien Bénédict (Benoît) Pictet

Livres électroniques gratuits: oeuvres du pasteur huguenot André Rivet (1572-1651)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur Napoléon Roussel

Livres électroniques gratuits: oeuvres de Pierre Viret (1511-1571)

****************************************

Diapositive1

Il n’y a que deux religions dans le monde

pope-Mosque-in-Jerusalem-e1363364333806

« Or, si c’est par grâce, ce n’est plus par les oeuvres; autrement la grâce n’est plus une grâce. Et si c’est par les oeuvres, ce n’est plus une grâce; autrement l’oeuvre n’est plus une oeuvre. » (Romains 11:6)

Je veux partager avec vous quelques paragraphes tirés d’un livre qui avait été écrit par l’évangéliste suisse César Malan concernant les deux seules religions qui existent dans le monde à l’heure actuelle:

Deux religions, et pas davantage, sont de toute antiquité dans le monde: celle du mérite de l’homme et celle de la grâce de Dieu.

Abel fut de celle-ci, et Caïn fut de l’autre. De laquelle s’agit-il, quant à Rome? Car une erreur, pour être envieillie, n’en devient pas vérité.

Si donc la Bible d’un côté, et l’Histoire de l’autre, non-seulement nous disent que certaines doctrines sont de l’erreur, mais que de plus elles en constatent l’origine comme assez récente, que penserons-nous de l’antiquité ou de la permanence d’une Église, où, par exemple, le dogme de l’Invocation de la Vierge ne date guère que de l’an 450 ; celui du Culte des Images que de 786 et 842 ; celui du Célibat des prêtres que de 1070 ; celui des Cérémonies de la Messe que de 420 à 1090; celui de la Communion sous une seule espèce que de 1431; celui du Trafic des indulgences que de 1099 et 1520? etc. etc. — Sera-ce donc de l’antiquité, ou bien plutôt de la nouveauté, que cette Église nous montrera, elle qui ne peut jamais, non, jamais, s’appuyer sur les siècles apostoliques?

source:

César Malan, « Manuel du vrai protestant, ou courtes réponses d’un disciple de la Bible aux principales questions de la controverse romaine » (Livre numérique Google)

*********************************

 Voir aussi:

Livres chrétiens

Vidéo : « L’Évangile » (Paul Washer, sous-titres en français)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de César Malan (1787-1864)

Catholicisme romain

Le formalisme et le christianisme : une citation de Napoléon Roussel

****************************************

Diapositive1

Quelques mots sur les livres apocryphes : citations d’un document de l’évangéliste César Malan

ApocryphaVoici quelques citations d’un document écrit par l’évangéliste suisse César Malan concernant les livres apocryphes (ex. Judith, livres des Maccabées):

L’Étranger. Qu’est-ce que les Livres apocryphes?

Le Disciple. Ce sont d’anciens écrits, dans lesquels se trouvent certainement de bonnes choses, surtout quant à l’Histoire du peuple de Dieu; mais qui ne furent pas rédigés en langue hébraïque, que l’Église juive, donc, n’a point reçus, que le Seigneur Jésus et les Apôtres ne citèrent jamais, qui renferment des choses contraires à la Parole de Dieu: par exemple, la justification du pécheur par ses mérites, de la sorcellerie, l’éloge du suicide et de l’assassinat, des mensonges, etc.; et que l’Église chrétienne primitive n’a donc jamais admis comme inspirés.

L’Étranger. Et l’Église romaine le fait?

Le Disciple. Et même elle déclare anathèmes ceux qui ne les reçoivent pas comme divins. Aussi les cite-t-elle pour appuyer certaines de ses doctrines : par exemple les prières pour les morts.

L’Étranger. Mais ne m’a-t-on pas dit que les Protestants les reçoivent aussi?

Le Disciple. Quelques Protestants, selon l’ancien usage, les placent encore à la suite de l’Ancien Testament : mais en avertissant toujours le lecteur qu’ils ne sont pas divins. Cependant aujourd’hui* les Bibles protestantes ne les contiennent plus guère.

* ce document avait été écrit au milieu du 19e siècle

L’Étranger. C’est pour cela, peut-être, que les prêtres disent que les Bibles protestantes sont incomplètes?

Le Disciple. Je le suppose. Mais comme ce reproche blâme aussi la Bible du Sauveur et des Apôtres, il ne faut pas s’en alarmer. Vous conviendrez que si j’ai le même Ancien Testament qu’avait le Seigneur Jésus, je l’ai certainement complet.

source:

César Malan, « Manuel du vrai protestant, ou courtes réponses d’un disciple de la Bible aux principales questions de la controverse romaine » (Livre numérique Google)

******************************

Voir aussi:

Livres chrétiens

Livres chrétiens gratuits – sujet : apocryphes (livres deutérocanoniques)

Livre électronique gratuit : « Théopneustie, ou inspiration pléniére des Saintes Écritures » du pasteur protestant Louis Gaussen

Livres électroniques gratuits : ouvrages de César Malan (1787-1864)

Livre électronique gratuit : « Jésus-Christ est l’Éternel Dieu manifesté en chair » de César Malan

« Directions pour lecture de la Bible » de César Malan (1823)

« … jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu … » (quelques citations de César Malan)

Quelques mots sur les Deux Témoins d’Apocalypse chapitre 11 : citations tirées d’un document de l’évangéliste César Malan

Catholicisme romain

****************************************

Diapositive1

Livre électronique gratuit de l’évangéliste César Malan : « Manuel du vrai protestant, ou courtes réponses d’un disciple de la Bible aux principales questions de la controverse romaine »

malan3Voici un document chrétien du 19e siècle écrit par l’évangéliste, pasteur, écrivain et compositeur d’hymnes, César Malan, présentant un dialogue entre un protestant et quelqu’un qui est tenté de se joindre l’Église catholique romaine :

César Malan, « Manuel du vrai protestant, ou courtes réponses d’un disciple de la Bible aux principales questions de la controverse romaine » (Livre numérique Google)

Voici une description des contenus de ce document:

Première controverse : la Bible (p. 3)

sujets traités :

ce que c’est un Protestant

Protestant : d’où vient ce nom

Réformé : d’où vient ce nom

les Réformateurs

la Bible, fondement du Protestantisme

Huguenots : ce qu’ils sont

l’incrédule ne peut être protestant

le témoignage de Dieu

religion nouvelle des protestants

abstinence des viandes

première Bible protestante

Albigeois, protestants avant la Réformation

Cathares, protestants primitifs

Églises de St-Thomas, protestantes

Synode de Mérindol

les Deux Témoins (Apocalypse chapitre 11)

Vaudois : Protestants avant la Réformation

Catholique : vrai sens de ce mot

en quoi le Protestant diffère du Romaniste

ce que c’est un Romaniste

ce que c’est un Papiste

la Bible est inviolable

le Second Commandement aboli par Rome

le Dixième Commandement faussé par Rome

idolisme de l’Église romaine

imagisme

le Polythéisme

le Romanisme altère la Bible

le Catéchisme de Trente contredit les autres catéchismes

apocryphes : ce qu’ils sont

la Bible protestante est complète

la tradition

commandements de l’Église

lecture de la Bible en langue vulgaire

l’Index du Concile de Trente

la Société Biblique anathématisée

Rome interdit la Bible au peuple

la Vulgate

la Bible est-elle obscure et difficile?

les enfants doivent lire la Bible

le Saint-Esprit : interprète de la Bible

le Protestant est-il inspiré?

interprétation de la Bible

la Bible est vivante par le Saint-Esprit

histoire de l’Église contre Rome

les Pères de l’Église : leurs écrits

le Protestant doit connaître la Bible

Deuxième controverse : l’Église (p. 24)

sujets traités:

l’Église : ce qu’est celle de Dieu

la maison de Dieu

l’Église : hors d’elle point de salut

Profession de foi romaine

la Mère Église

Babylone la Grande

marques de l’Église de Dieu

le grand nombre dans l’Église

visibilité de l’Église

unité de l’Église de Rome

le pape : non infaillible

la règle de foi du papisme

romanisme sans unité

sectes des protestants

l’Église : une, infaillible, etc..

le Principe du Protestantisme

unité du protestantisme

infaillibilité de Rome

antiquité de l’Église romaine

il n’y a que deux religions dans le monde

l’apostasie se reconnaît aux faux miracles

les miracles de l’Église de Rome

la Femme enivrée du sang des saints

Triomphes de l’Église romaine

l’Homme de péché

le pape n’est pas établi de Dieu

Sa Sainteté : démenti par la Bible

la Succession apostolique des papes

papes schimastiques

schismes des papes

St-Pierre : Prince des Apôtres

St-Pierre : évêque de Rome

Troisième controverse : le Culte (p. 42)

sujets traités:

culte de Rome : charnel

images : leur culte

adoration d’une Image

imagisme

idolisme de l’Église romaine

le Crucifix : ses mensonges

le signe et adoration de la Croix

le chapelet imité du paganisme

adoration de la Croix

le Carême

le Jubilé

le Rosaire

latin employé par Rome

la Cène : ce qu’elle est

la messe : contraire à la Cène

la Présence réelle

la messe retient Jésus dans la mort

l’effusion du sang : essentiel à un sacrifice

Jésus ne peut être offert par une créature

la Transsubtantiation

retranchement de la Coupe

la concomitance : ce que c’est

demi-sacrement romain

Huss et Jérôme : martyrs

l’Hostie : ce qu’elle est

la Fête-Dieu

adoration de l’Hostie

autel copié des païens

la messe renie l’expiation

Sacrements : ceux de Rome

Sacrements : leur efficace

l’intention dans un sacrement

le baptême

les cloches baptisées par Rome

la Confirmation est un sortilège

les évêques romains n’ont point de pouvoir surhumain

hiérarchie romaine

la tonsure des prêtres

l’Ordre n’est pas un sacrement

célibat du clergé romain

le mariage appartient au clergé

le mariage n’est pas un sacrement

extrême onction : vaine pratique

toujours : sens de ce mot

Quatrième controverse : la Vierge, les Saints et leurs Reliques (p. 70)

sujets traités:

la Mère de Dieu

le Panthéon consacré à la Vierge

la Vierge Marie ne peut être invoquée

la Vierge Marie n’est pas Mère de Dieu

le blasphème des Jésuites sur l’Incarnation du Verbe

la Vierge Marie n’eut point d’autorité spirituelle

la Vierge Marie n’est pas médiatrice

la Vierge Marie naquit dans le péché

la Vierge Marie n’est pas comme femme dans le ciel

le service des anges

la Légende dorée

les Saints : ce qu’ils sont

les Saints ne prient pas pour nous

ange-gardien

le Patron ou le Saint tutélaire

les reliques en usage chez les païens

eau bénite : imitée des païens

les reliques : leur fausseté

les pèlerinages imités des païens

prières pour les morts

Cinquième controverse : le pardon des péchés (p. 82)

sujets traités:

Dieu seul doit être invoqué

le mérite : fondement du papisme

la Réformation

les Deux Témoins (Apocalypse chapitre 11)

l’obéissance : fruit de l’amour

la Pénitence n’est pas un sacrement

la certitude du salut sanctifie

l’assurance du salut, sève de sainteté

la foi purifie le coeur

la vraie repentance

attrition

les Pénitences viennent du paganisme

le véritable héroïsme

monastères et couvents

vœux monastiques

les Pénitences sont rejetées par la Bible

oeuvres méritoires

la sainteté découle de l’assurance du salut

martyrs et confesseurs

péchés mortels et véniels

la concupiscence est un péché

le Confesseur des Protestants

Directoire des Confesseurs : livres obscènes

la Confession : ce qu’elle est

l’absolution romaine fait Dieu menteur

clefs de St-Pierre

Sa Sainteté : nom païen

l’absolution romaine est imitée du paganisme

œuvres de surérogation

les indulgences : leur effet

taxes romaines pour tout péché

Purgatoire : sa fausseté

esclavage de l’Église romaine

maladie des scrupules

liberté du dévot romain

le mérite s’oppose à la paix de l’âme

croire Dieu affranchit l’âme

Note : pour télécharger ce livre électronique, il faut : 1) placer le curseur de la souris sur le bouton rouge (« LIVRE NUMÉRIQUE – GRATUIT »), 2) placer le curseur sur « PDF » (en lettres bleues après le mot « télécharger ») et 3) cliquer sur le bouton gauche de la souris … pour avoir accès à la version « texte brut » du document si celle-ci est disponible : regardez ici

Avertissement : je ne serais pas nécessairement d’accord avec toutes les opinions théologiques de l’auteur qui était un pédobaptiste… mes croyances bibliques sont résumées dans la Confession de foi baptiste de Londres 1689 (pour la lire: cliquez ici)

******************************

Voir aussi:

Livres chrétiens

Livres électroniques gratuits : ouvrages de César Malan (1787-1864)

Livre électronique gratuit : « Jésus-Christ est l’Éternel Dieu manifesté en chair » de César Malan

Livre chrétien gratuit : « Le libre-arbitre d’un mort » (auteur : l’évangéliste César Malan)

« Directions pour lecture de la Bible » de César Malan (1823)

Quelques mots sur les livres apocryphes : citations d’un document de l’évangéliste César Malan

« … jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu … » (quelques citations de César Malan)

Quelques mots sur les Deux Témoins d’Apocalypse chapitre 11 : citations tirées d’un document de l’évangéliste César Malan

Catholicisme romain

****************************************

Diapositive1

Après le Dimanche des Rameaux, c’est le « Lundi du Grand Ménage Ecclésiastique »

Giotto_-_Scrovegni_-_-27-_-_Expulsion_of_the_Money-changers_from_the_Temple« Beaucoup de gens étendirent leurs vêtements sur le chemin, et d’autres des branches qu’ils coupèrent dans les champs. 9 Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient: Hosanna! Béni soit celui qui vint au nom du Seigneur! 10 Béni soit le règne qui vient, le règne de David, notre père! Hosanna dans les lieux très hauts! 11 Jésus entra à Jérusalem, dans le temple. Quand il eut tout considéré, comme il était déjà tard, il s’en alla à Béthanie avec les douze. 12 LE LENDEMAIN [après le Dimanche des Rameaux], après qu’ils furent sortis de Béthanie, Jésus eut faim. 13 Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s ‘il y trouverait quelque chose; et, s’en étant approché, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues. 14 Prenant alors la parole, il lui dit: Que jamais personne ne mange de ton fruit! Et ses disciples l’entendirent. 15 Ils arrivèrent à Jérusalem, et Jésus entra dans le temple. Il se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons; 16 et il ne laissait personne transporter aucun objet à travers le temple. 17 Et il enseignait et disait: N’est-il pas écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. » (Marc 11:8-17)

En honneur de la journée qui suit le Dimanche des Rameaux, que j’appelle « Le Grand Ménage Ecclésiastique du Lundi » ou « Le Lundi du Grand Ménage Ecclésiastique », j’ai décidé de présenter ici les contenus du traité « Religion d’argent » du pasteur Napoléon Roussel. Ce traité populaire (près de 100000 exemplaires vendus et au moins 6 éditions) présente d’abord la religion d’un groupe de vendeurs installés depuis plusieurs siècles dans la partie visible du Temple de Dieu de cette ère du Nouveau Testament et ensuite présente le véritable Évangile.

414px-Nucci,_Avanzino_-_Petrus'_Auseinandersetzung_mit_Simon_Magus_-_1620« Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, IL LEUR OFFRIT DE L’ARGENT, 19 EN DISANT: ACCORDEZ-MOI AUSSI CE POUVOIR, AFIN QUE CELUI À QUI J’IMPOSERAI LES MAINS REÇOIVE LE SAINT-ESPRIT. 20 MAIS PIERRE LUI DIT : QUE TON ARGENT PÉRISSE AVEC TOI, PUISQUE TU AS CRU QUE LE DON DE DIEU S’ACQUÉRAIT À PRIX D’ARGENT! 21 Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car TON COEUR N’EST PAS DROIT DEVANT DIEU. 22 REPENS-TOI DONC DE TA MÉCHANCETÉ, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s ‘il est possible; 23 car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. » (Actes des apôtres 8:18-23)

*****************************

Voici les contenus du traité:

RELIGION D’ARGENT

de Napoléon Roussel

Un riche Écossais, ennuyé du triste et froid climat de sa patrie, était venu s’établir dans un de ces riants villages qui bordent la Loire. Là, il vivait paisiblement au sein d’une nombreuse famille et mettait son plaisir à répandre, sur les habitants de ce hameau, autant de bienfaits que le lui permettait sa grande fortune. Aussi les paysans répétaient-ils sans cesse que cet hérétique, comme le nommait leur curé, faisait, lui seul, plus d’aumônes que n’en recueillaient toutes les collectes de l’église de leur paroisse. Le curé craignit que cette conduite généreuse, en gagnant les cœurs à ce protestant, ne diminuât d’autant leur amour pour la Sainte Église catholique. Il entreprit donc de prouver en chaire que tous les hérétiques, tant calvinistes que luthériens, sont condamnés, pour une éternité, aux flammes de l’enfer. Mais il comprit bientôt que tous ses arguments ne persuaderaient jamais aussi bien ses paroissiens que les libéralités du milord; aussi résolut-il de changer de batterie et de couper le mal par la racine; et voici le moyen qu’il imagina : il forma le projet de convertir l’Écossais à la foi de la Sainte Mère l’Église. Il lia, dans ce but, connaissance avec lui, et ne tarda pas à l’entretenir du danger que courait son âme et à le presser vivement d’entrer dans l’Église hors de laquelle il n’y a point de salut.

Le milord, soit pour un motif, soit pour un autre, esquiva longtemps la question. Mais enfin, un jour qu’ils se promenaient tous deux dans son jardin bordant le rivage, notre curé reprit sa conversation ordinaire et fut très étonné de l’entendre cette fois lui dire avec un sourire amical : « Eh bien, mon cher curé, voyons, parlez-moi un peu de votre religion, afin que je puisse avant tout bien la connaître. Tenez, asseyons-nous là, ajouta-t-il en lui montrant un banc de gazon sur le bord de la Loire, et causons ensemble. Il est encore de bonne heure, le soleil se lève, tout est paisible, nous n’avons pas à craindre d’être interrompus. Dites-moi donc d’abord, DANS VOTRE RELIGION CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE ET ROMAINE, QUE FAUT-IL FAIRE POUR ÊTRE SAUVÉ? — Le Curé. D’abord, il faut recevoir le baptême. — Milord. Et combien en coûte-t-il pour être baptisé?-— Le Curé. C’est à la générosité du parrain; cependant ici le prix est fixé à 45 sous. — Milord. Bien; mais une fois le baptême reçu, que faut-il faire encore? — Le Curé. Il faut que l’enfant, parvenu à l’âge de raison, fasse sa première communion. — Milord. Et combien en coûte-t-il pour faire sa première communion? — Le Curé. Ce sera à votre générosité; et… — Milord. Il ne s’agit pas encore de moi; mais je vous demande seulement votre prix-courant; que vous donnent ordinairement vos petits villageois? — Le Curé. Hélas! quelquefois seulement un cierge d’une livre qui vaut à peine 3 francs 10 sous. — Milord. Bien; 45 sous pour être baptisé, 3 francs et 10 sous pour la première communion; poursuivez. Que faut-il faire encore pour être sauvé? — Le Curé. Jeûner aux Quatre-temps Vigiles, faire maigre le vendredi et le samedi de chaque semaine et pendant tout le carême. — Milord. Mais je vous avoue que nous, Anglais, nous sommes gros mangeurs, et surtout mangeurs de viande, en sorte que, pour ma part, il me serait très pénible de jeûner et de faire maigre; d’ailleurs ma santé… — Le Curé. Oh! dès que votre santé y est intéressée, on peut vous dispenser des jeûnes et du maigre. Je pourrais vous citer même l’exemple récent d’un pape qui, pour récompenser un généreux fidèle qui lui avait fait don d’une tiare de 6000 francs, lui accorda, sur parchemin, des titres signés, scellés et paraphés, lui octroyant le droit de faire gras toute sa vie lui et ses descendants mâles jusqu’à la fin du monde. — Milord. Je n’en doute pas; mais je n’ai pas de tiare à donner; je vous demande donc ce qu’on donne ordinairement pour faire gras pendant le carême? — Le Curé. Un écu de 6 francs. — Milord. Et pour les cinquante-deux vendredis et samedis, à proportion, n’est-ce pas ? — Le Curé. Sans doute. — Milord. C’est donc environ 15 francs par an, plus 6 francs pour le carême, cela fait 21 francs. — Le Curé. Vous oubliez les jeûnes. — Milord. C’est juste; mettons 10 francs; c’est donc, pour m’éviter les jeûnes et le maigre, 31 francs. Bien; 45 sous pour le baptême, 3 francs 10 sous pour la communion, 31 francs pour les jeûnes et le maigre. Ensuite? que demande encore votre Église? — Le Curé. — D’aller à la messe tous les dimanches. — Milord. Et qu’en coûte-t-il pour entendre commodément la messe? — Le Curé. Pour être commodément, vous pouvez louer une place dans le chœur : c’est 15 francs; ou bien la loueuse vous donnera une chaise chaque dimanche matin pour 1 sou, excepté les jours de grandes fêtes : alors elles valent jusqu’à 2 ou 3 sous. — Milord. C’est juste; ces jours-là les fidèles montrent plus d’empressement à venir à l’église, il faut leur en faciliter l’entrée en élevant le prix des sièges. Ainsi 1 sou par dimanche, cela fait 52 sous par an. Je compte 10 sous pour les chaises des fêtes solennelles, c’est donc la somme de 3 francs 2 sous par an. Que vous faut-il encore?— Le Curé. Il vous faut confesser au moins une fois l’an, je vous donnerai l’absolution de vos péchés, et il ne vous restera qu’à remplir la pénitence que je vous aurai imposée, comme, par exemple, de réciter cinquante Pater et cinquante Ave Maria.— Milord. Mais si, par hasard, j’oubliais de réciter mes Ave Maria et mes Paler, et qu’après un certain nombre de ces oublis, il me devint impossible de m’acquitter de toutes ces pénitences arriérées, je ne pourrais donc plus être sauvé? — Le Curé. Si, bien! vous auriez le moyen du tronc des indulgences, pour effacer de tels péchés. — Milord. Et que met-on dans le tronc des indulgences? — Le Curé. De l’argent.— Milord. Mais combien?— Le Curé. Nous ne savons pas ce qu’y dépose chaque fidèle; mais nous y trouvons quelques louis, un peu plus de pièces blanches, beaucoup de gros sous et encore plus de liards.— Milord. Eh bien, je prends le terme moyen et je note 12 francs pour mes pénitences. Mais à propos de tronc, dites-moi : j’en ai vu plusieurs dans votre église; que met-on dans tous? — Le Curé. De l’argent. — Milord. Dans celui contre la première colonne à gauche? — Le Curé. De l’argent; c’est pour l’entretien de l’église. — Milord. Et dans le tronc à droite? — Le Curé. De l’argent; c’est pour les indulgences du beurre et du lait pendant le carême. — Milord. Et dans le tronc en face de la chaire?— Le Curé. De l’argent; c’est pour le petit séminaire. — Milord. Et dans l’autre? — Le Curé. De l’argent; c’est pour la sainte chapelle de la Vierge.— Milord. Et dans l’autre? — Le Curé. De l’argent; c’est pour les frais du culte. — Milord. C’est très-bien entendu! Mais revenons. Que faut-il faire encore? — Le Curé. Au lit de mort, un bon catholique doit recevoir l’extrême-onction. — Milord. Et que demandez-vous pour cela? — Le Curé. Rien. — Milord. Comment! rien? Pas possible! — Le Curé. C’est que, voyez-vous, quand on reçoit l’extrême-onction, on n’est pas loin de la mort, et alors vient l’enterrement. — Milord. Ah! je comprends, on paie tout ensemble : et combien l’enterrement? — Le Curé. Oh ! ici, impossible de vous répondre d’une manière précise. Voulez-vous un, deux, trois, quatre prêtres? C’est 20 francs pièce. Voulez-vous la grande croix d’argent en tête? C’est 15 francs de plus. Préférez-vous celle en or? C’est 30 francs : avec le suisse, c’est 25 francs de plus. Nous avons aussi des draps mortuaires plus ou moins fins, plus ou moins riches, et par conséquent plus ou moins chers; on peut vous donner aussi les vieux de la charité, et les jeunes filles de la maison des orphelins, la confrérie des pénitents blancs ou des pénitents noirs, c’est à votre choix. Vous pouvez mettre à votre ensevelissement depuis 15 francs jusqu’à mille écus. — Milord. Je vous remercie de tous vos renseignements; mais je vous demande seulement le prix ordinaire d’un ensevelissement, tout juste le strict nécessaire? — Le Curé. Eh bien, vous ne pouvez pas vous passer d’un prêtre, de deux clergeons et d’une croix; ainsi, vous pouvez être enseveli décemment pour 24 francs. — Milord. Et avec tout cela j’irai sans doute en paradis? — Le Curé. Non; mais probablement en purgatoire. — Milord. En purgatoire? Mais alors vous ne m’aurez pas sauvé, car vous ne pouvez pas venir me tirer de là? — Le Curé. C’est ce qui vous trompe : vous n’avez qu’à laisser par votre testament l’ordre de faire dire des messes au moyen desquelles du purgatoire vous passerez en paradis. — Milord. J’entends, et combien coûte une messe pour un mort?— Le Curé. 30 sous. — Milord. Et combien faut-il de messes? — Le Curé. Je ne puis pas vous préciser exactement, mais plus vous en ferez dire, plus vous aurez de chances pour sortir vite de ce lieu de tourment. — Milord. Je comprends : comme les messes à dire sont le dernier argent que vous attendez d’une personne, vous n’avez pas voulu en fixer le nombre, afin de laisser plus de marge à la généreuse piété des parents. Vous êtes plus compatissants que la mort : elle referme la terre sur nous une fois pour toutes; mais vous ne refermez jamais votre bourse. Mais comme je veux savoir à quoi m’en tenir dès ici-bas sur mon salut éternel, faites une exception en ma faveur, et dites-moi enfin combien de messes on peut faire dire raisonnablement? — Le Curé. Une vingtaine ne peut pas vous nuire, et je crois…

Milord. Vingt messes à 30 sous, cela fait 30 francs. Maintenant, récapitulons ce qu’il faut faire dans votre église catholique, apostolique et romaine pour être sauvé:

Le baptême : 2 fr. 05 s.

La première communion, pour un cierge : 3 fr. 10 s.

Pour ne pas faire maigre pendant le carême, 6 fr. par an, donc pour trente ans que je puis vivre encore : 180 fr.

Pour ne pas faire maigre le vendredi et le samedi, à 15 fr. par an, pour trente ans : 450 fr.

Pour ne pas jeûner, à 10 fr. par an, pendant trente ans : 300 fr.

Pour les chaises du dimanche et des grandes fêtes, à 3 fr. 2 s. par an, pour trente ans : 93 fr.

Prix des indulgences pour mes pénitences arriérées : 12 fr.

L’enterrement avec l’extrême-onction par-dessus : 24 fr.

Messes pour sortir du purgatoire : 30 fr.

Ainsi je puis être sauvé, aller en paradis pour la modique somme de 1,094 fr. et 15 sous* !

* le traité avait été écrit au milieu du 19e siècle; je ne connais pas les montants correspondants en euros aujourd’hui

Mais laissons là l’ironie, mon cher curé; je vous demande maintenant si vous oseriez encore, sans rougir, me proposer d’accepter une religion où tout se traite à prix d’argent; une religion où il me faut payer pour naître, payer pour communier, payer pour m’asseoir, payer pour manger, payer pour me marier, payer pour obtenir des pardons, payer pour vivre, payer pour mourir, payer encore quand je suis mort et enterré? Une église où je ne puis faire un pas sans voir la main du prêtre me mendier un sou? Puis-je reconnaître dans ce commerce de sacrements, dans cet agiotage de péchés rachetés par des pénitences, de pénitences rachetées par des indulgences, d’indulgences acquises à prix d’argent, la religion de Jésus-Christ qui recommande à ses disciples de n’avoir qu’un seul bâton et une seule robe? Puis-je reconnaître dans cette banque de messes achetées par le fidèle au bureau d’un prêtre de ville, qui les met en portefeuille pour les faire chanter sous escompte de moitié prix par un pauvre prêtre de village, puis-je reconnaître là la religion de ce Jésus qui n’avait pas un lieu pour reposer sa tête, et dont le royaume n’était pas de ce monde? N’êtes-vous pas plutôt les fidèles successeurs de ces vendeurs que Jésus-Christ chassa à coups de fouet du temple de Jérusalem, en leur criant: « Ma maison est une maison de prière, mais vous en faites une caverne de voleurs ? » Ce Jésus qui renversait les tables des changeurs, ne renverserait-il pas ces troncs suspendus à chaque pilier de vos églises? S’il chassait les marchands de bœufs, de brebis et de pigeons, n’en chasserait-il pas aussi vos marchandes de chaises? S’il a condamné les pharisiens qui faisaient leurs aumônes pour être vus des hommes, ne vous condamnerait-il pas, vous qui forcez vos fidèles à se faire pharisiens, en leur envoyant demander par une belle quêteuse, à la main de laquelle ils n’osent refuser par vanité, l’argent qu’elle verse ensuite dans vos poches? Et quels ont été les fruits de cet indigne trafic des choses saintes? Vous vous êtes enrichis, j’en conviens; mais vous avez ruiné la religion en la livrant au mépris public. Le plus simple de vos paroissiens crie dans tous les coins de rues à qui veut l’entendre que vous faites votre métier, qu’il n’y a de place dans votre paradis que pour les riches, que vous êtes pires que ces juges iniques dont la conduite fait dire que la clef d’or ouvre partout; car, chez vous, la clef d’or ouvre le ciel lui-même. Votre avarice a tué la foi du peuple; votre ambition a éteint sa piété; et si ce peuple croit aujourd’hui plus à Voltaire qu’à Dieu, c’est vous-mêmes qu’il faut en accuser. Où trouverez-vous, dans le Nouveau-Testament, un seul mot qui autorise tout ce tripotage ecclésiastique? Nulle part. Aussi, défendez-vous la lecture de ce Livre divin; car vous savez qu’il y est écrit: « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, car vous dévorez les maisons des veuves, même sous prétexte de faire de longues prières; c’est pourquoi vous en recevrez une plus grande condamnation. » Vous savez qu’on y lit que Simon, le magicien ayant voulu acheter le don du Saint-Esprit à prix d’argent, Saint Pierre lui dit: « Que ton argent périsse avec toi-même, puisque tu as pensé que le don de Dieu s’acquiert avec de l’argent ! » Vous qui vous dites successeurs de Saint Pierre, vous devriez imiter sa conduite, et faire cette réponse à ceux qui vous apportent l’argent d’une messe.

Mais laissons cela, mon cher curé: vous m’en avez dit assez pour me faire connaître votre religion, permettez-moi maintenant de vous exposer la mienne; celui de nous deux qui sera convaincu par l’autre pourra se décider avec raison à changer de religion.

Et d’abord la mienne n’a qu’une seule source, la Bible : qu’un seul docteur, Dieu lui-même. Je laisse de côté votre tradition inventée par les hommes, votre infaillibilité prétendue du Pape, pour ne soumettre mon esprit, ma conscience et mon cœur qu’à la seule autorité de la Parole de Dieu. Voilà un système de religion bien plus simple et une base de foi bien plus solide. J’ouvre donc cette Bible, et dans les premières pages j’y vois, par l’histoire de notre premier père, que la race humaine est tombée dans le péché. En poursuivant cette lecture je découvre, par la conduite du peuple juif, qu’en effet les hommes ont toujours vécu dans le mal; enfin, quand je lis dans l’Ancien Testament le Décalogue, et dans le Nouveau Testament les préceptes de l’Évangile, je vois clairement que, si l’homme ne doit ni tuer, ni voler, ni dire une fausse parole, ni convoiter, ni concevoir une mauvaise pensée, certainement tous les hommes, moi le premier, sont condamnés, selon la déclaration de cette même Bible: « Il n’y en a pas un seul qui fasse le bien », et celle-ci: « Dieu les a tous renfermés sous la condamnation. »

Le Curé. Mais, Milord, votre religion est effrayante! — Milord. Attendez un moment: dites-moi d’abord: votre conscience vous dit-elle que vous ayez fait le mal ? — Le Curé. C’est selon… — Milord. Pas de subterfuge! Répondez directement : avez-vous fait le mal, oui ou non? — Le Curé. Eh bien! oui. — Milord. Donc, comme moi, vous êtes condamné; car encore une fois la Parole de Dieu l’a dit. — Le Curé. Et voilà précisément ce qui m’épouvante! — Milord. Mais écoutez; voici ce qui vous rassurera. Maintenant que vous sentez la justice de votre condamnation, Dieu ne vous demande ni or, ni argent, ni jeûne, ni maigre, ni pénitence, ni macérations; il ne vous demande rien ! Il vous donne au contraire, et vous donne GRATUITEMENT… — Le Curé. Quoi donc? — Milord. Votre salut éternel! Et si vous en doutez, écoutez ces paroles puisées dans la Sainte Bible: « Dieu les a tous renfermés sous la condamnation afin de faire miséricorde à tous. Vous êtes sauvés par la grâce et non point par les œuvres. Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croirait en lui ne pérît point, mais qu’il eût la vie éternelle. Quand nous n’étions que pécheurs, Christ est mort pour nous; Christ a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption. Venez et prenez sans or ni argent! »

Voilà qui est clair, je pense? Je vous ai cité dix passages, j’aurais pu vous en citer cent et mille qui tous proclament que Dieu donne gratuitement et complètement son ciel à quiconque croit de cœur à Jésus-Christ. Voilà de la générosité! Voilà de la grandeur! Voilà de l’amour! Concevez-vous quelque chose de plus grand? de plus digne de Dieu? Et comprenez-vous quelque chose qui mérite mieux le nom de religion? Voyons: quel moyen inventeriez-vous, plus efficace que le pardon de tous les péchés, et le don absolu et gratuit d’une vie éternelle, pour émouvoir et gagner le cœur de l’homme à son Dieu? Dites-moi, cher curé, pourriez-vous ne pas aimer le Dieu qui vous aime de la sorte? Pourriez-vous ne pas lui obéir en faisant le bien, en sanctifiant votre vie, en secourant vos frères? Ah! cher ami, si je vous ai paru sévère d’abord en jugeant votre religion, comprenez maintenant que mon intention finale était de vous désabuser de l’erreur pour vous amener à la vérité, et que, si la vérité est quelque part sur la terre, elle doit être dans la doctrine qui nous enseigne que Dieu donne tout, dans le règne de la grâce, comme il nous a tout donné dans le règne de la nature. Le Dieu qui nous a donné cette vie passagère, nous donne la vie éternelle; le Dieu qui nous soutient en santé par sa providence, nous maintient en sainteté par son Esprit; le Dieu qui nous a donné un père, une mère, nous a donné un Sauveur; il donne tout, il ne vend rien, et c’est rabaisser le Créateur à la taille de la créature que de croire qu’il attend quelque chose de notre part, et qu’entre lui et nous, comme entre deux hommes, peut se passer un marché!

Oh ! cher ami, agrandissons nos pensées; au lieu d’abaisser Dieu à notre niveau, tâchons de nous élever à la hauteur de son amour. Comprenons sa grandeur, sa bonté, sa puissance, et disons-nous bien qu’il veut nous tout donner, si nous voulons tout accepter.

Oui, je puis le dire par expérience, si j’ai été rendu capable de faire quelque bien, c’est parce que mon cœur a été ouvert et réjoui par la foi à cette doctrine que j’étais sauvé! vraiment sauvé! pour toujours sauvé! Et si vous désirez le savoir, voilà la source des bienfaits que je me plais à répandre sur votre paroisse.

Le Curé prit la main du Milord sans lui répondre, et après un moment de silence, il lui dit avec émotion: « Au revoir ! »

********************************

Cliquez sur le lien suivant pour obtenir une version PDF gratuite de ce traité :

Napoléon Roussel, « Religion d’argent » (Livre numérique Google)

********************************

Voir aussi:

Apocalypse 18 : des corps et des âmes d’hommes comme objets de commerce de la Grande Prostituée

« Le Pape et Cie » : un traité du pasteur Napoléon Roussel

Catholicisme romain

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur Napoléon Roussel

Le formalisme et le christianisme : une citation de Napoléon Roussel

Document électronique gratuit : « La Grande Prostituée » du pasteur Napoléon Roussel (1805-1878)

Livre électronique gratuit: « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge » de Henry Charles Lea (1825–1909)

Livre électronique gratuit : « Le culte domestique pour tous les jours de l’année ou 365 courtes méditations sur le Nouveau Testament » (2 volumes) du pasteur Napoléon Roussel

Livre électronique gratuit : « Le culte du dimanche ou 52 simples discours destinés aux églises et aux familles privées de pasteurs » du pasteur Napoléon Roussel

****************************************

Diapositive1

« Le Pape et Cie » : un traité du pasteur Napoléon Roussel

800px-1610_Cecco_del_Caravaggio_Christ_expulses_money_changers_anagoria« Et Jésus leur dit: Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. » (Matthieu 21:13)

« Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et IL Y AURA DE MÊME PARMI VOUS DE FAUX DOCTEURS… 2 Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et LA VOIE DE LA VÉRITÉ SERA CALOMNIÉE À CAUSE D’EUX. 3 PAR CUPIDITÉ, ILS TRAFIQUERONT DE VOUS au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point. » (2 Pierre 2:1a,2-3)

« Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. » (Ecclésiaste 1:9)

***********************************

Étant un ex-catholique qui est reconnaissant envers Dieu d’avoir reçu GRATUITEMENT par le moyen de la foi sincère (accordée par Dieu le Saint-Esprit et démontrée publiquement aux hommes par les fruits d’une repentance profonde et sincère envers Dieu) la vie éternelle en raison de l’oeuvre parfaite de Jésus-Christ, j’ai bien aimé les contenus du petit traité « Le Pape et Cie » du pasteur Napoléon Roussel qui nous rappelle qu’il y a eu dans les siècles passés (et qu’il y a encore) des « marchands iniques dans la cour extérieure du Temple de Dieu » du Nouveau Testament. L’article commence de façon satirique et termine de façon sobre. Comme un Élie français (1 Rois chapitre 18) et un Blaise Pascal protestant du 19e siècle (« Les Lettres provinciales », ça vous dit quelque chose?), il critique avec force et habileté la fausse doctrine de ces faux prêtres, qui mérite d’être condamnée sévèrement car elle touche l’Évangile précieux (Galates chapitre 1), et mène le lecteur à la vérité biblique.

Même si des contenus de ce traité satirique écrit au 19e siècle pouvaient possiblement froisser des oreilles majoritairement post-modernes et « efféménisées » par la culture environnante et sans convictions profondes fondées sur les Saintes Écritures, svp retenez ce qui est bon et utile (1 Thessaloniciens 5:21) avant de vous laisser emporter par des émotions comme des enfants et avant d’oublier que l’institution religieuse critiquée dans cet article a mis à mort des multitudes dans les siècles passés tout en prêchant un faux évangile qui a gardé des centaines de millions de personnes (comme moi) dans l’ignorance et l’impénitence envers Dieu et faisant croire faussement à des protestants et baptistes sous l’influence du mystère d’iniquité (2 Thessaloniciens chapitre 2) qu’elle est l’Église véritable. Si vous n’aimez pas l’aspect satirique, au moins lisez les derniers paragraphes plus sobres car ils parlent de l’Évangile de Jésus-Christ. « Comme le fer aiguise le fer, ainsi un homme en aiguise un autre. » (Proverbes 27:17)

Si vous pensez que je me limite simplement à « attaquer le catholicisme », j’ai aussi critiqué des faux protestants qui se sont enrichis de façon inique. Je condamne la simonie. Qu’il soit commis par un catholique romain, un orthodoxe grec ou un protestant. Je crois qu’il y a des catholiques romains sincères dans le monde qui sont assez sages et raisonnables et informés pour reconnaître qu’il y a eu des abus financiers au Vatican et dans des paroisses individuelles et qui ont été scandalisés par ces choses déplorables. Je prie que ces catholiques puissent approfondir leur connaissance des Écritures et découvrir le véritable Évangile qui seul apporte la paix à l’âme dans ce monde déchu. Dieu ne cherche pas simplement un « changement de religion » ou des « changements cosmétiques extérieurs ». IL cherche la sincérité et la vérité (Jean 4:24) et la véritable repentance dans le coeur des hommes. IL veut vos coeurs à 100% et non vos porte-feuilles. IL est déjà le propriétaire de tout ce qu’IL a créé. Dieu n’a pas besoin d’argent. IL appelle tous à la repentance sans exception (Actes chapitre 17). Tristement, il y a bien des protestants et baptistes qui ne sont pas véritablement des enfants de Dieu mais des apostats et de l’ivraie. Des multitudes!

***********************

Voici les contenus du traité:

LE PAPE ET CIE

BUT DE L’ENTREPRISE:

L’établissement d’une maison pour l’exploitation en grand de la sottise humaine.

PREMIÈRE RÉUNION DES ASSOCIÉS:

Le chef de la maison, le pape, convoque, en assemblée générale, ses co-associés les membres du clergé et leur parle ainsi:

Messieurs,

Une bonne spéculation se présente : d’un côté, le plaisir est du goût de tout le monde, de l’autre la conscience s’oppose à sa libre consommation. Je viens vous proposer d’exploiter la race humaine par des transactions entre la conscience et le plaisir. Je m’explique : le cœur de l’homme lui conseille le mal que sa conscience lui défend ; il s’agit de mettre cœur et conscience d’accord ; or voici comment : Disons à l’homme que les fautes se rachètent; qu’une pénitence efface un péché; qu’une vertu compense un vice, que les œuvres d’un saint sont réversibles sur le compte d’un criminel et qu’ainsi une juste balance entre les bons et les mauvais jours d’une même vie et un transfert des bonnes actions de l’un sur l’existence pécheresse de l’autre permettent à chacun de remplir ses devoirs et de satisfaire ses passions. A coup sûr, l’homme acceptera des échanges, répondant si bien à ses tendances opposées, et c’est ici que notre intermédiaire lui devient nécessaire. Ouvrons une banque universelle privilégiée pour la vente des bonnes œuvres et le rachat des péchés, et jetons sur la place nos billets de confession toujours négociables contre de l’argent.

L’assemblée vote, et la proposition passe à l’unanimité, moins une voix.

Sans perte de temps, le pape installe la maison centrale à Rome; ses associés les évêques ouvrent des succursales dans les villes, les curés dans les campagnes, et dès lors commence cette exploitation romaine qui vise à traverser les siècles et à couvrir l’univers!

D’abord le chef de la maison lance dans le monde la circulaire suivante:

Le Pape et Cie à tous les peuples ses commettants:

Messieurs,

Nous connaissons votre goût prononcé pour tous les vices en même temps que la tyrannie de votre conscience. Il est impossible qu’il n’y ait pas dans votre vie bien des fautes importunes et dignes de punition. Nous venons vous offrir de nous charger et de la punition et de la faute. Pour cela nous avons mis en magasin une vaste pacotille d’œuvres surérogatoires de tous les saints. Dans ce trésor inépuisable, vous trouverez, en quantité et qualité, précisément ce qu’il vous faut, le tout aux plus bas prix. Pour la modique somme de quelques petites pénitences, de quelques jeûnes, de quelques abstinences, vous pourrez vous procurer le transfert inappréciable d’une cargaison de bonnes actions empruntées aux saints de tous les siècles et de tous les pays; et comme il faut savoir se mettre à la portée de tous les consommateurs, notre maison vient d’établir aussi une caisse d’escompte. Ainsi nous serons toujours prêts à vous négocier nos billets de pénitence contre votre argent; en sorte que quelle que soit la nature de votre obligation contractée envers nous, il vous sera toujours loisible de la retirer contre des espèces; ainsi, nous devez-vous des abstinences que vous ne pouvez supporter? nous vous les échangerons contre des neuvaines. Êtes-vous trop faibles pour accomplir les neuvaines? nous les transformerons en messes à faire dire; et comme nos prêtres seuls ont le monopole de cette dernière marchandise, nous serons toujours prêts à vous céder cet article argent comptant. Vous voyez qu’à la faveur de ces divers agiotages nous nous mettons à la portée de tout le monde; si tous n’ont pas un estomac capable de jeûner, des jambes assez fortes pour marcher, une vertu assez robuste pour résister… du moins tous auront de l’argent pour nous payer. Notre maison tient compte aussi de la position sociale de ses commettants, sachant bien qu’il ne faut négliger aucun profit. Ainsi les mêmes objets que nous vendons à prix forts aux riches, nous les cédons à prix réduits aux pauvres, convaincus que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Vous comprendrez que cela nous est d’autant plus facile que la matière première ne nous coûte rien; nous puisons gratis dans le trésor véritablement inépuisable des œuvres surérogatoires, et là, quand il n’y en a plus, il y en a encore. Ainsi demandez ce que vous voudrez et autant que vous voudrez, vos ordres seront toujours remplis dans les vingt-quatre heures, pourvu que vous ayez bien soin de passer le matin à notre caisse.

N. B. Désirant avant tout faire honneur à nos affaires, nous ne travaillons qu’au comptant. Jamais une messe ne sera dite que le prix n’en soit payé. Nous aimons mieux perdre un escompte que de risquer la somme entière. En second lieu, remarquez bien que si nous consentons à transformer vos obligations de pénitences en argent, nous ne transformons jamais les obligations d’argent en œuvres de pénitence; l’argent du public entre dans notre poche, mais il n’en sort pas.

En attendant vos commandes, nous avons l’honneur de vous saluer;

Par procuration du pape, et cie, Ignace évêque, Loyola curé, Contrefacto desservant.

Cette circulaire, envoyée à des milliers de correspondants, affichée aux portes des paroisses, mentionnée dans les prônes, insérée dans tous les livres d’église, amène bientôt de nombreuses demandes. On se presse au bureau des sacristies, et comme il est à craindre que le public ne sente pas assez vivement tout le besoin qu’il a de telles marchandises, on ouvre des cabinets d’affaires sous le nom de confessionnal. Là, les commis voyageurs vont prouver à chacun qu’il lui faut nécessairement tant de messes, tant de Pater ou d’Ave Maria, tant de jours maigres, tant de jeûnes, et ils finissent toujours par échanger tout cela contre ce qu’eux-mêmes n’échangent pas.

Cependant, comme chaque pécheur aime à recevoir un gage matériel de son pardon [ainsi marchant par la vue et non par la foi] et un signe visible d’indulgence, les succursalistes s’adressent à la maison centrale pour satisfaire ce désir, et, sans perdre de temps, celle-ci leur répond:

Le Pape et Cie à son représentant:

Monsieur le curé,

Je vous expédie deux mille cinq cents indulgences scellées à la grande chancellerie romaine; elles sont de première qualité; cependant nous vous les passerons en gros à 3 francs la douzaine, avec le treizième en sus. Vous pouvez facilement les vendre au détail à 3 fr. pièce; ce qui vous fera douze cents pour cent de bénéfice, puisque le treizième couvrira les frais de port.

Vous recevrez aussi par le même envoi:

1) 2,000 médailles de sainte Philomène, bénites par le pape, à 25 centimes.

2) 4,000 chapelets gros grains, bénits par ledit.

3) 6,000 chapelets petits grains, à 20 centimes.

4) Enfin 20 reliques enchâssées dans des médaillons avec le cachet de notre maison. Nous devons vous mettre en garde contre une duperie qui pourrait ruiner notre commerce. Nous avons appris qu’il existe des contrefacteurs; mettez le public sur ses gardes, car bien que nos reliques authentiques ne soient pas plus vraies que les fausses, cette concurrence n’en serait pas moins nuisible à notre brevet d’invention. Agréez, etc.

Réponse à la précédente.

Le desservant de la succursale de *** à la maison centrale.

Messieurs,

Monsieur le curé me charge de vous accuser réception de votre envoi, et je profite de l’occasion pour vous soumettre une décision que nous avons cru devoir prendre.

Le public a pris un tel goût et une telle confiance en nos messes pour racheter ses péchés que nous ne pouvons plus suffire à toutes ses commandes. Nous avons donc résolu d’accepter les messes à dire à raison d’un franc cinquante centimes et de les faire fabriquer nous-mêmes dans les couvents à moitié prix. Ainsi de temps à autre moines et curés de campagne viennent dans notre ville, se chargent de quelques douzaines de messes, et de la sorte nous en expédions un bien plus grand nombre. Nous attendons pour cela votre approbation que nous vous prions de ne pas nous passer trop cher. Agréez, etc.

La maison centrale, contrariée en voyant les maisons de détail faire des spéculations dans lesquelles elle-même n’entre pour rien, se hâte d’écrire à tous les évêques succursalistes:

Messieurs,

Nous apprenons que les curés viennent d’introduire une amélioration très productive dans leur commerce. C’est bien; mais vous et nous devons en profiter. À l’avenir donc que les prêtres exploitent le public, vous, évêques, vous exploitez les prêtres, et nous, pape, nous vous exploiterons. Voici comment devra marcher l’affaire : Les évêques payeront au pape sous le nom d’annate, un boni en entrant en fonctions. Le petit clergé payera aux évêques des dispenses pour monter en grade; enfin ces prêtres subalternes retrouveront leurs dépenses en tondant leurs troupeaux avec les ciseaux des sacrements, de la location des chaises, d’un privilège sur les livres et de mille petits articles auxquels le public donne la préférence lorsqu’on les présente sous les auspices du clergé. L’important cest d’inculquer aux fidèles que sans le prêtre il ne peut être sauvé. Mais, au lieu du mot de prêtre, usez toujours du mot Église et dites: hors de l’Église, point de salut. Or l’Église, c’est nous.

Agréez, etc.

Le commerce prenant toujours plus d’extension et la caisse du Pape et Cie (non pas celle de l’argent mais celle des bonnes œuvres) ayant grand besoin de se remplir pour satisfaire à toutes les demandes des pénitents confessés et mis à l’amende, le pape lance aussitôt une traite sur le trésor des œuvres surérogatoires.

Cette ressource est d’autant plus précieuse que la maison fait toujours traite sur les saints et ne les rembourse jamais. Le public a-t-il besoin d’un million de messes, c’est-à-dire d’un million cinq cent mille francs? le pape fait traite, le clergé négocie ce papier sous les noms de dispenses, d’indulgences, contre les espèces des pénitents qui gardent ces titres en portefeuille pour les faire valoir à la porte du purgatoire, et comme aucun d’eux ne revient de l’autre monde, le pape n’a pas encore eu une seule traite protestée.

C’est ainsi que dans les fabriques de toutes les paroisses, chacun peut régler facilement la grande affaire de son salut. Des comptes sont ouverts aux pratiques pendant toute leur vie et ne sont pas même clos à leur mort.

C’est ainsi que Rome s’établit, grandit, prospère et fait une fortune colossale. Mais un beau jour la seule voix qui ne s’était pas jointe au vote unanime du clergé convoque tous les membres de la société; du regard et du geste leur impose silence et parle ainsi:

Messieurs les brocanteurs,

Je ne viens pas vous blâmer de gagner votre vie en remplissant les fonctions de prêtre. Non, les saintes Écritures ont dit elles-mêmes que celui qui « sert à l’autel doit vivre de l’autel. » Faites-vous donc payer, rien de plus juste; comme le maçon, le prêtre est digne de son salaire. Je le répète,ce n’est donc pas là ce que je viens vous reprocher.

Mais ce que je désapprouve en vous, ce que je trouve absurde, indigne, abominable, c’est d’avoir mis le salut éternel à prix d’argent! c’est d’avoir trompé l’homme en lui faisant croire que le ciel s’achète avec des bonnes œuvres transportées de Pierre à Paul par l’entremise de Jean qui toujours est un prêtre; ce que je trouve indigne, c’est d’abuser ainsi des âmes immortelles et de les perdre en disant les sauver! ce qui est infâme, c’est de travestir ainsi la religion divine de Jésus-Christ qui précisément proclame le contraire! Écoutez donc ce qu’a dit le Maître, et si vous l’osez ensuite, accusez-moi de sévérité ou d’injustice à votre égard. Voici les paroles des Prophètes, des Apôtres et de Jésus-Christ Lui-même : « Vous l’avez reçu gratuitement, donnez-le gratuitement. — Venez, prenez sans or ni argent. — Vous êtes sauvés par grâce,cela ne vient point de vous, c’est un don de Dieu. C’est par grâce afin que personne ne se glorifie. — Si c’est par la grâce ce n’est point par les œuvres. Dieu a tant aimé le monde qu’il a DONNÉ son Fils afin a que quiconque CROIRAIT en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. Crois au Seigneur Jésus-Christ et tu seras sauvé. Périsse ton argent! puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquière pour de l’argent. II y a pardon par-devers Dieu, il est abondant en gratuité, et quand vos péchés seraient rouges comme le cramoisi, ils seront blanchis comme la neige. Jésus est mort pour nos offenses et ressuscité pour notre justification. Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Lui! »

Est-ce là votre religion? est-ce là le romanisme ? non, c’est l’Évangile de grâce, c’est la Parole du Sauveur lui-même, la Parole de Jésus-Christ. Mais je m’arrête. Si vous m’avez écouté et si vous avez encore quelque conscience, frappez-vous la poitrine et confessez vos crimes! Vous l’avez entendu : il y a pardon par-devers Dieu, pardon pour le prêtre comme pour le laïque. Vous aussi pouvez être reçus en grâce; vous aussi pouvez entrer au ciel, purifiés de vos souillures par le sang de Jésus-Christ, et cette grâce entière, ce salut complet, Jésus ne vous le vend pas, il vous le donne; vous le donne si vous avez seulement confiance en Lui. Oh ! croyez-moi, je ne suis pas ici pour vous humilier, mais pour vous dire la vérité. Ce que je désire de toutes les forces de mon âme, c’est que vous vous repentiez, vous convertissiez et que vous croyiez afin d’être pardonnés; et vous pouvez l’être à l’instant! Que votre cœur s’élance vers le Sauveur, qu’il s’attache à lui, lui crie grâce! grâce! et ce cri ne redescendra pas du ciel sur la terre sans en rapporter une bénédiction.

La voix se tut; le courageux apôtre de l’Évangile fut arrêté, conduit devant le tribunal de commerce nommé la Sainte Inquisition, condamné à mort et brûlé vif le lendemain. Mais, de ses cendres jetées au vent de l’histoire, sont sortis des milliers de chrétiens qui aujourd’hui se confient uniquement en leur Sauveur, vivent en paix dans leur âme parce qu’ils se sentent pardonnés, et attendent, en sanctifiant leur vie, la couronne de gloire, d’amour et de bonheur que Jésus donne à ses disciples dans le ciel pour l’éternité.

Mais, hélas ! la Banque catholique n’en existe pas moins; elle prospère et prospérera sur la terre tant qu’il y aura des hommes assez sots pour croire un chanteur de messe et assez passionnés pour continuer à mal faire tout en s’imposant des pénitences. C’est-à-dire que ce commerce durera jusqu’à la fin du monde!

*************************

Ce traité est un de sept traités contenus dans le livre « Sept flèches dans le coeur du romanisme » qui peut être lu ou téléchargé gratuitement (cliquez ici).

********************************

Voir aussi:

Apocalypse 18 : des corps et des âmes d’hommes comme objets de commerce de la Grande Prostituée

Catholicisme romain

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur Napoléon Roussel

Le formalisme et le christianisme : une citation de Napoléon Roussel

Document électronique gratuit : « La Grande Prostituée » du pasteur Napoléon Roussel (1805-1878)

Livre électronique gratuit: « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge » de Henry Charles Lea (1825–1909)

****************************************

Diapositive1

 

Entrevue avec ex-prêtre catholique – sujet : rapprochement entre Vatican et l’Islam (vidéo en anglais)

Pour ceux et celles qui comprennent l’anglais, voici un vidéo récent produit par un frère-en-Christ pédobaptiste de l’Irlande qui montre avec l’aide d’un ex-prêtre catholique (Richard Bennett) que le Vatican est en train de se rapprocher de la fausse religion de l’Islam :

Ce canal Youtube offre beaucoup de bons vidéos que j’ai déjà recommandés à d’autres. Je ne serais pas d’accord avec le pédobaptisme de l’auteur ni pleinement d’accord avec sa position actuelle sur le Millénium. Mes croyances bibliques sont résumées dans la Confession de foi baptiste de 1689.

************************************

Voir aussi:

Nouveautés au Vatican : prières musulmanes et récitation du Coran

Vidéo officiel du Vatican : bouddhistes et musulmans sont enfants de Dieu

Ajout à l’article « Vidéo officiel du Vatican : bouddhistes et musulmans sont enfants de Dieu »

John Stott, un Chrislamiste écuménique (vidéo en anglais)

Site web recommandé: www.bereanbeacon.org/fr (Richard Bennett, ex-prêtre catholique)

Islam

Catholicisme romain

Écuménisme

****************************************

Diapositive1