Deux conseils pour bien interpréter le livre de l’Apocalypse

la-bible-objet-de-toutes-les-convoitises-scientifiques« Ne déplace pas la borne ancienne, que tes pères ont posée. » (Proverbes 22:28)

En préparant un article sur un autre document de l’évangéliste César Malan qui va paraître Dieu voulant très bientôt, j’ai eu l’inspiration d’écrire quelques mots concernant l’interprétation du livre de l’Apocalypse qui avait été écrit d’abord à des églises chrétiennes composées principalement de Gentils et non pas à des synagogues juives et non pas à des facultés de théologie faisant partie de grandes universités. Ce livre avait été lu d’abord à des gens qui en majorité n’étaient pas parmi les « nobles de ce monde » (1 Corinthiens chapitre 1:26-27) ou les « grands savants ». Parmi eux, il y avait même des esclaves (selon le modèle gréco-romain).

Questions:

Si Dieu avait donné ces révélations et prophéties d’abord à des gens qui pour la plupart n’étaient pas les gagnants de prix Nobel de leur époque et si Dieu a clairement rattaché une bénédiction à la lecture de ce livre (Apocalypse 1:3), ne faut-il pas penser que le Saint-Esprit n’a pas été silencieux pendant près de 14-17 siècles quant à l’illumination de ce livre bénissant (pas seulement les messages aux 7 églises mais les parties prophétiques aussi*)?

* du moins celles qui avaient déjà reçu un accomplissement historique ou qui étaient en train de s’accomplir

Faut-il entretenir cette idée erronnée que la vraie compréhension des prophéties de ce livre pourrait se trouver possiblement parmi des gens qui n’aimaient pas réellement la Bible et l’Évangile contenu là-dedans (ex. théologiens allemands libéraux du 19e siècle, les Jésuites)? Est-ce qu’un mauvais arbre peut produire un bon fruit? S’ils sont aveugles concernant l’Évangile qui est pourtant assez clairement développé (lisez l’épître aux Romains), comment pourraient-ils prétendre bien interpréter un livre de symboles et de similitudes qui nécessite à priori des « oreilles pour entendre et des yeux pour voir » (Apocalypse 2:7)?

Devons-nous penser qu’une bonne compréhension de ce livre se trouverait parmi des gens (ex. John Nelson Darby, C. I. Scofield) ou groupes de temps plus récents déclarant orgueilleusement qu’ils détiennent  seuls la vraie clé d’interprétation du livre et que toutes les générations passées de chrétiens s’étaient trompés? Dieu se plaît-IL à bénir l’orgueil (Proverbes 16:5)?

Devons-nous penser que les enseignements prophétiques donnés à Paul en privé à des églises (2 Thessaloniciens 2:5) avaient complètement disparu parmi le peuple de Dieu après son martyr et que parmi les écrits des premiers écrivains chrétiens, il n’y a aucune trace de ces enseignements?

N’est-il pas plutôt sage pour quelqu’un qui est spirituel de s’aligner avec des groupes persécutés et très spirituels du passé (ex. Vaudois) qui avaient montré par leur piété et leur amour des âmes et leur valorisation des Écritures qu’ils étaient des véritables enfants de Dieu? De s’aligner avec des siècles de témoignage quant à l’interprétation de ce livre plutôt qu’adopter des théories nouvelles formulées par des gens de « tours d’ivoire confortables »? De s’aligner plutôt avec des martyrs et des confessions de foi solides et pieuses et historiques?

Bon! Après tout ça, je veux partager ce que je pense sont deux conseils utiles pour bien interpréter le livre de l’Apocalypse.

Conseil numéro 1 : il faut d’abord être sauvé et être un enfant de Dieu… sinon il faut se repentir de ses péchés et croire à l’Évangile

Huit fois nous lisons dans l’Apocalypse les mots suivants : « Que celui qui a des oreilles » (2:7; 2:11; 2:17; 2:29; 3:6; 3:13; 3:22; 13:9). Ces mots font référence à des oreilles spirituels. Les oreilles d’un véritable enfant de Dieu qui a reçu du Saint-Esprit la grâce de recevoir par une foi sincère le véritable Évangile et de bien comprendre la Bible. Ces oreilles n’appartiennent pas à des membres de fausses religions (ex. catholicisme romain, mormonisme, Islam) ou à des athées et agnostiques.

« Mais l’homme naturel* ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » (1 Corinthiens 2:14)

* c’est-à-dire une personne inconvertie

Conseil numéro 2 : la sagesse requise pour bien interpréter le livre commence d’abord par la crainte de Dieu et une vraie crainte de Dieu nécessite que vous soyez déjà des enfants de Dieu

Dans le chapitre 13, où il y a mention de la nécessité d’avoir des « oreilles pour entendre » pour bien comprendre la vision, nous retrouvons les mots suivants:

« C’est ici LA SAGESSE. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. » (Apocalypse 13:18)

Question : pensez-vous que l’apôtre Jean nous parle d’une sagesse quant aux mathématiques? parle-t-il d’une sagesse quant à une technologie (ex. puces électroniques insérées dans la peau)? Ou n’est-il pas plutôt en train de parler de la vraie sagesse? La sagesse la plus importante. La sagesse quant aux choses éternelles. La sagesse quant au message le plus important, l’Évangile, et quant à la Personne la plus importante, Dieu. La sagesse qui appartient seulement aux enfants de Dieu. La sagesse qui se manifeste par une crainte réelle et sincère de Dieu basée sur l’amour et la vérité. Une crainte qui exclut l’orgueil intellectuel.

« Puis il dit à l’homme: Voici, la crainte du Seigneur, c’est la sagesse; S’éloigner du mal, c’est l’intelligence. » (Job 28:28)

« Qui a mis la sagesse dans le coeur, Ou qui a donné l’intelligence à l’esprit? » (Job 38:36)

« La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse; Tous ceux qui l’observent ont une raison saine. Sa gloire subsiste à jamais. » (Psaumes 111:10)

« La crainte de l’Éternel est le commencement de la science; Les insensés méprisent la sagesse et l’instruction. » (Proverbes 1:7)

« Écoutons la fin du discours: Crains Dieu et observe ses commandements. C’est là ce que doit faire tout homme. 14 Car Dieu amènera toute oeuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » (Ecclésiaste 12:13-14)

 ******************************

Voir aussi:

Livres chrétiens

****************************************

Diapositive1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s