Livres chrétiens gratuits – sujet : catholicisme romain

Voici une liste de liens permettant d’accéder à des documents électroniques que j’ai trouvés qui peuvent être lus ou téléchargés gratuitement. Ces vieux documents chrétiens qui avaient été écrits en français sont des livres qui traitent différents aspects du catholicisme romain:

1) Ami Bost, « Doctrine de l’Écriture sainte sur le culte de Marie » (Livre numérique Google)

2) Ami Bost, « Sur le prétendu droit des papes á la succession de St. Pierre, ou dissertation sur ce passage: Tu es Pierre, etc » (Livre numérique Google)

3) Jean-Augustin Bost, « Petit abrégé de l’histoire des Papes au point de vue de leur infaillibilité et de leur unité » (Livre numérique Google)

4) Jean Calvin, « Son apologie contre les accusations de Jésuites » (Livre numérique Google)

5) Jean Calvin, « Les actes du concile de Trente, avec le remède contre le poison » (Livre numérique Google)

6) Jean Calvin, « Traité des reliques contre le décret du Concile de Trente » (Livre numérique Google)

7) Jean Calvin, « Correspondance française de Calvin avec Louis du Tellet, chanoine d’Angoulème et curé de Claix sur les questions de l’église et du ministére évangélique » (Livre numérique Google)

8) Jean Calvin, « Petit traité de la Sainte Cène de notre seigneur Jésus-Christ: auquel est démontré la vraie institution » (Livre numérique Google)

9) « Épître de Jacques Sadolet cardinal, envoyée au Sénat et au peuple de Genève: par laquelle il tâche les réduire sous la puissance de l’Évêque de Rome: Avec la réponse de Jean Calvin » (Livre numérique Google)

10) Jean Calvin, « Deux sermons de M. Jean Calvin pris de la première épître à Timothée au second chapitre sur ces paroles, « Car il y a un seul moyenneur de Dieu et des hommes à savoir Jésus-Christ » » (Livre numérique Google)

11) Jean Calvin, « L’intérim. C’est-à-dire, provision faite sur les différends de la religion, en quelques villes et pays d’Allemagne » (Livre numérique Google)

12) Jean Calvin, « Petit traité montrant que doit faire un homme fidèle connaissant la vérité de l’Évangile » (Livre numérique Google)

13) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 1 » (Livre numérique Google)

14) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 2 » (Livre numérique Google)

15) Charles Chais, « Lettres historiques et dogmatiques sur les jubilés et les indulgences, Volume 3 » (Livre numérique Google)

16) Charles Chiniquy, « L’ennemi de la Sainte-Vierge et de Jésus-Christ est l’Église de Rome » (Livre numérique Google)

17) Charles Chiniquy, « Lettre de Dr Chiniquy à l’archevêque Fabre  » (archive.org)

18) Charles Chiniquy, « L’église de Rome : réponse du Révérend Charles Chiniquy au Rév. J.M. Bruyère, Grand-vicaire de London, Ontario » (Livre numérique Google)

19) Charles Chiniquy, « Discours du père Chiniquy prononcé à l’Église évangélique de la rue Craig, Montréal, le 31 juillet 1870 » (Livre numérique Google)

20) Charles Chiniquy, « Le père Chiniquy, le réformateur canadien: récit de la conversion de près de 4,000 catholiques français, passés au protestantisme » (Livre numérique Google)

21) « Le vrai contre-poison pour faire disparaître la confession auriculaire : avec les deux lettres de Pierre Boisvert : respectueusement présenté à Monseigneur l’évêque Bourget, par son ancien prêtre et ami Chiniquy » (Livre numérique Google)

22) Charles Chiniquy, « Cinquante ans dans l’Église romaine  » (Livre numérique Google)

23) Charles Chiniquy, « Le prêtre, la femme, et le confessional  » (Livre numérique Google)

24) Charles Chiniquy, « Le Bon Dieu de Rome mangé par les rats » (Livre numérique Google)

25) Charles Chiniquy, »Le sacerdoce de Rome » (Livre numérique Google)

26) Jean Daillé, « Traité de l’emploi des saints Pères pour le jugement des différends qui sont aujourd’hui en la religion » (Livre numérique Google)

27) Jean Daillé, « Apologie des églises réformées où est montrée la nécessité de leur séparation d’avec l’église romaine » (Livre numérique Google)

28) « Jean Daillé, « De la croyance des Pères sur le fait des images » (Livre numérique Google)

29) Jean Daillé, « La foi fondée sur les Saintes Écritures, contre les nouveaux méthodistes – Romains 10:17 » (Livre numérique Google)

30) Merle D’Aubigné, « Genève et Oxford, discours » (Livre numérique Google)

31) Merle D’Aubigné, « Le concile et l’infaillibilité: Conférence » (Livre numérique Google)

32) Merle D’Aubigné, « Le sacerdoce universel : contrepoids du ministère » (Livre numérique Google)

33) Charles Daubus, « L’ébionisme des moines, ou traité de la mendicité volontaire, vouée et pratiquée par les moines contre l’Écriture Sainte » (Livre numérique Google)

34) Théodore de Bèze, « Comédie du pape malade, et tirant à la fin: où ses regrets, & complaintes sont au vif exprimées, & les entreprises & machinations qu’il fait avec Satan & ses supports pour maintenir son siège apostatique, & empêcher le cours de l’Évangile, sont catégoriquement découvertes » (Livre numérique Google)

35) Théodore de Bèze, « Discours merveilleux de la vie, actions et déportements de Catherine de Médicis, Reine mère: déclarant tous les moyens qu’elle a tenus pour usurper le gouvernement du royaume de France et ruiner l’état de celui-ci » (Livre numérique Google)

36) Théodore de Bèze, « Sommaire recueil des signes sacrés, sacrifices et sacrements institués de Dieu depuis la création du monde: et de la vraie origine du sacrifice de la messe » (Livre numérique Google)

37) Luigi Desanctis, « La tradition : traité en réponse au moine Belli » (livre numérique Google)

38) Luigi Desanctis, « La confession [auriculaire] : essai dogmatico-historique » (livre numérique Google)

39) Luigi Desanctis, « Papisme et jésuitisme : lettres de Rome » (livre numérique Google)

40) « Histoire du Concile de Trente traduite de l’italien par Jean Diodati » (Livre numérique Google)

41) Philip Doddridge, « Nouveaux sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Sermon sur Luc 9:55-56* (page 90)

* condamnation de la persécution faite contre des non-catholiques par l’église catholique romaine

42) Charles Drelincourt, « Abrégé des controverses ou sommaire des erreurs de l’Église romaine, avec leur réfutation par des textes exprès de la Bible de Louvain » (Livre numérique Google)

43) Charles Drelincourt, « Avertissement sur les disputes et le procédé des missionnaires » (Livre numérique Google)

44) Charles Drelincourt, « Du Jubilé des églises réformées, avec l’examen du jubilé de l’église romaine » (Livre numérique Google)

45) Charles Drelincourt, « Neufs dialogues contre les missionnaires sur le service des églises réformées » (Livre numérique Google)

46) Charles Drelincourt, « Sermon sur ces paroles de N. S. J.-C.: tu es Pierre, et sur cette pierre, etc. : prononcé dans l’Église de Barbesieux, le juin 1651 » (Livre numérique Google)

47) Charles Drelincourt, « La défense de Calvin contre l’outrage fait à sa mémoire, dans un livre qui a pour titre « Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l’Église, par le cardinal de Richelieu » (Livre numérique Google)

48) Charles Drelincourt, « Dialogue sur la descente de Jésus-Christ aux enfers, contre les missionnaires » (Livre numérique Google)

49) Charles Drelincourt, « De l’honneur qui doit être rendu à la sainte et bienheureuse Vierge Marie » (Livre numérique Google)

50) Charles Drelincourt, « Le combat romain, ou examen des disputes de ce temps » (Livre numérique Google)

51) Charles Drelincourt, « Du faux visage de l’antiquité et des nullités prétendues de la réformation de l’Église » (Livre numérique Google)

52) Charles Drelincourt, « Traité des justes causes de la séparation des protestants d’avec l’église romaine et particulièrement de l’adoration de la croix, de l’adoration du sacrement et de la transsubstantion » (Livre numérique Google)

53) « Les enseignements de l’Église romaine comparés avec les saintes Écritures » (Livre numérique Google)

54) Pierre Dumoulin, « Anatomie de la Messe » (Livre numérique Google)

55) Pierre Dumoulin, « Nouveauté du papisme, opposée à l’antiquité du vrai christianisme, contre le livre de Cardinal Du Perron, intitulé « Réplique à la réponse du roi Jacques Ier » » (Livre numérique Google)

56) Pierre Dumoulin, « 3 sermons [sur Romains 12:1 et Matthieu 18:15-17] faits en présence des pères capucins » (Livre numérique Google)

57) Pierre Dumoulin, « Apologie pour la sainte Cène du Seigneur, contre la présence corporelle et transsubstantiation: item, contre les messes sans communiants et contre la communion sous une espèce » (Livre numérique Google)

58) Pierre Dumoulin, « Accomplissement des prophéties* » (Livre numérique Google)

* auteur montre que l’église catholique romaine et la papauté représentent accomplissements de prophéties bibliques

59) Pierre Dumoulin, « L’Anti-barbare, ou du langage inconnu; tant des prières des particuliers qu’au service public » (Livre numérique Google)

60) Pierre Dumoulin, « Du juge des controverses: traité auquel est défendue l’autorité et la perfection de la Sainte Écriture, contre les usurpations et accusations de l’Église romaine » (Livre numérique Google)

61) Pierre Dumoulin, « Examen du livre du Père Joseph de Moralis capucin, intitulé Lettre du sieur Crescentian de Mont-ouvert, promettant la réfutation des trois sermons de Du Moulin » (Livre numérique Google)

62) Pierre Dumoulin, « Accroissement des eaux de Siloé, pour éteindre le feu de purgatoire et noyer les satisfactions humaines et les indulgences papales, contre les raisons et allégations d’un Cordelier portugais, défendues par trois écrits » (Livre numérique Google)

63) Pierre Dumoulin, « La vie et la religion de deux bons papes, Léon I et Grégoire I » (Livre numérique Google)

64) Pierre Dumoulin, « Le saint réveil spirituel: ensemble un traité de la juste providence de Dieu ; et une lettre écrite à un ami en Hollande » (Livre numérique Google)

65) Pierre Dumoulin, « Des traditions et de la perfection et suffisance de l’Écriture sainte » (Livre numérique Google)

66) Pierre Dumoulin, « Le Capucin: Traité auquel est décrite & examinée l’origine des Capucins, leurs voeux, règles et disciplines » (Livre numérique Google)

67) Pierre Dumoulin, « Oppositions de la parole de Dieu avec la doctrine de l’église romaine » (Livre numérique Google)

68) Pierre Dumoulin, « Nouvelles briques pour le bâtiment de Babel, c’est-à-dire erreurs de l’église romaine, nouvellement forgées, pour établir la grandeur de l’évêque de Rome » (Livre numérique Google)

69) Pierre Dumoulin, « Saintes prières, plus divers traités » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Traité 7* : De la toute puissance de Dieu et de Sa volonté

* traité qui critique la messe et la transsubtantiation

70) Pierre Dumoulin, « Sermons, divisés en dix décades: avec un traité de Melchisédec, Volumes 1 à 5 » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Volume 2 (à partir de p. 287) :

        – Sermon sur Matthieu chapitre 5, versets 11 et 12 (p. 129 du volume 2)

– Volume 3 (à partir de p. 551) :

        – Sermon sur Psaume 16, versets 2 et 3 (p. 55 du volume 3)

– Sermon sur Luc chapitre 5, versets 30 et 31 (p. 104)

– Sermon sur Romains chapitre 2, verset 15 (p. 176)

– Sermon sur Luc chapitre 23, versets 42 et 43 (p. 200)

71) George Stanley Faber, « Les Difficultés du Romanisme relativement à l’évidence, ou preuves que les particularités de l’Église latine ne sont pas point basées sur les principes du légitime témoignage historique » (Livre numérique Google)

72) Guillaume Farel, « De la Sainte Cène de Notre Seigneur Jésus et de son Testament confirmé par sa mort et passion » (Livre numérique Google)

73) Guillaume Farel, « Du vrai usage* de la croix de Jésus-Christ » (Livre numérique Google)

* un document condamnant l’utilisation idolâtre de la croix faite par le catholicisme romain

74) Guillaume Farel, « Épître envoyée aux reliques de la dissipation horrible de l’Antéchrist » (Livre numérique Google)

75) Guillaume Farel, « Forme d’oraison pour demander à Dieu la sainte prédication de l’Évangile » (Livre numérique Google)

76) Robert Fleming, « L’origine et la chute de Rome papale » (Livre numérique Google)

77) Louis Gaussen, « Le Souverain pontife et l’Église de Rome, soutiens de la vérité par l’accomplissement des Écritures: ou, considérations sur l’article XXXIe de la Confession de foi des églises réformées de France : discours prononcé dans l’École de théologie de Genève, à sa rentrée du 3 octobre 1843 » (Livre numérique Google)

78) Louis Gaussen, « Réponse de M. le pasteur et professeur Gaussen à M. l’abbé de Baudry au sujet des conférences publiques récemment proposées par un ministre de l’Évangile à un prêtre de Rome » (Livre numérique Google)

79) Émile Guers, « Histoire abrégée de l’Église de Jésus-Christ, principalement pendant les siècles du moyen-age rattachée aux grands traits de la prophétie (1850) » (Livre numérique Google)

80) John Hartley, « Les bulles, ou la religion des papes » (Livre numérique Google)

81) John Hartley, « Les Conciles, ou Ce qu’il faut penser de l’infaillibilité de l’Église » (Livre numérique Google)

82) John Hartley, « L’apostasie romaine: discours en réponse au mandement de Mgr. l’archevêque de Tours pour le carême de 1837 » (Livre numérique Google)

83) « Variations de la foi romaine, avec quelques remarques sur les livres apocryphes » (Livre numérique Google)

84) Pierre Jurieu, « Abrégé de l’histoire du Concile de Trente: avec un discours contenant les réflexions historiques sur les conciles, volume 1 » (Livre numérique Google)

85) Pierre Jurieu, « Abrégé de l’histoire du Concile de Trente: avec un discours contenant les réflexions historiques sur les conciles, volume 2 » (Livre numérique Google)

86) Pierre Jurieu, « Examen de l’Eucharistie de l’église romaine par Petrus Jurius » (Livre numérique Google)

87) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 1 » (Livre numérique Google)

88) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 2 » (Livre numérique Google)

89) Pierre Jurieu, « Histoire du Calvinisme et celle du Papisme mises en parallèle, Volume 3 » (Livre numérique Google)

90) Pierre Jurieu, « Histoire du calvinisme et celle du papisme mises en parallèle, Volume 4 » (Livre numérique Google)

91) Pierre Jurieu, « Justification de la morale des réformés contre les accusations de Mr. Arnaud, répandues dans tous ses ouvrages – volume 1 » (Livre numérique Google)

92) Pierre Jurieu, « Justification de la morale des réformés contre les accusations de Mr. Arnaud, répandues dans tous ses ouvrages – volume 2 » (Livre numérique Google)

93) Pierre Jurieu, « La religion des Jésuites ou réflexions sur les inscriptions du P. Menestrier et sur les écrits du P. Le Tellier pour les nouveaux chrétiens de la Chine » (Livre numérique Google)

94) Pierre Jurieu, « La voix du ciel au peuple de Dieu captif en Babylone ou deux sermons sur l’Apocalypse de St Jean apôtre, chapitre 18, verset 4 » (Livre numérique Google)

95) Pierre Jurieu, « Le janséniste convaincu de vaine sophistiquerie: ou examen des réflexions de Monsieur Arnaud sur le Préservatif contre le changement de religion » (Livre numérique Google)

96) Pierre Jurieu, « Moyens sûrs et honnêtes pour la conversion de tous les hérétiques, en deux parties » (Livre numérique Google)

97) Pierre Jurieu, « Préjugés légitimes contre le papisme, volume 1 » (Livre numérique Google)

98) Pierre Jurieu, « Préjugés légitimes contre le papisme, volume 2 » (Livre numérique Google)

99) Pierre Jurieu, « Préservatif contre le changement de religion ou idée juste et véritable de la religion catholique romaine » (Livre numérique Google)

100) Pierre Jurieu, « Suite du préservatif contre le changement de religion » (Livre numérique Google)

101) Pierre Jurieu, « Suite de l’accomplissement des prophéties » (Livre numérique Google)

102) Pierre Jurieu, « Traité historique contenant le jugement d’un protestant sur la théologie mystique » (Livre numérique Google)

103) Henry Charles Lea, « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge – volume 1 » (archive.org)

104) Henry Charles Lea, « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge – volume 2 » (archive.org)

105) Martin Luther, « Les 95 thèses de Luther contre les indulgences » (Livre numérique Google)

106) César Malan, « Ce qu’on nomme nos préjugés contre le papisme, c’est notre foi de coeur à la Bible » (Livre numérique Google)

107) César Malan, « J’ai quitté Rome et ses autels, ou récit de la conversion d’une dame catholique romaine à la foi chrétienne » (Livre numérique Google)

108) César Malan, « Le vrai jubilé: Dialogue entre deux Genevois, l’un, de la vieille roche; l’autre, du goût moderne » (Livre numérique Google)

109) César Malan, « On ne doit pas changer de religion » (Livre numérique Google)

110) César Malan, « Pourquoi la messe est-elle rejetée par les protestants? » (Livre numérique Google)

111) César Malan, « Pourquoi le culte de Marie est-il rejeté par les protestants? » (Livre numérique Google)

112) César Malan, « Pourrai-je entrer jamais dans l’église romaine aussi longtemps que je croirai toute la Bible? » (Livre numérique Google)

113) César Malan, « Réclamations nécessaires présentées à M. l’abbé de Baudry, contre ses premières observations » (Livre numérique Google)

114) César Malan, « Toujours le guet et la sentinelle: troisième dialogue entre un Protestant du pays et un Romaniste étranger : janv. 1847 » (Livre numérique Google)

115) César Malan, « Traités religieux divers, volume 2 » (Livre numérique Google)

Contenus :

– Le prêtre et le ministre, ou la réformation telle qu’elle est, scène historique (p. 358)

116) César Malan, « Vendelin: ou le catholique-romain devenu catholique » (Livre numérique Google)

117) Adolphe Monod, « Lucile: ou, la lecture de la Bible (1857) » (www.archive.org)

118) Adolphe Monod, « Récit des Conférences qui ont en lieu entre quelques catholiques romains et l’auteur » (Livre numérique Google)

Contenus:

Première conférence : primauté de Saint Pierre (p. 9)

Deuxième conférence : quelques mots sur les apocryphes et sur la trinité (p. 20)

Troisième conférence : s’il y a des caractères manifestes auxquels on peut reconnaître la vraie église, et quels sont ces caractères (p. 22)

Quatrième conférence (p. 46)

Cinquième conférence : si l’Église romaine est d’accord avec l’Écriture dans sa doctrine en général, et dans la doctrine de la messe en particulier (p. 47)

Sixième conférence (p. 72)

119) Blaise Pascal, « Les provinciales de Pascal, Volume 1 » (Livre numérique Google)

120) Blaise Pascal, « Les provinciales de Pascal, Volume 2 » (Livre numérique Google)

121) César Pégorier, « Système de la religion protestante » (livre numérique Google)

122) César Pégorier, « Théologie chrétienne qu’on explique en forme d’entretiens, pour la rendre plus claire et plus sensible » (livre numérique Google)

123) Bénédict Pictet, « Huit sermons sur l’examen des religions » (Livre numérique Google)

Contenus :

– L’examen de la religion romaine – quatrième sermon sur 1 Thessaloniciens chapitre 5, verset 21 (p. 187 du document PDF)

124) Bénédict Pictet, « La théologie chrétienne, et la science du salut, ou l’exposition des vérités que Dieu a révélées aux hommes dans la Sainte Écriture: avec la réfutation des erreurs contraires à ces vérités, Volume 1 » (Livre numérique Google)

125) Bénédict Pictet, « La théologie chrétienne, et la science du salut ou l’exposition des vérités que Dieu a révelées aux hommes dans la Sainte Écriture: avec la réfutation des erreurs contraires à ces vérités, l’histoire de la plupart de ces erreurs, les sentiments des anciens pères, et un abrégé de ce qu’il y a de plus considérable dans l’histoire sainte et profane, Volume 2 » (Livre numérique Google)

126) Bénédict Pictet, « La religion des protestants justifiée d’hérésie et sa vérité démontrée, Volume 1«  (Livre numérique Google)

127) Bénédict Pictet, « La religion des protestants justifiée d’hérésie et sa vérité démontrée, Volume 2″ (Livre numérique Google)

128) Bénédict Pictet, « Lettres écrites à une personne distinguée de la communion romaine: où l’on prouve que l’Église romaine doit se contenter de croire ce que nous croyons » (Livre numérique Google)

129) Bénédict Pictet, « Réponse à Monsieur l’Abbé de Nogaret » (Livre numérique Google)

130) Henri Pyt, « Quelques mots à M. l’abbé Guyon » (Livre numérique Google)

131) Henri Pyt, « Réponse à la seconde lettre de M. l’Évêque de Bayonne, aux protestants d’Orthez  » (Livre numérique Google)

132) André Rivet, « Le catholique orthodoxe opposé au catholique papiste en quatre traités » (Livre numérique Google)

133) André Rivet, « Remarques et considérations sur la réponse de Nicolas Coeffeteau moine, volume 1 » (Livre numérique Google)

134) André Rivet, « Remarques et considérations sur la réponse de Nicolas Coeffeteau moine, volume 2 » (Livre numérique Google)

135) André Rivet, « Sommaire et abrégé des controverses de notre temps touchant la religion » (Livre numérique Google)

136) Napoléon Roussel, « Catéchisme catholique et commentaire protestant » (Livre numérique Google)

137) Napoléon Roussel, « Encore la religion d’argent » (Livre numérique Google)

138) Napoléon Roussel, « Religion d’argent » (Livre numérique Google)

139) Napoléon Roussel, « Questions indiscrètes adressées aux curés, aux évêques, aux cardinaux et au pape » (Livre numérique Google)

140) Napoléon Roussel, « Les nations Catholiques et les nations Protestantes: comparées sous le triple rapport du bien-être, des lumières et de la moralité, Volume 1 » (Livre numérique Google)

141) Napoléon Roussel, « Les nations catholiques et les nations protestantes: comparées sous le triple rapport du bien-être, des lumières et de la moralité, Volume 2 » (Livre numérique Google)

142) Napoléon Roussel, « Premier fruit de l’appel aux prêtres, ou Correspondance entre un pasteur protestant et un curé catholique » (Livre numérique Google)

143) Napoléon Roussel, « Les catholiques sont protestants » (Livre numérique Google)

144) Napoléon Roussel, « Sept flèches dans le coeur du romanisme » (Livre numérique Google)

Contenus:

Mauvaises bonnes oeuvres (p. 1)

La messe mendiée (p. 21)

La boutique romaine (p. 45)

Le Pape et Cie (p. 63)

La Bible interprétée par Satan (p. 77)

Le paysan remontrant son curé (p. 87)

Dans l’église romaine point de salut (p. 97)

145) Napoléon Roussel, « Traités, controverse » (livre numérique Google)

Contenus :

– Le portrait de Marie (p. 1)

– La Vierge et les Saints (p. 17)

– Notre-Dame-de-Lorette à Paris (p. 36)

– L’Histoire d’un morceau de bois (p. 47)

– La religion d’argent (p. 56)

– Encore la religion d’argent (p. 67)

– Le catholique chrétien (p. 85)

– Le bréviaire (p. 102)

– Pourquoi votre curé vous défend-il de lire la Bible? (p. 115)

– L’Antéchrist (p. 123)

– La Bible falsifiée (p. 132)

– Rome païenne (p. 147)

– Les papes peints par eux-mêmes (p. 174)

– Le catholicisme aux abois (p. 188)

– Le commentaire indispensable (p. 216)

– Les saints de saintes (p. 278)

– Les mystères de la Salette (p. 287)

– Appel  aux prêtres (p. 296)

– Que croient les protestants? (p. 308)

– Différence entre catholicisme et protestantisme (p. 324)

– Questions indiscrètes (p. 336)

– Les catholiques sont protestants (p. 348)

– Le catholique automate (p. 360)

– Le purgatoire (p. 373)

– Les soldats du pape (p. 382)

– Les reliques juives et païennes (p. 394)

– Jésus et jésuite (p. 403)

– La Grande prostituée (p. 418)

– L’Église du pape (p. 428)

146) Napoléon Roussel, « Rome païenne » (Livre numérique Google)

146) Napoléon Roussel, « Le portrait de Marie dans les cieux dessiné d’après des renseignements puisés dans la Sainte-Écriture » (Livre numérique Google)

147) Louis Roussy, « Appel à la raison et à la conscience des habitants des paroisses de Ste. Marie et de St. Gregoire, ou, Réponse aux attaques dirigées par M. Chiniquy contre les protestants évangéliques » (archive.org)

148) Pierre Martyr Vermigli, « Traité du Sacrement de l’Eucharistie* » (Livre numérique Google)

149) Pierre Viret, « Admonition et consolation aux fidèles qui délibèrent de sortir d’entre les papistes » (Livre numérique Google)

150) Pierre Viret, « De l’état, de la conférence, de l’autorité, puissance, prescription et succession tant de la vraie que de la fausse église » (Livre numérique Google)

151) Pierre Viret, « Des actes des vrais successeurs de Jésus-Christ et de ses apôtres » (Livre numérique Google)

152) Pierre Viret, « Dialogues du désordre qui est à présent au monde » (Livre numérique Google)

153) Pierre Viret, « Du devoir et du besoin qu’ont les hommes à s’enquérir de la volonté de Dieu par Sa Parole » (Livre numérique Google)

154) Pierre Viret, « Exposition de la doctrine de la foi chrétienne, touchant la vraie connaissance et le vrai service de Dieu » (Livre numérique Google)

155) Pierre Viret, « L’office des morts » (Livre numérique Google)

156) Pierre Viret, « La nécromance papale faite par dialogues » (Livre numérique Google)

157) Pierre Viret, « La physique papale, faite par dialogues » (Livre numérique Google)

158) Pierre Viret, « Le Requiescant in pace* de purgatoire: fait par dialogues … » (Livre numérique Google)

* en français, on traduit Requiescat in pace par « Repose en paix » (REP) (source: fr.wikipedia.org)

159) Pierre Viret, « Les cautèles canons et cérémonies de la messe » (Livre numérique Google)

160) Pierre Viret, « Satire Chrétienne de la cuisine papale » (Livre numérique Google)

161) Pierre Viret, « Petit traité de l’usage de la salutation angélique et de l’origine des chapelets » (Livre numérique Google)

162) Pierre Viret, « Instruction chrétienne et somme générale de la doctrine des Saintes Écritures » (Livre numérique Google)

163) Campeius Vitringa, « Essai de théologie pratique, ou traité de la vie spirituelle et de ses caractères » (Livre numérique Google)

164) Jacques Lenfant, « L’innocence du catéchisme de Heidelberg démontrée contre deux libelles d’un jésuite du Palatinat: où l’on a joint des discours sur les catéchismes, sur les formulaires, et sur les confessions de foi » (Livre numérique Google)

165) Gustave Masson, « Le pape Mahomet et Luther, ou trois lettres à M. de Ravignan de la Compagnie de Jésus* » (Livre numérique Google)

* Compagnie de Jésus = jésuite

166) Jean-Baptiste Cretin, « Recherches sur le baptême, le pédobaptisme catholique et le pédobaptisme protestant »

167) Stephen Remington, « Exposé de mes raisons pour devenir baptiste (1848) »

168) Félix Boissière, « Le pédobaptisme ou baptême des enfants est il évangélique? : thèse »

169) « Catéchisme du baptême d’après les Saintes Écritures et un grand nombre d’auteurs pédobaptistes »

170) Richard Pengilly, « Enseignement de l’écriture sur le baptême : accompagné d’un court examen de l’origine et des fondements du baptême des enfants (1848) »

171) « L’Antéchrist » (Livre numérique Google)

172) Gustave Steinheil, « Étude prophétique: comprenant une critique du système prophétique darbyste, suivie d’un discours du professeur Auberlen » (Livre numérique Google)

173) Émile de Bonnechose, « Jean Hus, Gerson et le Concile de Constance – Volume 1 » (Livre numérique Google)

174) Émile de Bonnechose, « Jean Hus, Gerson et le Concile de Constance – Volume 2 » (Livre numérique Google)

175) Joseph Hall, « Apologie pour l’honneur du mariage des personnes ecclésiastiques » (Livre numérique Google)

176) John Foxe, « Le livre des martyrs » (Livre numérique archive.org)

177) Jacques Abbadie, « Quatre lettres sur la transsubstantiation » (Livre numérique Google)

178) Jean-Antoine Cadiot, « Lettre d’un curé à ses paroissiens » (Livre numérique Google)

179) Jean-André Duran, « Examen de l’Écriture Sainte relativement au dogme de la Transsubstantiation » (Livre numérique Google)

180) Pierre Mussard et Conyers Middleton, « Conformités des cérémonies modernes avec les anciennes, où l’on prouve par des autorités incontestables que les cérémonies de l’Eglise Romaine sont empruntées des païens (1744) » (Livre numérique Google)

181) « Quatre prêtres sortis du papisme pour suivre la Parole de Dieu et leur conscience (1845) » (Livre numérique Google)

182) Lorenzo Valla, « La donation de Constantin : premier titre du pouvoir temporel des papes – où il est prouvé que cette donation n’a jamais existé, et que l’acte attribué à Constantin est l’œuvre d’un faussaire » (Livre numérique Google)

***************************************

Avertissement : je ne serais pas nécessairement d’accord avec toutes les opinions théologiques des auteurs des documents… svp utilisez du discernement (1 Thess. 5:21)… mes croyances bibliques sont résumées dans la Confession de foi baptiste de Londres 1689 (pour la lire: cliquez ici)

***************************************

Voir aussi:

Livres chrétiens gratuits

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Jean Calvin (1509-1564)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages de Jean Calvin

Livres électroniques gratuits : ouvrages du pasteur suisse Charles Chais

Livres électroniques gratuits : ouvrages du pasteur huguenot Jean Daillé (1594-1670)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Jean-Henri Merle d’Aubigné (1794-1872)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Théodore de Bèze (1519-1605)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur suisse Armand de Mestral

Livres électroniques gratuits : ouvrages de Philip Doddridge (1702-1751)

Livres électroniques gratuits : oeuvres du pasteur huguenot Pierre Dumoulin (1568-1658)

Livres électroniques gratuits : « Le sommaire » et d’autres ouvrages du Réformateur Guillaume Farel

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages d’Émile Guers

Livres électroniques gratuits : ouvrages de (François Samuel Robert) Louis Gaussen (1790-1863)

Livres électroniques gratuits: oeuvres de Pierre Jurieu (1637-1713)

Livres électroniques gratuits : ouvrages de César Malan (1787-1864)

Livres électroniques gratuits : des ouvrages de Martin Luther disponibles en français

Livres électroniques gratuits : oeuvres d’Adolphe Monod (1802-1856)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du théologien Bénédict (Benoît) Pictet

Livres électroniques gratuits: oeuvres du pasteur huguenot André Rivet (1572-1651)

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur Napoléon Roussel

Livres électroniques gratuits: oeuvres de Pierre Viret (1511-1571)

****************************************

Diapositive1

Publicités

Romains 5:12-14 et l’imputation du péché d’Adam à sa postérité

Imputation1Fr

Un frère-en-Christ il y a quelques semaines m’avait posé des questions concernant Romains 5:12-14 et le sujet archi-important de l’imputation du péché, sujet lié à l’Évangile, alors j’ai pensé sage de partager ici des paragraphes tirés de l’excellent commentaire sur Romains (gratuit et disponible en français!) qui avait été écrit par l’évangéliste Robert Haldane :

« C’est pourquoi comme par un seul homme le péché est entré au monde, et par te péché., la mort, et ainsi la mort est parvenue sur tous les hommes , parce que tous ont péché. » (Romains 5:12)

L’Apôtre a montré que le monde est plein de péché, et que tous les hommes, Juifs et Gentils, étaient dans leur état naturel sans force, pécheurs, ennemis de Dieu, et sous le poids de sa colère. Il a montré aussi que les uns et les autres étaient admis à l’état de justification, de paix et de réconciliation avec Dieu, par la foi à l’expiation de Christ, sans aucun égard à aucune différence qu’on supposerait dans leur caractère personnel, ou à la distinction que la loi de Moïse établissait entre eux. Dans les éclaircissemens ultérieurs qu’il donne à ce sujet, il enseigne quels sont les fondements tant de la condamnation que de la justification, et remontant à leurs sources respectives, Adam et Christ, il montre en quoi se ressemblent ces deux chefs opposés du genre humain , et en quoi ils diffèrent dans la manière dont leurs influences opposées ont été transmises par chacun d’eux.

Comme par un seul homme, Adam, le père commun et le représentant des Juifs et des Gentils, le péché est entré dans le monde, et par le péché, la mort, qui en était la punition, ainsi la mort est passée par lui à tous les hommes, par lui en qui tous ont péché. Le premier péché d’Adam était l’introduction à tous les péchés personnels, à toute la dépravation qu’il y a dans le monde, dans sa postérité, et dès la première entrée du péché, tous les hommes devinrent exposés à la mort comme à une punition dûe à ce péché. Cela est ainsi par la force de la constitution divine qui les a liés avec Adam, comme chef ou souche commune de toute la race humaine. C’est donc par un seul péché de cette personne commune ou de ce représentant, pendant qu’il était tel, que la mort est entrée; car quoique la corruption de tout homme venu au monde, ait été le resultat nécessaire de sa liaison avec Adam, c’est cependant la première faute de celui-ci qui les a rendus tous sujets à la mort, depuis la première entrée du péché dans le monde.

Le mot mort, comprend ici toute la punition qui est due au péché. Il est parlé de la mort dans l’Écriture sous ces trois points de vue différents; la mort spirituelle ou la privation de la vie spirituelle (Éphésiens 2:1); la mort temporelle ou celle du corps (Jean 11:14), et la mort éternelle, appelée aussi la mort seconde (Apocalypse 2:11, 20:14, 21:8). Ce mot, est employé, tantôt pour désigner l’une de ses parties , tantôt dans toute l’étendue de son sens universel. Il est évident que tous les hommes ont encouru la mort spirituelle, car ils sont tous par leur nature « morts dans leurs fautes et dans leurs péchés, » et « si quelqu’un n’est né de nouveau, il ne peut point voir, le royaume de Dieu. » Tous les hommes sont donc aussi sujets à la mort seconde. Plusieurs personnes supposent, à la vérité, que ce qui est dit ici de la mort, ne signifie que la cessation de la vie corporelle, mais tous les enfants d’Adam ne tiennent-ils pas de lui une nature dépravée aussi bien qu’une nature mortelle? N’est-ce pas de la coulpe*, de la dépravation et de la punition éternelle, que Christ est venu délivrer son peuple et non de l’assujettissement à la mort physique? Sans la justification et la sanctification, l’immortalité serait-elle un bienfait? Si les hommes sont dépravés, morts dans le péché et mortels, comme descendants d’Adam, ils doivent non-seulement mourir, mais être misérables et profanes à jamais à moins qu’ils ne soient sauvés par Christ.

* mot signifiant « Faute, péché, erreur » (Larousse.fr)

Les gages du péché, c’est la mort (Romains 6:23). Ces mots indiquent tout ce que le péché mérite, et tout ce dont Dieu menaça pour la première fois qu’il serait commis. C’est pour cela que l’Apôtre établit comme le fondement de son raisonnement, que dans le péché actuel d’Adam et par ce péché, tous les hommes sont assujettîs à la mort ou à la punition du péché, et que la coulpe de ce péché leur est imputée.

DefinirImputer

L’imputation d’un péché à quelqu’un, l’assujettit justement à la punition due à ce péché, et ne pas l’imputer c’est l’affranchir de cet assujettissement; cela montre combien est dépourvue de fondement cette interprétation, que la mort est passée à tous les hommes, seulement par la force de la propagation naturelle depuis Adam, sans aucune inculpation de coulpe, ce qui est en contradiction avec les paroles de notre Apôtre. Car c’est la coulpe du péché et non la propagation naturelle, que l’Apôtre affirme être la cause de la mort. Ayant parlé du péché et de la mort comme étant la cause l’un de l’autre., il déclare comment tous les hommes sont devenus sujets à la punition, ou dignes de mort. Aussi il ajoute, en qui tous ont péché. Il est vrai que la mort est due à chaque péché en quelque temps qu’il soit commis; mais l’Apôtre montre ici comment la mort est passée par Adam à tous les hommes à la fois; comment ils y sont été tous assujettis dès sa première entrée dans le monde, au moyen du péché actuel d’Adam, qui ne peut être le péché actuel de ses descendants.

Il y a différentes manières de traduire les mots qui finissent ce verset: « en qui, par lequel, puisque, parce que, tous, ont péché. » Mais quelle que foit celle que l’on adopte, le sens demeure le même. La mort ne vient pas sur les hommes parce que tous ont péché actuellement, puisque les enfants (dont l’Apôtre parle au verset 14) meurent quoiqu’ils n’aient point commis de péchés actuels. Si donc la mort est venue sur tous les hommes, c’est parce que tous ont péché en Adam leur chef et leur représentant, et que tous sont ainsi enveloppés dans les conséquences de son péché; et cette vérité est clairement énoncée dans la première épître aux Corinthiens, où il est dit expressément (et le texte n’admet aucune autre traduction) que tous meurent EN Adam. « Car puisque la mort est par un homme, la résurrection des morts est aussi par un homme, car de même que tous s meurent en Adam tous aussi seront vivifiés en Christ. » (1 Corinthiens 15:21-22) La même vérité est clairement exprimée dans les versets qui suivent celui dont nous nous occupons. Par l’offense d’un seul, plusieurs sont morts , v. 15. La condamnation vient d’une seule faute, v. 16. Par l’offense dun seul, la mort a régné par un seul, v. 17. Par un seul péché, tous les hommes sont assujettis à la condamnation , v. 18. Ainsi en Adam , tous les hommes ont péché et ont été assujettis à la condamnation, comme étant contenus en lui (Hébreux 7:9-10) lors de son apostasie. Son sang fut corrompu par sa rébellion; et c’est de cette nature pervertie, dont l’origine est dans cette première faute, que procèdent toutes nos transgressions actuelles. Par la désobéissance d’un seul homme, plusieurs ont été constitués pécheurs, v. 18. Dans le passage dont nous nous occupons, et spécialement dans 1 Corinthiens chapitre 15, les Écritures s’expriment comme s’il n’y avait dans le monde que deux hommes, Adam et Christ; par le péché du premier, sont venus la mort et le péché, (a) et par l’obéissance du second , la justice et la vie.

(a) Quoique Ève eût été la première dans la transgression, cependant le péché n’entra pas dans le monde par elle, sauf en sa condamnation personnelle, jusqu’à ce qu’Adam, qui était constitué le représentant du genre humain, eut aussi mangé du fruit défendu.

« Car jusqu’à la Loi le péché était au monde : or le péché n’est point imputé quand il n’y a point de Loi. Mais la mort a régné depuis Adam jusqu’à Moïse, même sur ceux qui n’avaient point péché de la manière en laque/le Adam avait péché , qui est la figure de celui qui devait venir. (b)  » (Romains 5:13-14)

(b) Le raisonnement contenu dans les deux versets sera plus clair si le mot imputé, qui est dans la seconde partie du verset l3, est suppléé dans la première

Le sens de ces deux versets, en les liant avec le douzième peut être paraphrasé de la manière suivante. La mort est venue sur tous les hommes par le péché d’Adam, car depuis sa chute jusques à l’époque où la loi fut donnée, le péché fut imputé à toute personne venant au monde; mais le péché , n’est point compté, là où il n’y a point de loi transgressée. Néanmoins, la mort qui est la punition du péché , régna depuis Adam jusques à Moïse, même sur les enfants et les idiots, qui étant incapables de recevoir aucune loi ni de lui obéir, n’ont pas péché actuellement comme Adam, qui était la figure de celui qui était à venir.

En même temps que le principal dessein de l’Apôtre dans la comparaison d’Adam avec Christ, était d’éclaircir le grand point dont il s’était occupé , c’est-à-dire, la justification par l’obéissance de Christ seul, il réfute aussi dans ce passage les erreurs des Juifs qui étaient opposées à cette doctrine; ils imaginaient que parce qu’ils étaient la semence naturelle d’Abraham et ses descendants circoncis, ils étaient dans un état de salut et avaient un droit exclusif aux faveurs de Dieu à cause de ces prérogatives, tandis qu’ils regardaient avec mépris les Gentils, comme des pécheurs maudits, comme étant haïs et abandonnés de Dieu. Mais l’Apôtre leur montre ici qu’ils étaient liés avec un ancêtre plus ancien qu’Abraham, avec Adam qui était tombé, et il prouve qu’ils étaient aussi bien que les Gentils, enveloppés dans sa chute. Ils regardaient aussi la loi de Moïse comme la règle générale et souveraine d’après laquelle devait être jugée l’humanité toute entière , par laquelle chacun serait acquitté ou condamné, et ils pensaient que personne ne pouvait être sauvé , à moins qu’il ne se conformât aux institutions spéciales qu’elle contenait. Mais l’Apôtre montre ici qu’il y avait eu une loi plus ancienne, par la transgression de laquelle ils avaient été constitués pécheurs aussi bien que le reste des hommes, et assujettis comme eux à la condamnation: que leur loi n’avait été introduite que longtemps après, non pas afin de les justifier, mais pour faire que l’offense abondât (v. 20 ) et pour les conduire à Jésus-Christ, qui est la fin de la loi en justice à tout croyant.

Pour prouver l’union de tout le genre humain avec Adam et la part qu’il avait à sa transgression, pour prouver ces vérités que le cœur orgueilleux des hommes est enclin à nier ou à combattre avec une haine blasphématoire, il fallait faire observer que pendant deux mille cinq cents ans avant la publication de la loi, le péché dominait dans le monde et qu’il était puni par la mort. Mais le péché ne peut être imputé où il n’y a pas de loi qui ait été transgressée; aucun homme parmi cette multitude immense qui était morte depuis Adam jusques à la promulgation de la loi, n’avait pu violer personnellement la prohibition à laquelle la peine de mort avait été originairement attachée. Cependant ils étaient renfermés dans la sentence prononcée contre Adam, et après bien des fatigues et des peines, ils retournaient en poudre comme ils en avaient été tirés. On aurait pu imaginer, quant aux adultes, qu’ils mouraient pour leurs violation personnelle de la loi de la tradition ou de celle de leur propre raison; mais pendant ce long intervalle, une multitude innombrable d’individus fut assujettie à la mort , quoiqu’ils n’eussent jamais violé aucune loi à la ressemblance de la transgression d’Adam, c’est-à-dire, volontairement et après délibération. Car le nombre des enfants qui étaient morts après de grandes souffrances et une pénible agonie, avant qu’ils eussent commis aucun péché actuel, ce nombre était infiniment grand; ils avaient été enveloppés dans la destruction générale du genre humain par le déluge, ainsi que dans celle de Sodorne et de Gomorrhe, et d’après le cours ordinaire des choses, la mort régna sur eux avant qu’ils fussent coupables d’aucune trangression volontaire et délibérée. Ce fait ne peut s’accorder avec les perfections divines, qu’en convenant qu’ils étaient un avec Adam, qu’ils étaient tombés avec lui sous la condamnation, à cause de la violation de la loi sous laquelle il avait agi comme le représentant de toute sa postérité.

Il est clair que les souffrances et la mort des enfants, forment dans tous les âges, une preuve irréfragable de l’imputation générale du péché d’Adam, mais c’est surtout de lui jusques à Moïse qu’elle est la plus forte, parce que la loi qui, dans certaines circonstances, imputait les crimes des pères sur les enfants, jusques à la troisième et quatrième génération (Exode 20:5), n’était pas encore proclamée. Cependant cette dernière imputation avait pour cause, le même principe d’unité entre la souche et les branches; il est vrai qu’elle n’avait lieu que dans des cas particuliers, tandis que celle du péché d’Adam atteignait toute sa postérité.

On peut espérer d’après diverses expressions de l’Écriture et d’après la surabondance de la grâce, que ceux qui meurent dans l’enfance, qui n’ont point péché à la ressemblance de la transgression d’Adam et qui n’ont point réjetté l’Évangile, peuvent être compris dans « l’élection de grâce. » Ils sont enfants de la colère par leur nature; mais comme ils sont morts en Adam, sans transgression personnelle, ainsi il parait qu’ils peuvent être vivifiés en Jésus-Christ, sans un exercice personnel de la foi en lui, dont ils n’ont point été capables. Car si, dès leur enfance, ils portent l’empreinte de la nature corrompue d’Adam , on peut espérer qu’ils peuvent être renouvellés à l’image de Celui qui les a créés, et être ainsi justifiés par l’obéissance de Christ, comme ils avaient été rendus coupables par la désobéissance d’Adam. La puissance souveraine peut aisément se rapprocher d’eux. Aussitôt que la salutation de Marie, mère de Jésus, fut entendue par Elizabeth, mère de Jean, son précurseur, « le petit enfant, tressaillit de joie en son ventre. » (Luc 1:44) Jésus a béni de petits enfants, en disant que c’était à ceux qui leur ressemblaient qu’appartenait le royaume de Dieu, d’où l’on pourrait supposer que, même dans leur premier âge, les enfants sont susceptibles de recevoir la grâce de Dieu. Les enfants peuvent être les sujets des prières que nous faisons, et en conséquence être compris dans la promesse.

Dans le quatorzième verset, dont nous nous occupons à present , la doctrine de l’introduction du péché et de la mort dans le monde par la chute d’Adam, est répétée deux fois. Car après avoir remarqué que la mort régnait même sur ceux qui n’avaient point péché à la ressemblance du péché d’Adam, l’Apôtre répète encore la même chose en ces mots qui est la figure de celui qui devait venir.

La ressemblance à cause de laquelle Adam est regardé comme le type de Christ, consiste en ce qu’Adam communiqua à ceux qu’il représentait ce qui lui appartenait, et en ce que Jésus communique aussi ce qui lui appartient, à ceux qu’il représente. Il y a cependant une grande dissemblance entre ce qu’ils communiquent l’un et l’autre. D’Adam viennent le péché et la mort, de Christ, la justice et la vie. C’est par sa désobéissance qu’Adam a communiqué le péché et la mort, c’est par son obéissance que Christ a communiqué la justice et la vie, et comme Adam était le père de la première vie, de la vie naturelle, ainsi Jésus est l’auteur de la vie spirituelle, dont ses fidèles jouissent à présent, et de la seconde ou de la vie future qu’ils obtiendront à leur résurrection, et c’est d’après ces analogies qu’il est appellé le dernier Adam. (1 Corinthiens 15:45) Si donc l’obéissance actuelle de Christ, est imputée ainsi à tous ceux dont il est le chef, et leur est comptée pour leur justification, comme si c’était leur propre obéissance, de même le péché actuel d’Adam, qui est le type de Christ, est imputé à tous ceux dont il est le chef et est comptée pour leur condamnation, comme si c’était leur propre péché. Écrivant à ceux qui dans Corinthe étaient sanctifiés en Christ, l’Apôtre leur dit, « le premier homme étant de la terre est tiré de la poussîère, mais le second homme, savoir le Seigneur, est du ciel, et comme nous avons porté l’image de celui qui est tiré de la poussière, nous porterons aussi l’image du Céleste. » (1 Corinthiens 15:47-49)

source:

Robert Haldane, « Commentaire sur l’épitre aux Romains – Volume 1 » (Livre numérique Google)

**************************************

Voir aussi:

Les 3 grandes imputations dans la Bible

Livres chrétiens gratuits – sujet : étude de l’épître de Paul aux Romains

****************************************

Diapositive1

 

Critique biblique du mormonisme (enregistrement audio)

Mormonisme2Voici un lien pointant vers un enregistrement audio d’une critique biblique du mormonisme (« Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours ») qui a été présentée dans une église réformée baptiste récemment:

http://pourlagloiredechrist.com/sermons/lecon-63-le-19e-siecle-la-fondation-de-quatre-contrefacons-du-christianisme-3e-partie-les-mormons/

******************************

Voir aussi:

Mormons

Vidéos et enregistrements audio

****************************************

Diapositive1

L’Évangile présenté aux mormons (vidéo en anglais)

Pour ceux et celles qui comprennent l’anglais, voici un vidéo d’environ 12 minutes qui présente l’Évangile aux adhérent(e)s de la religion du mormonisme :

******************************

Voir aussi:

Mormons

Évangile et évangélisation

Vidéos et enregistrements audio

****************************************

Diapositive1

Échange entre un évangéliste et une ex-musulmane qui est devenue mormonne (vidéo en anglais)

Pour ceux et celles qui comprennent l’anglais, voici un vidéo présentant un échange qui avait été filmé dans la rue entre un évangéliste et une jeune femme mormonne qui était une musulmane dans le passé:

******************************

Voir aussi:

Mormons

Vidéos et enregistrements audio

****************************************

Diapositive1

Le mormonisme, la Perle de Grand Prix et le polythéisme

MormonMissionariesMalheureusement, il y a bien des gens qui pensent que le mormonisme est une église chrétienne mais ayant quelques « particularités ». Pour les gens informés, il est au contraire évident que les mormons sont des hérétiques qui demeurent toujours sous la colère de Dieu et qui ont besoin de se repentir de leurs péchés, leur fausse religion et de croire au véritable Évangile. Ils utilisent les mêmes mots que les protestants mais les ont redéfinis (ex. grâce, Fils de Dieu). Ils rejettent la doctrine orthodoxe de la Sainte Trinité et sont plutôt des polythéistes même s’ils n’aiment pas se faire appelés polythéistes.

Certains qui n’ont pas étudié le mormonisme attentivement pourraient poser les questions suivantes : est-ce qu’il est réellement vrai que l’Église des Saints des Derniers Jours doctrinalement (malgré des belles paroles et des évasions et des redéfinitions de termes) est polythéiste? Ou est-ce simplement une « calomnie inventée par des méchants protestants »? Que disent leurs écrits extra-bibliques qu’ils considèrent être inspirés?

Ayant reçu de deux missionnaires mormons une copie du livre « La Perle de Grand Prix », un de leurs livres canoniques*, et l’ayant lu, je peux vous dire sans hésitation que ce livre qui fait partie du « canon mormonique » enseigne officiellement le polythéisme. Sans aucune ambiguité.

* la Bible, le Livre de Mormon, la Perle de Grand Prix et les Doctrines et Alliances… la Perle de Grand Prix et les Doctrines et Alliances auraient plus de poids doctrinal pour les mormons que la Bible et le Livre de Mormon… comme le catholicisme romain, le mormonisme a ajouté à son « canon » des écrits non-inspirés qui contredisent la Bible

Je vais vous citer ici quelques versets du Livre d’Abraham, un des livres contenus dans « La Perle de Grand Prix » :

« Alors le Seigneur dit : Descendons. Et ils descendirent au commencement, et ils, c’est-à-dire LES DIEUX, organisèrent et formèrent les cieux et la terre. » (Livre d’Abraham chapitre 4, verset 1)

« Et LES DIEUX TINRENT CONSEIL ENTRE EUX et dirent : Descendons et FORMONS L’HOMME À NOTRE IMAGE, SELON NOTRE RESSEMBLANCE…  » (Livre d’Abraham 4:26a)

En comparant ce dernier verset avec un verset parallèle dans le Livre de Moïse, un autre des livres de la Perle de Grand Prix, il devient clair que « La Perle de Grand Prix » enseigne que le Père et le Fils sont des dieux (d minuscule**) distincts et par conséquent n’enseigne pas la doctrine orthodoxe de la Trinité surtout considérant que leurs doctrines sur la nature et l’éternité de Dieu sont fausses** :

« Puis moi, DIEU, JE DIS À MON FILS UNIQUE, qui était avec moi depuis le commencement : FAISONS L’HOMME À NOTRE IMAGE, SELON NOTRE RESSEMBLANCE…  » (Livre de Moïse 2:26)

** selon le mormonisme, Dieu n’est pas un Esprit comme l’enseigne la Bible (Jean 4:24) mais a un corps comme nous (mais plus glorieux) et qu’IL n’était pas toujours Dieu de toute éternité… selon eux, Dieu était un homme comme nous et est devenu un dieu plus tard selon la doctrine mormonne de la « progression éternelle »… contrairement à ce que peut penser les mormons, Dieu est l’Éternel JE SUIS… Dieu par Son essence incorruptible et invariable n’est pas et n’a jamais été un J’ÉTAIS ou un JE SERAI… Dieu ne change pas… même le Livre de Mormon enseigne que Dieu a toujours été Dieu (Moroni 8:18 : « Car je sais que Dieu n’est pas un Dieu partial, ni un être changeant; mais il est invariable de toute éternité à toute éternité. »)… j’avais déjà fâché un missionnaire mormon en lui faisant lire ce verset dans le Livre de Mormon qui contredisait sa fausse religion

Tous les contenus du livre « La Perle de Grand Prix » traduits en français peuvent être lus ici sur un site web pro-mormon:

http://www.lafeuilledolivier.com/Ecritures/PGP.html

Ayant mentionné ces choses, je voulais partager avec vous un texto que j’avais envoyé à deux missionnaires mormons avec lesquels j’ai eu une mini-guerre de textos l’année dernière:

« Ésaïe 44:6***… Dieu ne connaît par d’autres dieux… verset 8… Dieu est-IL ignorant de la théologie mormonne? ou Dieu nous ment-IL? ou Dieu contredit-IL la Perle de Grand Prix? »

*** « Ainsi parle l’Éternel, roi d’Israël et son rédempteur, L’Éternel des armées: Je suis le premier et je suis le dernier, Et HORS MOI IL N’Y A POINT DE DIEU. 7 Qui a, comme moi, fait des prédictions (Qu’il le déclare et me le prouve!), Depuis que j’ai fondé le peuple ancien? Qu’ils annoncent l’avenir et ce qui doit arriver! 8 N’ayez pas peur, et ne tremblez pas; Ne te l’ai-je pas dès longtemps annoncé et déclaré? Vous êtes mes témoins: Y A-T-IL UN AUTRE DIEU QUE MOI? Il n’y a pas d’autre rocher, JE N’EN CONNAIS POINT. » (Ésaïe 44:6-8)

Ces missionnaires mormons n’ont jamais offert une réponse à ce petit texto. C’était ainsi la fin de la « mini-guerre de textos ». Ils avaient arrêté de m’envoyer des textos pendant un certain temps. Ils ont plutôt cherché quelques semaines plus tard à m’inviter à jouer une partie de soccer et même à assister à leur culte du dimanche comme si mes objections théologiques n’avaient aucune valeur quelconque ou comme si discuter des grandes vérités de la Bible (ex. Dieu, Jésus-Christ, Évangile) était secondaire. Wow! Quels zombies religieux endoctrinés! La religion de Joseph Smith c’est tout un opium!

******************************

Voir aussi:

Mormons

Livres chrétiens gratuits – sujet : étude du livre d’Ésaïe

****************************************

Diapositive1

Après le Dimanche des Rameaux, c’est le « Lundi du Grand Ménage Ecclésiastique »

Giotto_-_Scrovegni_-_-27-_-_Expulsion_of_the_Money-changers_from_the_Temple« Beaucoup de gens étendirent leurs vêtements sur le chemin, et d’autres des branches qu’ils coupèrent dans les champs. 9 Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient: Hosanna! Béni soit celui qui vint au nom du Seigneur! 10 Béni soit le règne qui vient, le règne de David, notre père! Hosanna dans les lieux très hauts! 11 Jésus entra à Jérusalem, dans le temple. Quand il eut tout considéré, comme il était déjà tard, il s’en alla à Béthanie avec les douze. 12 LE LENDEMAIN [après le Dimanche des Rameaux], après qu’ils furent sortis de Béthanie, Jésus eut faim. 13 Apercevant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s ‘il y trouverait quelque chose; et, s’en étant approché, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues. 14 Prenant alors la parole, il lui dit: Que jamais personne ne mange de ton fruit! Et ses disciples l’entendirent. 15 Ils arrivèrent à Jérusalem, et Jésus entra dans le temple. Il se mit à chasser ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons; 16 et il ne laissait personne transporter aucun objet à travers le temple. 17 Et il enseignait et disait: N’est-il pas écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations? Mais vous, vous en avez fait une caverne de voleurs. » (Marc 11:8-17)

En honneur de la journée qui suit le Dimanche des Rameaux, que j’appelle « Le Grand Ménage Ecclésiastique du Lundi » ou « Le Lundi du Grand Ménage Ecclésiastique », j’ai décidé de présenter ici les contenus du traité « Religion d’argent » du pasteur Napoléon Roussel. Ce traité populaire (près de 100000 exemplaires vendus et au moins 6 éditions) présente d’abord la religion d’un groupe de vendeurs installés depuis plusieurs siècles dans la partie visible du Temple de Dieu de cette ère du Nouveau Testament et ensuite présente le véritable Évangile.

414px-Nucci,_Avanzino_-_Petrus'_Auseinandersetzung_mit_Simon_Magus_-_1620« Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, IL LEUR OFFRIT DE L’ARGENT, 19 EN DISANT: ACCORDEZ-MOI AUSSI CE POUVOIR, AFIN QUE CELUI À QUI J’IMPOSERAI LES MAINS REÇOIVE LE SAINT-ESPRIT. 20 MAIS PIERRE LUI DIT : QUE TON ARGENT PÉRISSE AVEC TOI, PUISQUE TU AS CRU QUE LE DON DE DIEU S’ACQUÉRAIT À PRIX D’ARGENT! 21 Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car TON COEUR N’EST PAS DROIT DEVANT DIEU. 22 REPENS-TOI DONC DE TA MÉCHANCETÉ, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton coeur te soit pardonnée, s ‘il est possible; 23 car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. » (Actes des apôtres 8:18-23)

*****************************

Voici les contenus du traité:

RELIGION D’ARGENT

de Napoléon Roussel

Un riche Écossais, ennuyé du triste et froid climat de sa patrie, était venu s’établir dans un de ces riants villages qui bordent la Loire. Là, il vivait paisiblement au sein d’une nombreuse famille et mettait son plaisir à répandre, sur les habitants de ce hameau, autant de bienfaits que le lui permettait sa grande fortune. Aussi les paysans répétaient-ils sans cesse que cet hérétique, comme le nommait leur curé, faisait, lui seul, plus d’aumônes que n’en recueillaient toutes les collectes de l’église de leur paroisse. Le curé craignit que cette conduite généreuse, en gagnant les cœurs à ce protestant, ne diminuât d’autant leur amour pour la Sainte Église catholique. Il entreprit donc de prouver en chaire que tous les hérétiques, tant calvinistes que luthériens, sont condamnés, pour une éternité, aux flammes de l’enfer. Mais il comprit bientôt que tous ses arguments ne persuaderaient jamais aussi bien ses paroissiens que les libéralités du milord; aussi résolut-il de changer de batterie et de couper le mal par la racine; et voici le moyen qu’il imagina : il forma le projet de convertir l’Écossais à la foi de la Sainte Mère l’Église. Il lia, dans ce but, connaissance avec lui, et ne tarda pas à l’entretenir du danger que courait son âme et à le presser vivement d’entrer dans l’Église hors de laquelle il n’y a point de salut.

Le milord, soit pour un motif, soit pour un autre, esquiva longtemps la question. Mais enfin, un jour qu’ils se promenaient tous deux dans son jardin bordant le rivage, notre curé reprit sa conversation ordinaire et fut très étonné de l’entendre cette fois lui dire avec un sourire amical : « Eh bien, mon cher curé, voyons, parlez-moi un peu de votre religion, afin que je puisse avant tout bien la connaître. Tenez, asseyons-nous là, ajouta-t-il en lui montrant un banc de gazon sur le bord de la Loire, et causons ensemble. Il est encore de bonne heure, le soleil se lève, tout est paisible, nous n’avons pas à craindre d’être interrompus. Dites-moi donc d’abord, DANS VOTRE RELIGION CATHOLIQUE, APOSTOLIQUE ET ROMAINE, QUE FAUT-IL FAIRE POUR ÊTRE SAUVÉ? — Le Curé. D’abord, il faut recevoir le baptême. — Milord. Et combien en coûte-t-il pour être baptisé?-— Le Curé. C’est à la générosité du parrain; cependant ici le prix est fixé à 45 sous. — Milord. Bien; mais une fois le baptême reçu, que faut-il faire encore? — Le Curé. Il faut que l’enfant, parvenu à l’âge de raison, fasse sa première communion. — Milord. Et combien en coûte-t-il pour faire sa première communion? — Le Curé. Ce sera à votre générosité; et… — Milord. Il ne s’agit pas encore de moi; mais je vous demande seulement votre prix-courant; que vous donnent ordinairement vos petits villageois? — Le Curé. Hélas! quelquefois seulement un cierge d’une livre qui vaut à peine 3 francs 10 sous. — Milord. Bien; 45 sous pour être baptisé, 3 francs et 10 sous pour la première communion; poursuivez. Que faut-il faire encore pour être sauvé? — Le Curé. Jeûner aux Quatre-temps Vigiles, faire maigre le vendredi et le samedi de chaque semaine et pendant tout le carême. — Milord. Mais je vous avoue que nous, Anglais, nous sommes gros mangeurs, et surtout mangeurs de viande, en sorte que, pour ma part, il me serait très pénible de jeûner et de faire maigre; d’ailleurs ma santé… — Le Curé. Oh! dès que votre santé y est intéressée, on peut vous dispenser des jeûnes et du maigre. Je pourrais vous citer même l’exemple récent d’un pape qui, pour récompenser un généreux fidèle qui lui avait fait don d’une tiare de 6000 francs, lui accorda, sur parchemin, des titres signés, scellés et paraphés, lui octroyant le droit de faire gras toute sa vie lui et ses descendants mâles jusqu’à la fin du monde. — Milord. Je n’en doute pas; mais je n’ai pas de tiare à donner; je vous demande donc ce qu’on donne ordinairement pour faire gras pendant le carême? — Le Curé. Un écu de 6 francs. — Milord. Et pour les cinquante-deux vendredis et samedis, à proportion, n’est-ce pas ? — Le Curé. Sans doute. — Milord. C’est donc environ 15 francs par an, plus 6 francs pour le carême, cela fait 21 francs. — Le Curé. Vous oubliez les jeûnes. — Milord. C’est juste; mettons 10 francs; c’est donc, pour m’éviter les jeûnes et le maigre, 31 francs. Bien; 45 sous pour le baptême, 3 francs 10 sous pour la communion, 31 francs pour les jeûnes et le maigre. Ensuite? que demande encore votre Église? — Le Curé. — D’aller à la messe tous les dimanches. — Milord. Et qu’en coûte-t-il pour entendre commodément la messe? — Le Curé. Pour être commodément, vous pouvez louer une place dans le chœur : c’est 15 francs; ou bien la loueuse vous donnera une chaise chaque dimanche matin pour 1 sou, excepté les jours de grandes fêtes : alors elles valent jusqu’à 2 ou 3 sous. — Milord. C’est juste; ces jours-là les fidèles montrent plus d’empressement à venir à l’église, il faut leur en faciliter l’entrée en élevant le prix des sièges. Ainsi 1 sou par dimanche, cela fait 52 sous par an. Je compte 10 sous pour les chaises des fêtes solennelles, c’est donc la somme de 3 francs 2 sous par an. Que vous faut-il encore?— Le Curé. Il vous faut confesser au moins une fois l’an, je vous donnerai l’absolution de vos péchés, et il ne vous restera qu’à remplir la pénitence que je vous aurai imposée, comme, par exemple, de réciter cinquante Pater et cinquante Ave Maria.— Milord. Mais si, par hasard, j’oubliais de réciter mes Ave Maria et mes Paler, et qu’après un certain nombre de ces oublis, il me devint impossible de m’acquitter de toutes ces pénitences arriérées, je ne pourrais donc plus être sauvé? — Le Curé. Si, bien! vous auriez le moyen du tronc des indulgences, pour effacer de tels péchés. — Milord. Et que met-on dans le tronc des indulgences? — Le Curé. De l’argent.— Milord. Mais combien?— Le Curé. Nous ne savons pas ce qu’y dépose chaque fidèle; mais nous y trouvons quelques louis, un peu plus de pièces blanches, beaucoup de gros sous et encore plus de liards.— Milord. Eh bien, je prends le terme moyen et je note 12 francs pour mes pénitences. Mais à propos de tronc, dites-moi : j’en ai vu plusieurs dans votre église; que met-on dans tous? — Le Curé. De l’argent. — Milord. Dans celui contre la première colonne à gauche? — Le Curé. De l’argent; c’est pour l’entretien de l’église. — Milord. Et dans le tronc à droite? — Le Curé. De l’argent; c’est pour les indulgences du beurre et du lait pendant le carême. — Milord. Et dans le tronc en face de la chaire?— Le Curé. De l’argent; c’est pour le petit séminaire. — Milord. Et dans l’autre? — Le Curé. De l’argent; c’est pour la sainte chapelle de la Vierge.— Milord. Et dans l’autre? — Le Curé. De l’argent; c’est pour les frais du culte. — Milord. C’est très-bien entendu! Mais revenons. Que faut-il faire encore? — Le Curé. Au lit de mort, un bon catholique doit recevoir l’extrême-onction. — Milord. Et que demandez-vous pour cela? — Le Curé. Rien. — Milord. Comment! rien? Pas possible! — Le Curé. C’est que, voyez-vous, quand on reçoit l’extrême-onction, on n’est pas loin de la mort, et alors vient l’enterrement. — Milord. Ah! je comprends, on paie tout ensemble : et combien l’enterrement? — Le Curé. Oh ! ici, impossible de vous répondre d’une manière précise. Voulez-vous un, deux, trois, quatre prêtres? C’est 20 francs pièce. Voulez-vous la grande croix d’argent en tête? C’est 15 francs de plus. Préférez-vous celle en or? C’est 30 francs : avec le suisse, c’est 25 francs de plus. Nous avons aussi des draps mortuaires plus ou moins fins, plus ou moins riches, et par conséquent plus ou moins chers; on peut vous donner aussi les vieux de la charité, et les jeunes filles de la maison des orphelins, la confrérie des pénitents blancs ou des pénitents noirs, c’est à votre choix. Vous pouvez mettre à votre ensevelissement depuis 15 francs jusqu’à mille écus. — Milord. Je vous remercie de tous vos renseignements; mais je vous demande seulement le prix ordinaire d’un ensevelissement, tout juste le strict nécessaire? — Le Curé. Eh bien, vous ne pouvez pas vous passer d’un prêtre, de deux clergeons et d’une croix; ainsi, vous pouvez être enseveli décemment pour 24 francs. — Milord. Et avec tout cela j’irai sans doute en paradis? — Le Curé. Non; mais probablement en purgatoire. — Milord. En purgatoire? Mais alors vous ne m’aurez pas sauvé, car vous ne pouvez pas venir me tirer de là? — Le Curé. C’est ce qui vous trompe : vous n’avez qu’à laisser par votre testament l’ordre de faire dire des messes au moyen desquelles du purgatoire vous passerez en paradis. — Milord. J’entends, et combien coûte une messe pour un mort?— Le Curé. 30 sous. — Milord. Et combien faut-il de messes? — Le Curé. Je ne puis pas vous préciser exactement, mais plus vous en ferez dire, plus vous aurez de chances pour sortir vite de ce lieu de tourment. — Milord. Je comprends : comme les messes à dire sont le dernier argent que vous attendez d’une personne, vous n’avez pas voulu en fixer le nombre, afin de laisser plus de marge à la généreuse piété des parents. Vous êtes plus compatissants que la mort : elle referme la terre sur nous une fois pour toutes; mais vous ne refermez jamais votre bourse. Mais comme je veux savoir à quoi m’en tenir dès ici-bas sur mon salut éternel, faites une exception en ma faveur, et dites-moi enfin combien de messes on peut faire dire raisonnablement? — Le Curé. Une vingtaine ne peut pas vous nuire, et je crois…

Milord. Vingt messes à 30 sous, cela fait 30 francs. Maintenant, récapitulons ce qu’il faut faire dans votre église catholique, apostolique et romaine pour être sauvé:

Le baptême : 2 fr. 05 s.

La première communion, pour un cierge : 3 fr. 10 s.

Pour ne pas faire maigre pendant le carême, 6 fr. par an, donc pour trente ans que je puis vivre encore : 180 fr.

Pour ne pas faire maigre le vendredi et le samedi, à 15 fr. par an, pour trente ans : 450 fr.

Pour ne pas jeûner, à 10 fr. par an, pendant trente ans : 300 fr.

Pour les chaises du dimanche et des grandes fêtes, à 3 fr. 2 s. par an, pour trente ans : 93 fr.

Prix des indulgences pour mes pénitences arriérées : 12 fr.

L’enterrement avec l’extrême-onction par-dessus : 24 fr.

Messes pour sortir du purgatoire : 30 fr.

Ainsi je puis être sauvé, aller en paradis pour la modique somme de 1,094 fr. et 15 sous* !

* le traité avait été écrit au milieu du 19e siècle; je ne connais pas les montants correspondants en euros aujourd’hui

Mais laissons là l’ironie, mon cher curé; je vous demande maintenant si vous oseriez encore, sans rougir, me proposer d’accepter une religion où tout se traite à prix d’argent; une religion où il me faut payer pour naître, payer pour communier, payer pour m’asseoir, payer pour manger, payer pour me marier, payer pour obtenir des pardons, payer pour vivre, payer pour mourir, payer encore quand je suis mort et enterré? Une église où je ne puis faire un pas sans voir la main du prêtre me mendier un sou? Puis-je reconnaître dans ce commerce de sacrements, dans cet agiotage de péchés rachetés par des pénitences, de pénitences rachetées par des indulgences, d’indulgences acquises à prix d’argent, la religion de Jésus-Christ qui recommande à ses disciples de n’avoir qu’un seul bâton et une seule robe? Puis-je reconnaître dans cette banque de messes achetées par le fidèle au bureau d’un prêtre de ville, qui les met en portefeuille pour les faire chanter sous escompte de moitié prix par un pauvre prêtre de village, puis-je reconnaître là la religion de ce Jésus qui n’avait pas un lieu pour reposer sa tête, et dont le royaume n’était pas de ce monde? N’êtes-vous pas plutôt les fidèles successeurs de ces vendeurs que Jésus-Christ chassa à coups de fouet du temple de Jérusalem, en leur criant: « Ma maison est une maison de prière, mais vous en faites une caverne de voleurs ? » Ce Jésus qui renversait les tables des changeurs, ne renverserait-il pas ces troncs suspendus à chaque pilier de vos églises? S’il chassait les marchands de bœufs, de brebis et de pigeons, n’en chasserait-il pas aussi vos marchandes de chaises? S’il a condamné les pharisiens qui faisaient leurs aumônes pour être vus des hommes, ne vous condamnerait-il pas, vous qui forcez vos fidèles à se faire pharisiens, en leur envoyant demander par une belle quêteuse, à la main de laquelle ils n’osent refuser par vanité, l’argent qu’elle verse ensuite dans vos poches? Et quels ont été les fruits de cet indigne trafic des choses saintes? Vous vous êtes enrichis, j’en conviens; mais vous avez ruiné la religion en la livrant au mépris public. Le plus simple de vos paroissiens crie dans tous les coins de rues à qui veut l’entendre que vous faites votre métier, qu’il n’y a de place dans votre paradis que pour les riches, que vous êtes pires que ces juges iniques dont la conduite fait dire que la clef d’or ouvre partout; car, chez vous, la clef d’or ouvre le ciel lui-même. Votre avarice a tué la foi du peuple; votre ambition a éteint sa piété; et si ce peuple croit aujourd’hui plus à Voltaire qu’à Dieu, c’est vous-mêmes qu’il faut en accuser. Où trouverez-vous, dans le Nouveau-Testament, un seul mot qui autorise tout ce tripotage ecclésiastique? Nulle part. Aussi, défendez-vous la lecture de ce Livre divin; car vous savez qu’il y est écrit: « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, car vous dévorez les maisons des veuves, même sous prétexte de faire de longues prières; c’est pourquoi vous en recevrez une plus grande condamnation. » Vous savez qu’on y lit que Simon, le magicien ayant voulu acheter le don du Saint-Esprit à prix d’argent, Saint Pierre lui dit: « Que ton argent périsse avec toi-même, puisque tu as pensé que le don de Dieu s’acquiert avec de l’argent ! » Vous qui vous dites successeurs de Saint Pierre, vous devriez imiter sa conduite, et faire cette réponse à ceux qui vous apportent l’argent d’une messe.

Mais laissons cela, mon cher curé: vous m’en avez dit assez pour me faire connaître votre religion, permettez-moi maintenant de vous exposer la mienne; celui de nous deux qui sera convaincu par l’autre pourra se décider avec raison à changer de religion.

Et d’abord la mienne n’a qu’une seule source, la Bible : qu’un seul docteur, Dieu lui-même. Je laisse de côté votre tradition inventée par les hommes, votre infaillibilité prétendue du Pape, pour ne soumettre mon esprit, ma conscience et mon cœur qu’à la seule autorité de la Parole de Dieu. Voilà un système de religion bien plus simple et une base de foi bien plus solide. J’ouvre donc cette Bible, et dans les premières pages j’y vois, par l’histoire de notre premier père, que la race humaine est tombée dans le péché. En poursuivant cette lecture je découvre, par la conduite du peuple juif, qu’en effet les hommes ont toujours vécu dans le mal; enfin, quand je lis dans l’Ancien Testament le Décalogue, et dans le Nouveau Testament les préceptes de l’Évangile, je vois clairement que, si l’homme ne doit ni tuer, ni voler, ni dire une fausse parole, ni convoiter, ni concevoir une mauvaise pensée, certainement tous les hommes, moi le premier, sont condamnés, selon la déclaration de cette même Bible: « Il n’y en a pas un seul qui fasse le bien », et celle-ci: « Dieu les a tous renfermés sous la condamnation. »

Le Curé. Mais, Milord, votre religion est effrayante! — Milord. Attendez un moment: dites-moi d’abord: votre conscience vous dit-elle que vous ayez fait le mal ? — Le Curé. C’est selon… — Milord. Pas de subterfuge! Répondez directement : avez-vous fait le mal, oui ou non? — Le Curé. Eh bien! oui. — Milord. Donc, comme moi, vous êtes condamné; car encore une fois la Parole de Dieu l’a dit. — Le Curé. Et voilà précisément ce qui m’épouvante! — Milord. Mais écoutez; voici ce qui vous rassurera. Maintenant que vous sentez la justice de votre condamnation, Dieu ne vous demande ni or, ni argent, ni jeûne, ni maigre, ni pénitence, ni macérations; il ne vous demande rien ! Il vous donne au contraire, et vous donne GRATUITEMENT… — Le Curé. Quoi donc? — Milord. Votre salut éternel! Et si vous en doutez, écoutez ces paroles puisées dans la Sainte Bible: « Dieu les a tous renfermés sous la condamnation afin de faire miséricorde à tous. Vous êtes sauvés par la grâce et non point par les œuvres. Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique afin que quiconque croirait en lui ne pérît point, mais qu’il eût la vie éternelle. Quand nous n’étions que pécheurs, Christ est mort pour nous; Christ a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification et rédemption. Venez et prenez sans or ni argent! »

Voilà qui est clair, je pense? Je vous ai cité dix passages, j’aurais pu vous en citer cent et mille qui tous proclament que Dieu donne gratuitement et complètement son ciel à quiconque croit de cœur à Jésus-Christ. Voilà de la générosité! Voilà de la grandeur! Voilà de l’amour! Concevez-vous quelque chose de plus grand? de plus digne de Dieu? Et comprenez-vous quelque chose qui mérite mieux le nom de religion? Voyons: quel moyen inventeriez-vous, plus efficace que le pardon de tous les péchés, et le don absolu et gratuit d’une vie éternelle, pour émouvoir et gagner le cœur de l’homme à son Dieu? Dites-moi, cher curé, pourriez-vous ne pas aimer le Dieu qui vous aime de la sorte? Pourriez-vous ne pas lui obéir en faisant le bien, en sanctifiant votre vie, en secourant vos frères? Ah! cher ami, si je vous ai paru sévère d’abord en jugeant votre religion, comprenez maintenant que mon intention finale était de vous désabuser de l’erreur pour vous amener à la vérité, et que, si la vérité est quelque part sur la terre, elle doit être dans la doctrine qui nous enseigne que Dieu donne tout, dans le règne de la grâce, comme il nous a tout donné dans le règne de la nature. Le Dieu qui nous a donné cette vie passagère, nous donne la vie éternelle; le Dieu qui nous soutient en santé par sa providence, nous maintient en sainteté par son Esprit; le Dieu qui nous a donné un père, une mère, nous a donné un Sauveur; il donne tout, il ne vend rien, et c’est rabaisser le Créateur à la taille de la créature que de croire qu’il attend quelque chose de notre part, et qu’entre lui et nous, comme entre deux hommes, peut se passer un marché!

Oh ! cher ami, agrandissons nos pensées; au lieu d’abaisser Dieu à notre niveau, tâchons de nous élever à la hauteur de son amour. Comprenons sa grandeur, sa bonté, sa puissance, et disons-nous bien qu’il veut nous tout donner, si nous voulons tout accepter.

Oui, je puis le dire par expérience, si j’ai été rendu capable de faire quelque bien, c’est parce que mon cœur a été ouvert et réjoui par la foi à cette doctrine que j’étais sauvé! vraiment sauvé! pour toujours sauvé! Et si vous désirez le savoir, voilà la source des bienfaits que je me plais à répandre sur votre paroisse.

Le Curé prit la main du Milord sans lui répondre, et après un moment de silence, il lui dit avec émotion: « Au revoir ! »

********************************

Cliquez sur le lien suivant pour obtenir une version PDF gratuite de ce traité :

Napoléon Roussel, « Religion d’argent » (Livre numérique Google)

********************************

Voir aussi:

Apocalypse 18 : des corps et des âmes d’hommes comme objets de commerce de la Grande Prostituée

« Le Pape et Cie » : un traité du pasteur Napoléon Roussel

Catholicisme romain

Livres électroniques gratuits : d’autres ouvrages du pasteur Napoléon Roussel

Le formalisme et le christianisme : une citation de Napoléon Roussel

Document électronique gratuit : « La Grande Prostituée » du pasteur Napoléon Roussel (1805-1878)

Livre électronique gratuit: « Histoire de l’Inquisition au Moyen-âge » de Henry Charles Lea (1825–1909)

Livre électronique gratuit : « Le culte domestique pour tous les jours de l’année ou 365 courtes méditations sur le Nouveau Testament » (2 volumes) du pasteur Napoléon Roussel

Livre électronique gratuit : « Le culte du dimanche ou 52 simples discours destinés aux églises et aux familles privées de pasteurs » du pasteur Napoléon Roussel

****************************************

Diapositive1